Journée d’étude Humain et végétal – Jocaste ou la tragédie de la fertilité

Cassandre Martigny (Sorbonne Université)

Si la fertilité est souvent associée à la félicité dans les tragédies antiques[1], elle est synonyme de tragédie pour la reine de Thèbes, Jocaste, qui s’unit à son propre fils Œdipe et enfante les deux jumeaux Etéocle et Polynice, dont la lutte fratricide signe la fin des Labdacides.

L’inceste, un crime sacrilège et impie[2], ne peut être dit qu’au détour de la métaphore[3], qui associe les cycles de reproduction humaine et végétale à travers l’image de la terre-mère et des jeunes pousses qui se développent en son sein. Son déchiffrage attentif dévoile les problématiques en jeu dans les concepts de fertilité et d’infertilité, au cœur de deux tragédies, l’Œdipe Roi de Sophocle[4] et les Sept contre Thèbes d’Eschyle[5]. On analysera donc en quoi ces deux pièces mettent en scène les rapports entre fertilité et figure de la terre-mère, Jocaste, pour souligner les conséquences tant privées que publiques de l’inceste.

L’infertilité comme punition divine de la (sur)fertilité de Jocaste

Si la fertilité des cultures, des animaux et des femmes est signe du bon fonctionnement de la cité en accord avec la volonté divine[6], la stérilité sous ses trois aspects apparaît au contraire comme le plus terrible des châtiments. Elle est le fléau qui s’abat sur Thèbes dans l’Œdipe Roi, comme le déplorent le prêtre[7] et le chœur[8]. L’image de l’infertilité structure la pièce et, par contraste, met d’autant plus en lumière la seule figure féminine qui échappe à cette punition : Jocaste. Afin de renforcer cette opposition, les tragédies d’Eschyle et de Sophocle exploitent la richesse des liens entre terre et femme fertile grâce à un vocabulaire polysémique et métaphorique.

Le cycle naturel perverti : les conséquences de l’inceste

Le corps de Jocaste est comme une terre immobile, tracée des sillons (ἄλοξ) destinés à être ensemencés[9]. Deux verbes polysémiques permettent de désigner la fécondation de ce champ féminin par Œdipe : σπείρω et ἀρόω. Le premier évoque l’image de la dissémination, qu’elle soit humaine ou végétale[10] ; le second, associé à la pratique agricole[11], se double également d’un sens plus métaphorique[12]. La fécondation est contenue dans le nom ῥίζα, à la fois racine et souche familiale[13], et la symbiose entre la croissance des végétaux et celle des corps humains est suggérée grâce à deux verbes, βλαστάνω[14] et φύω[15]. Le cycle de la procréation féminine suit ainsi le cycle naturel du labour et de la croissance des végétaux.

Toutefois, dans le cas de Jocaste, la métaphore végétale insiste sur la souche corrompue pour mettre en évidence le désordre causé par l’inceste. Dans Les Sept.[16], l’adjectif ὁμόσποροι[17] rappelle la conception incestueuse des jumeaux Etéocle et Polynice, « ensemencés ensemble », et issus du même sein que leur père. Le même adjectif désigne chez Sophocle le corps de Jocaste partagé et fécondé par deux hommes, le père et le fils[18]. Œdipe étant l’« ensemenceur du même sillon » (ὁμοσπόρος), chaque membre de la famille se trouve lié aux autres par des liens double, Œdipe étant le fils et le mari, Jocaste, la mère et l’épouse, les enfants, les frères de leur père. Grâce aux verbes ἀρόω et φύω, Œdipe met en exergue la corruption d’une génération née du même sein que lui[19].

Les fruits corrompus : la stasis dans la cité

Le corps de Jocaste, champ maternel ensemencé deux fois[20], donne naissance à une génération monstrueuse qui se retourne contre elle-même. Les époux incestueux transmettent leur sang perverti à leurs fils, Etéocle et Polynice, dont la rivalité semble déjà contenue dans « la racine ensanglantée »[21]. Au sein du corps de Jocaste est en germe la stasis, la guerre civile tant redoutée puisqu’elle menace l’essence même de la cité, surtout lorsqu’elle traverse la famille.

            La guerre intestine est au cœur de l’histoire thébaine depuis la fondation de la cité par Cadmos. Après avoir tué le dragon, fils d’Arès, il sème les dents de ce monstre dans de profonds sillons d’où surgissent alors des guerriers armés, les Σπαρτοί, les Spartes, littéralement « les hommes semés ». Ce peuple est né de la terre elle-même : il est αὐτόχθων. À peine nées, ces créatures s’entretuent. Le corps de Jocaste est comme cette terre-mère qui enfante une génération vouée à la mort dès sa naissance, telle une jeune pousse menacée de putréfaction[22].

Cadmos et le dragon. Amphore à figures noires d’Eubée, vers 560-550 avant J.-C., Musée du Louvre

Chez Eschyle comme chez Sophocle, la fertilité est un vecteur tragique plus grand que l’infertilité. Les cycles naturels humain et végétal sont pervertis par l’inceste, la terre-mère Jocaste est corrompue, les fruits qui naissent de ce sol sont empoisonnés : ils portent en eux leur propre anéantissement ainsi que celui de toute la race, comme les hommes semés des dents du dragon. La métaphore végétale permet de dire les désordres privés et leurs répercussions sur l’ordre public pour finalement s’étendre à l’ensemble du cosmos dont l’harmonie est brisée par le crime incestueux.


[1] Voir Lydie Bodiou, Pierre Brulé et Laurence Pierini, « En Grèce antique, la douloureuse obligation de la maternité », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n°21, 2005, 17-42 : l’article met en évidence le grand malheur qui touche la femme apais, sans enfant, femme vide qu’on oppose volontiers à l’idéal de la femme eupais, « heureuse en enfant », qui jouit d’une grande félicité grâce à sa fertilité.

[2] Voir Françoise Héritier-Auge, « L’inceste dans les textes de la Grèce classique et postclassique », Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens, vol. 9-10, 1994, p. 99-115.

[3] Jérôme Wilgaux (dir.), Véronique Dasen (dir.), Langages et métaphores du corps dans le monde antique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008. Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/pur/5407 (consulté le 05/01/21).

[4] Sophocle, Œdipe Roi, dans Tragédie tome II, texte établi par Alphonse Dain et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1998 [1958] (édition de référence).

[5] Eschyle, Les Sept contre Thèbes, dans Tragédies tome I, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1966 [1921] (édition de référence). Dans cet article, le titre de la tragédie sera abrégé de la façon suivante : Les Sept.

[6] Voir Homère, Odyssée, chant XIX, v.109-114 ; Hésiode, Les Travaux et les jours,  v. 225-247.

[7] Sophocle, Œdipe Roi, éd. de réf.,  v. 25-28 : φθίνουσα μὲν κάλυξιν ἐγκάρποις χθονός, / φθίνουσα δ´ ἀγέλαις βουνόμοις τόκοισί τε / ἀγόνοις γυναικῶν· « La mort frappe [Thèbes] dans les germes où se forment les fruits de son sol, la mort la frappe dans ses troupeaux de bœufs, dans ses femmes, qui n’enfantent plus la vie. »

[8] Id.,  v. 171-174 : οὔτε γὰρ ἔκγονα / κλυτᾶς χθονὸς αὔξεται οὔτε τόκοισιν / ἰηίων καμάτων ἀνέχουσι γυναῖκες· » Les fruits de ce noble terroir ne croissent plus à la lumière, et d’heureuses naissances ne couronnent plus le travail qui arrache des cris aux femmes. »

[9] Id.,  v. 1211. Il faut noter que le terme ἄλοξ est féminin en grec ancien.

[10] Œdipe Roi, ἐσπάρη,  v. 1498 ; Les Sept contre Thèbes, σπείρας,  v. 754.

[11] Dans ce cas, on le traduira par les verbes « labourer » ou « cultiver ». Voir Xénophon, Economiques, 4, 15.

[12] On trouve le verbe à deux reprises dans l’Œdipe Roi, une fois à la forme passive (ἠρόθην,  v. 1485), une autre à la forme active (ἤροσεν,  v. 1498). À la forme passive, ce verbe désigne le résultat de l’ensemencement, l’être engendré, autrement dit le nouveau-né. À la forme active ce verbe signifie « féconder » ou « ensemencer » et désigne l’action procréatrice d’Œdipe.

[13] Eschyle, Les Sept contre Thèbes, éd. de réf.,  v. 755.

[14] Sophocle, Œdipe Roi, éd. de réf.,  v. 1376. Ce verbe est couramment utilisé pour parler de la croissance des plantes, voir par exemple Eschyle, Les Sept contre Thèbes,  v. 594 ; Sophocle, Oedipe à Colone,  v. 697 ; Aristophane, Les Oiseaux, v. 696 ; Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, 3, 26 ; Xénophon, Economique,19, 2. Dans l’Œdipe Roi, il désigne la naissance des quatre enfants.

[15] Sophocle, Œdipe Roi, éd. de réf. : v. 9, 335, 389, 435, 436, 438, 440, 458, 587, 593, 601, 627, 674 etc. et Eschyle, Les Sept contre Thèbes, éd. de réf. : v. 535, 622, 1031. Partageant la même racine que le nom φύσις, « la nature », ce verbe porte en lui la croissance et la naissance des végétaux et des corps humains.

[16] Id.,  v. 804, 820, 930, 932.

[17] Adjectif composé de ὁμός (le même) et σπείρω (ensemencer).

[18] Sophocle, éd. de réf.,  v. 457-460 : Φανήσεται δὲ παισὶ τοῖς αὑτοῦ ξυνὼν / ἀδελφὸς αὑτὸς καὶ πατήρ, κἀξ ἧς ἔφυ / γυναικὸς υἱὸς καὶ πόσις, καὶ τοῦ πατρὸς / ὁμοσπόρος τε καὶ φονεύς. « Et, du même coup, il se révélera père et frère à la fois des fils qui l’entouraient, époux et fils ensemble de la femme dont il est né, rival incestueux aussi bien qu’assassin de son propre père ! ». Voir à ce propos Nicole Loraux, « L’empreinte de Jocaste », L’Ecrit du temps (n°12), 1986, p. 35-54.

[19] Id.,  v. 1485 : πατὴρ ἐφάνθην ἔνθεν αὐτὸς ἠρόθην. « Ce père s’est révélé soudain comme vous ayant engendrées dans le sein où lui-même avait été formé !… » ;  v. 1498-1501 : τὴν τεκοῦσαν ἤροσεν, / ὅθεν περ αὐτὸς ἐσπάρη, κἀκ τῶν ἴσων / ἐκτήσαθ´ ὑμᾶς, ὧνπερ αὐτὸς ἐξέφυ. « Il a fécondé le sein d’où lui-même était sorti ; il vous a eues de celle même dont il était déjà issu »

[20] Id.,  v. 1257 : διπλῆν ἄρουραν.

[21] Eschyle, éd. de réf.,  v. 752-756 : πατροκτόνον Οἰδιπόδαν, / ὅστε ματρὸς ἁγνὰν / σπείρας ἄρουραν, ἵν᾽ ἐτράφη, / ῥίζαν αἱματόεσσαν / ἔτλα· « Œdipe le parricide, ayant ensemencé le sillon sacré de sa mère, là où il a été nourri, a osé planter une racine ensanglantée. »

[22] Voir à ce propos Karin Mackowiak, « Les mythes fondateurs de Thèbes et l’histoire : les mises en formes du passé d’une cité et leurs enjeux », Dialogues d’histoire ancienne. Supplément n°4-2, 2010, p. 563-589 ; « “Semer” des dents et planter la frontière du sauvage : le mythe thébain des Spartes », Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, n°19, 2016, p. 5-24. ; « Espace mythique, espace d’interprétations: une lecture historienne et anthropologique de l’autochtonie thébaine », Intervention dans le Séminaire de F. de Polignac (EPHE) : « Religion, société et institutions dans le monde grec », 2018. Disponible en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/cel-01894649/ (consulté le 05/01/21). Sur l’autochtonie athénienne, voir N. Loraux, Les Enfants d’Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes, Paris, Maspero, 1981.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.