Journée d’étude Humain et végétal – Le saule stérile et le figuier fertile

Fertilité et stérilité dans les encyclopédies médiévales, de la reproduction humaine à la génération végétale (xiiie-xve siècle)

Alice Laforêt (Université Grenoble Alpes)

Les textes savants qui traitent du monde végétal au cours de la période médiévale n’attestent pas d’une connaissance de la reproduction sexuée chez les plantes. En revanche, les végétaux peuvent être bien décrits comme présentant une distinction de sexe. Dans le Speculum naturale de Vincent de Beauvais (XIIIe siècle), il est ainsi affirmé que tous les arbres et les herbes que la terre porte sont dotés des deux sexes[1]. Cette reconnaissance du caractère sexué est particulièrement mise en avant chez certaines espèces. « Il y a deux espèces de cyprès, le mâle et la femelle. La femelle est stérile, mais de très bel aspect »[2], peut-on ainsi lire dans le Livre des propriétés des choses, traduction française réalisée au XIVe de l’encyclopédie latine de Barthélemy l’Anglais, le De proprietatibus rerum (XIIIe siècle). L’encyclopédisme médiéval, genre auquel appartiennent les ouvrages de Vincent de Beauvais et de Barthélemy l’Anglais et qui s’épanouit au XIIIe siècle, s’emploie à décrire tous les règnes de la nature. Le monde végétal y occupe de ce fait une place importante : les livres qui y sont consacrés prennent souvent la forme de listes de plantes, où les différentes espèces, leurs caractéristiques distinctives ainsi que leurs propriétés sont décrites. Dans le Livre des propriétés des choses, la dualité de sexe propre au cyprès est mise en évidence : il existe des spécimens féminins et masculins. Par ailleurs, la femelle du cyprès se distingue par sa stérilité. Cette dernière – tout comme son pendant, la fertilité – est évoquée à plusieurs reprises dans les textes médiévaux sur les plantes. Le recours à ces concepts n’est pas anodin dans le projet de description des réalités naturelles propre aux encyclopédies et renvoie à une analogie entre végétal et corps humain.

Un végétal est perçu comme stérile dès qu’il est décrit comme ne portant pas de fruits : dès lors, la description de ce caractère se donne à lire sous un angle anthropomorphique. Dans la plupart des textes encyclopédiques, des chapitres introductifs se consacrent à décrire des éléments de physiologie végétale, le processus de génération notamment. Le fruit de l’arbre est comparé à un enfant, le processus de maturation à la gestation chez l’être humain, comme dans ce passage du Livre des propriétés des choses : « Derechief, l’arbre ou tronc qui est dur a la mouelle qui est molle, qui est d’aucuns appellee la marris de l’arbre, pour ce que l’umeur dont vient la semence et le fruit de l’arbre y est nourrie, aussi comme l’enfant est dedens la marriz. »[3] De ce fait, l’arbre sans fruits n’est pas sans évoquer la stérilité humaine. La propension à ne pas porter de fruits peut être due à des contingences environnementales ou aux modes de cultures, mais est aussi parfois intrinsèque au végétal et permet de le caractériser. C’est le cas pour le saule et le figuier, deux arbres particulièrement représentatifs. Le saule est presque systématiquement décrit comme stérile dans les textes. Vincent de Beauvais le prend comme exemple dans son chapitre dédié aux arbres stériles. En fonction des auteurs et des sources qu’ils compilent, le saule ne porte pas de fruits tout en produisant quand même une semence ou bien porte des fruits mais ceux-ci ne parviennent jamais à maturité. Le figuier fait figure de miroir inversé du saule : cet arbre se remarque par sa fécondité, car il porte des fruits plusieurs fois par an. Cette fécondité s’inscrit dans son nom même : les encyclopédistes citent systématiquement à son propos les Étymologies d’Isidore de Séville, qui rapprochent le nom ficus du terme fecunditas.

La récolte des figues. Tacuinum sanitatis. BnF, Latin 9333, f. 1v.

Les textes encyclopédiques mentionnent également les propriétés thérapeutiques des plantes. Selon un principe de médecine analogique fréquent dans la pharmacopée médiévale, la stérilité ou la fertilité inhérente à ces végétaux semble pouvoir se transférer au corps humain. Une boisson aux extraits de saule est ainsi susceptible de rendre stérile. A l’inverse, la consommation de figues peut éveiller le désir charnel – et mener par conséquent à la reproduction. Tout comme les mécanismes de génération chez les plantes, la capacité à produire ou non des fruits est pensée en rapport étroit avec le fonctionnement du corps humain. L’utilisation des notions de fertilité ou de stérilité dans la description des plantes est le corollaire d’une démarche analogique à laquelle ont recours les naturalistes médiévaux pour aborder la physiologie végétale. En retour, les produits de certains de ces arbres, comme ceux du saule stérile ou du figuier fertile, ont un effet sur les corps humains et leurs fonctions reproductrices.

Le saule. Tractatus de herbis. British Library, Sloane Ms 4016, f. 83v

[1] « Arboribus ergo immo potius omnibus, que terra gignit herbisque utrumque inesse sexum diligentissimi nature tradunt. » Vincent de Beauvais, Speculum naturale, Douai, B. Belleri, 1624, XII, 36.

[2] « Cuius duplex dicitur esse species, masculus scilicet et femina. Femina sterilis est, verumtamen aspectu pulcra. » Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum, Volume VI :  Liber XVII, éd. Iolanda Ventura, Turnhout, Brepols, 2007, XXIV, p. 56.

[3] Barthélemy l’Anglais (Jean Corbechon), Le Livre des propriétés des choses. BnF, Français 16993, XVII, I, f. 242v.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.