Journée d’étude Humain et végétal – Métaphore végétales médiévales

Arbres et racines : métaphores végétales de la génération dans l’hagiographie médiévale, XIIe – XIIIe siècle

Marion Roman (Université d’Angers – laboratoire TEMOS)

Dans son chapitre sur les entrelacements végétaux dans la symbolique des songes médiévaux Valérie Bach pointe la place prépondérante du végétal dans la vie quotidienne mais aussi dans la symbolique des médiévaux[1]. En effet, on trouve souvent dans les sources des théologiens et prédicateurs souvent l’idée que la racine (radix) de la bonté est la charité et que cette bonté peut « germer » (germinare), qu’il faut la cultiver, tandis que la cupidité est la racine du mal qu’il faut extraire du cœur des hommes[2].

Dans le cas des sources hagiographiques (vies de saints, récits de miracles, passions ou encore translations de reliques) la symbolique est également très présente. Si ces sources ont fait leurs preuves en histoire médiévale pour ce qui est d’apporter des informations sur la vie quotidienne, elles nécessitent aussi un regard critique : elles répondent à un code d’écriture, et sont avant tout rédigées pour mettre en valeur leur personnage principal, d’une naissance exceptionnelle à une mort sublimée, en passant par une quantité variable de miracles.

Alors, dans ces récits, il n’est pas étonnant de trouver des symboles, des représentations, des métaphores qui servent à conceptualiser des idées abstraites. Dans ce cadre, les métaphores végétales sont mobilisées pour traduire des concepts tel celui de la génération, pour dissimuler la nécessaire sexualité présente derrière celle-ci, ou encore son produit. Il s’agit souvent de parties d’arbres ou de plantes (racines, souche ou tronc) plutôt que de végétaux dans leur intégralité.

L’analogie végétale débute ainsi souvent par la racine. Généralement souterraine, celle-ci est dans le monde végétal la fondation de l’arbre ou de la plante et l’ancre dans le sol. Ces racines (radix, radices ou stirps, stirpes) sont présentes dès le début des vitae pour symboliser l’ancrage dans la parenté et la génération[3].

L’usage de cette métaphore est pluriel. Elle sert à mettre en valeur la qualité de la parenté ou du lignage du saint en énonçant ses membres les plus importants à la manière d’une généalogie : cela explique la présence également du terme de stemma, tis que l’on peut trouver dans les mêmes contextes. En apposant à la métaphore des adjectifs mélioratifs les hagiographes accentuent les qualités qui se sont transmises au saint[4]. Le terme de « racine » ancre le saint dans la chair avec la présentation de ses ancêtres directs ou éloignés mais également dans la terre en les associant à un titre et un territoire. Mais elle permet également de figurer une prédestination : le saint tout comme le Christ est le produit d’un arbre qui part d’un homme quelconque et aboutit sur la sainteté. Cette symbolique s’explique par le succès du thème vétérotestamentaire de l’arbre de Jessé à partir du XIe siècle qui est alors interprété par les commentateurs médiévaux comme symbolisant l’arrivée du Christ[5].

Vitrail de l’arbre de Jessé (XIIe siècle) – Cathédrale de Chartres

Dans la Vie d’Edouard le confesseur (roi d’Angleterre de 1042 à 1066), rédigée en vers par un moine anonyme du XIIe siècle, c’est le corps de l’arbre dans toutes ses parties qui sert à exprimer la dynastie royale mais aussi les individus qui la composent. La métaphore débute par la souche d’où jaillissent des personnages glorieux et surtout le bourgeon (germine) qui s’en distingue : Edouard[6]. Elle se termine sur la naissance de Mathilde l’Emperesse qui fleurit de l’arbre. La fleur représente la génération, et même plus précisément dans la réécriture de la vita par Aelred de Rievaulx, le mélange des semences[7]. La sexualité qui disparaissait derrière la métaphore végétale apparait alors par le biais de son produit.

Elle apparait également dans le contexte des miracles de Notre Dame assemblés au XIIe siècle. Dans cette compilation, le miracle de l’enfant ressuscité présente une mère qui mentionne sa stérilité passée, le moment où son ventre ne portait pas de fruit (fructus ventris mei privata). Le fait que l’adjectif utilisé soit « privée de » témoigne du processus de réflexion des auteurs : le phénomène naturel aurait été que la femme porte un enfant de même qu’un arbre porte ses fruits, et que son absence crée une situation inhabituelle et négative.

Pour conclure, ces métaphores mériteraient que l’on s’y attarde plus longuement. L’utilisation du vocabulaire végétal dans l’hagiographie semble être dans la plupart des cas lié à des références aux Ecritures, et être le produit de modèles stylistiques plutôt que d’innovations, afin de mettre en lumière un personnage au destin exceptionnel. Cependant, ces métaphores répondent aussi à un besoin de figurer des concepts telle la génération, la descendance, ou encore l’absence d’enfants mais permettent également de dissimuler pudiquement la nécessaire sexualité présente derrière ces concepts.


[1] BACH V., Les clefs des songes médiévales (XIIIe– XVe siècles)¸ Strasbourg, PUS, 2007, p.123 : « Si le rôle nourricier de la nature occupe une place importante dans les esprits, les vertus médicinales des plantes sont également prises en compte ainsi que l’utilisation technique qui peut en être faite. Au-delà de ce strict aspect utilitaire, le monde végétal est surtout inscrit comme tout l’Univers dans un réseau signifiant qui le transcende. Devenu symbole, il se charge de sens, devient message à déchiffrer. ».

[2] Voir par exemple la Somme théologique de Thomas d’Aquin, question 62, article 4 ou encore le Sermon sur la volonté divine, §1 de Bernard de Clairvaux.

[3] Par exemple dans la Vie de Robert, abbé de Molesme (XIIIe siècle), §1 :  « Hec idcirco dixerim, ut ostenderem quam sancta radix extiterit, de qua nobis sanctus iste quasi quidam ligni vite surculus pullulavit. »

[4] Voir par exemple la Vie de San Rosendo, par Ordoño de Celanova (XIIe siècle): « Igitur beatus Rudesindus Dumiensis ecclesie episcopus clarissimo regum stemate, patre videlicet Gutierre comite, matre uero Ilduara nomine, extitit progenitus »

[5] Cf Isaïe 11 :1 : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. »

[6] « Ille quidem regum de germine claruit, ista
Sanguine clara ducum. 

Styrps generosa fuit. »

[7] « Floruit sane arbor, quando de utroque semine imperatrix Matildis processit. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.