Journée d’étude Humain et végétal – Des jeunes filles en fleurs

Le fleurissement des jeunes filles. Analogies et métaphores végétales par les médecins de la puberté (1750-1850)

Philippine Valois (Université d’Angers – laboratoire TEMOS

Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, la puberté est attachée à des images et des imaginaires qui participent à l’élaboration de sa définition médicale et culturelle. La puberté est ainsi liée à des notions brutales comme la crise, l’orage ou la tempête : des mots matérialisant à eux seuls la puissance de la métamorphose pubertaire, mais aussi la dangerosité de cette période de la vie humaine qui signe la survenue de nouvelles pathologies, inconnues aux enfants. Le concept de puberté se construit également à travers des images plus douces et positives comme la floraison et le printemps.

L’image du printemps est certainement la plus mobilisée dans les définitions médicales. Dans l’article « puberté » de l’Histoire Naturelle publié en 1749, le naturaliste Georges-Louis Leclerc Buffon (1707-1788) déclare : « L’âge de la puberté est le printemps de la Nature, la saison des plaisirs »[1]. Cette phrase caractérise à elle seule la puberté telle qu’elle est vue aux XVIIIe et XIXe siècles : il s’agit d’une époque de la vie caractérisée par un changement notable, un renouvellement de la nature humaine, un moment d’éveil des sens et de l’amour. Cette citation de Buffon jouit d’un succès considérable et s’avère continuellement cité par les médecins pour illustrer la puberté jusqu’à la fin du XIXe siècle, soit plus d’un siècle après sa parution.

Comparer la puberté au printemps revient à assimiler le corps des pubères à des fleurs qui s’épanouissent et deviennent aptes à la reproduction sexuée. Ce type de descriptions alimente tous les traités médicaux à cette période : l’adolescence est ainsi souvent dépeinte comme étant « la fleur de l’âge » et comme un fleurissement des femmes. Pour beaucoup de médecins, l’utilisation de telles images permet de souligner les évolutions du corps des femmes et leurs capacités reproductrices. Les femmes fertiles sont alors souvent comparées à des roses fraîches et humides. Au contraire, les femmes ménopausées sont assimilées aux images plus rudes de fleurs fanées et sèches[2]. Mais comment les filles sont-elles décrites pendant la puberté ?

Adèle Varillat (1769-1860), Une jeune fille cherchant à lire son sort dans une reine-marguerite, Huile sur toile, 32,6 x 24,4 cm, circa 1804

Le médecin anatomiste Jacques-Louis Moreau de la Sarthe (1771-1826) dans son Histoire Naturelle de la femme (1803) assimile les jeunes filles à des bourgeons de fleurs. Imparfaites dans leurs formes, elles n’ont selon lui « point encore d’expression particulière, ni de véritable physionomie. Le bouton doit s’épanouir pour figurer parmi les fleurs… »[3]. Cette analogie, très souvent utilisée par les auteurs, s’avère persistante. L’image du bouton de fleur sert ainsi à souligner une certaine hybridité des jeunes filles au moment de la puberté. En effet, celles-ci sont parfois considérées comme femmes par l’apparition des premières menstruations tandis qu’elles détiennent encore des caractéristiques anatomiques et physiologiques attribuées à l’enfance.

Si les liens entre végétal et humain sont majoritairement d’ordre purement symbolique, certains médecins s’emparent parfois du monde végétal pour alimenter leurs démonstrations. C’est ce que fait, par exemple, Guillaume Daignan (1732-1812) dans le Tableau des variétés de la vie humaine publié en 1786, qui va au-delà d’une simple comparaison lexicale, puisqu’il expérimente et dissèque des végétaux dans le but d’en expliquer le processus évolutif. Il justifie ce recours à l’observation botanique en déclarant : « ce qui se passe dans les fleurs, pour la production du fruit, peut servir, à beaucoup d’égards, à expliquer la plupart des phénomènes de la puberté, & à faire mieux comprendre ce que nous en disons, avec réserve, pour ne pas offusquer la décence »[4]. Ainsi, le recours à l’étude des fleurs détient ici plusieurs fonctions : l’analyse, la comparaison, la démonstration, ce tout en évitant de choquer le lectorat.  Dans les traités de médecine des XVIIIe et XIXe siècles, l’analogie végétale permet aussi de montrer l’incidence d’éléments qui entravent la transformation pubertaire. Le climat étant largement étudié, car considéré comme avançant ou retardant le terme de la puberté, les jeunes filles sont de ce fait souvent comparées à des plantes souffrant de la sécheresse ou de la chaleur, qui s’étiolent et perdent leurs couleurs. Si plusieurs végétaux sont mobilisés dans les discours médicaux, une espèce botanique est mise en avant : la rose. La rose qui représente à elle seule, aux dires des médecins – mais également des peintres, des philosophes et des poètes – la fragilité, l’éphémère beauté et la virginité féminine, principaux attributs de la puberté féminine.


[1] Georges-Louis Leclerc Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du Roy, Paris, Imprimerie royale, 1749, t. 2, p. 478.

[2] Tout comme la puberté, la ménopause est considérée comme étant une période critique pour les femmes. D’abord appelé « âge critique », « âge climatérique » ou « âge de retour », la terminologie « ménopause » apparaît pour la première fois en 1821 dans un traité du médecin Louis de Gardanne : Charles Pierre Louis de Gardanne, Avis aux femmes qui entrent dans l’âge critique, Paris, Imprimerie de J. Moronval; Chez Gabon, 1816.
Sur l’histoire de la ménopause voir : Annick Tillier, « Un âge critique. La ménopause sous le regard des médecins des XVIIIe et XIXe siècles », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2005, no 21, pp. 269-280 ; Véronique Moulinié, « Andropause et ménopause : la sexualité sur ordonnance », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2013, no 37, pp. 105-121 ; Christine Théré, « Âge de retour et retour d’âge : l’asymétrie entre les sexes dans les discours médicaux en France (1770-1836) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2015, no 42, pp. 53-77.

[3] Jacques-Louis Moreau, Histoire naturelle de la femme, Tome 2, Paris, Chez Letellier, 1803, p. 368.

[4] Guillaume Daignan, Tableau des variétés de la vie humaine avec les avantages & les désavantages de chaque constitution ; & des avis très-importans aux pères & aux mères sur la santé de leurs enfans de l’un & l’autre sexe, surtout à l’âge de puberté, Paris, Chez l’auteur, 1786.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.