Journée d’étude Humain et végétal – Expliquer la formation des monstres par le végétal

Corps fertiles, productions monstrueuses. Comprendre le vivant à travers la production de l’étrange au XIXe siècle : discours sur les humains et les végétaux

Louise Couëffé (Université d’Angers – Laboratoire TEMOS)

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Histoire générale et particulière des anomalies de l’organisation chez l’homme et les animaux, Tome 3, Paris : Baillère, 1837, pl XIV | En ligne sur gallica www.gallica.fr

Comme le souligne Georges Canguilhem, « l’existence des monstres met en question la vie quant au pouvoir qu’elle a de nous enseigner l’ordre[1] ». Elle questionne la reproduction en tant que processus par lequel les êtres vivants produisent des êtres semblables à eux-mêmes. A partir du XVIIIe siècle, le monstre devient l’objet d’études physiologiques, morphologiques, anatomiques qui se détachent d’explications théologiques ou métaphysiques. Les monstres deviennent un objet de questionnements scientifiques avec la création de la tératologie par Etienne et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire au début du XIXe siècle en utilisant notamment l’anatomie comparée et l’embryologie. Leur objectif est d’établir une classification des formes de monstruosité afin d’identifier les lois de la production de l’anormal. Elle est au cœur de débats sur l’épigénèse et le préformationnisme, l’hérédité.

Les traités de tératologie concernent soit l’étude des cas animaux et humains, soit les monstruosités botaniques. L’analyse des textes montre cependant que les trois catégories du vivant (humain, animal et végétal) sont mentionnées. Les auteurs raisonnent par analogies successives, allant du végétal à l’animal et à l’humain. Ils soulignent parfois des types de monstruosités proches ou communs entre l’humain et le végétal, notamment l’hermaphrodisme, la présence d’un organe supplémentaire (assimilée à la polydactylie). La plupart de ces évocations ont pour but de mettre en lumière des catégories tératologiques communes à l’ensemble du vivant.

Les parallèles entre humains et végétal concernant la production des monstres sont relativement asymétriques. Les sources portant sur la tératologie végétale n’expliquent que peu la formation de monstres par des métaphores avec l’humain. En revanche, la tératologie humaine et animale mobilise des métaphores basées sur les modes de reproductions particuliers du végétal. En raison de la facilité d’observation et d’expérimentation sur le végétal, la métaphore de la greffe est utilisée pour désigner un phénomène de soudure anormal de deux individus. Elle se construit sur l’étude de la « greffe en approche », qui désigne la soudure des tissus de deux individus végétaux soumis à une certaine pression au point de frottement[2].

Louis Noisette, La Greffe, Paris, librairie agricole de la maison rustique, 1857, pl. 5 | En ligne sur gallica

Elle permet de penser et de justifier la genèse accidentelle de certaines formes de monstruosité par soudure, soit du fœtus avec la paroi de l’utérus, soit entre deux embryons, menant dans ce cas à la formation de « monstres doubles ».

Le sens de cette métaphore, son utilisation et les éléments mobilisés évoluent en fonction des connaissances en physiologie végétale et animale, et les objectifs auteurs. Au début du XIXe siècle, elle est parfois utilisée comme fondement et désignation d’une catégorie tératologique[3]. Selon Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, la formation des monstres doubles et la greffe sont imputables à la « loi d’affinité de soi pour soi », qui repose sur le principe d’unité physiologique du vivant. Il explique l’union de deux individus par la soudure d’organes et de tissus similaires[4], ce qui consolide l’hypothèse de la formation accidentelle des monstres doubles.

En botanique, l’observation d’un cas de monstruosité double par la soudure de deux individus est assimilée avec précaution aux catégories tératologiques définies pour l’animal et l’humain, car le processus de développement des plantes est différent. En effet, il est difficile d’établir s’il s’agit d’un défaut des graines, et d’une soudure initiale entre deux embryons, ou bien d’une greffe en approche classique due aux conditions de culture. L’observation d’un cas tératologique semblable chez une carotte par un botaniste amateur est ainsi suivie d’une expérimentation[5].

La métaphore de la greffe est de moins en moins présente dans les travaux tératologiques de la deuxième moitié du XIXe siècle, alors que l’acceptation plus large de la théorie cellulaire favorise une connaissance plus fine du développement embryonnaire. La métaphore de la greffe change d’échelle et n’est plus appliquée aux individus : si elle concerne toujours les tissus, elle est centrée sur les cellules responsables de la soudure au stade embryonnaire. Camille Dareste associe par analogies successives les cellules embryonnaires avec celles intervenant dans la cicatrisation des tissus animaux ou végétaux lors d’une greffe[6]. Le végétal permet ainsi de penser par analogie, d’argumenter puis d’expliquer de manière didactique un phénomène physiologique complexe, à l’origine de l’échec d’une reproduction « normale ». Les éléments mobilisés évoluent suivant les connaissances scientifiques, et reposent sur la définition de processus physiologiques et d’unités d’analyse communs à l’ensemble du vivant. Ces principes d’unité permettent de s’inspirer de la greffe, mode de reproduction propre au végétal, pour mener d’autres expérimentations en zoologie puis en médecine.


[1] Georges CANGUILHEM, « La monstruosité et le monstrueux », La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 2009 (1965)

[2] Patrick TORT, L’ordre et les monstres. Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au XVIIIe siècle, Syllepse, 1998 ; Anne-Elisabeth LE BOULC’H, Une histoire de la greffe végétale au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Enjeux scientifiques d’une pratique horticole. Thèse de doctorat en histoire des sciences sous la direction de Stéphane Tirard, Université de Nantes, Centre François Viète, soutenue le 29 novembre 2017

[3] Pierre-Alexandre Charvet, Recherches pour servir à l’histoire générale de la monstruosité chez les animaux, et par suite à l’histoire de la génération. Thèse de doctorat, faculté des sciences de Paris, 1827. En ligne sur gallica

[4] E. Geoffroy-Saint-Hilaire, « Philosophie de la nature », Comptes Rendus des séances de l’Académie des sciences, tome IX, Paris, 1839. En ligne sur gallica

[5] Eudes-Deslongchamps, « Sur une monstruosité double, ou synoptie de la carotte commune (Daucus carota) cultivée », Mémoires de la Société linnéenne de Normandie, Caen, 1862. En ligne sur gallica

[6] Camille Dareste, Recherches sur la production artificielle des monstruosités ou essais de tératogénie expérimentale, Deuxième édition revue et augmentée, Paris, Reinwald, 1891. En ligne sur gallica


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.