Colloque “Donner à voir l’histoire sociale des migrations” et exposition “La Vie HLM”

L’association pour un Musée du Logement populaire (AMuLoP, composée d’enseignants du secondaire et du supérieur et d’archivistes, est à l’origine d’une exposition sur l’histoire des banlieues populaires au 20e siècle vue à travers la vie quotidienne des habitant.e.s de ces quartiers. Intitulée “La Vie HLM. Histoires d’habitant.e.s de logements populaires”, cette exposition repose sur une enquête microhistorique sur la cité Emile-Dubois dite “les 800”, à Aubervilliers, construite en 1957. L’exposition a lieu in situ et se déroule dans des appartements reconstitués autour de plusieurs époques. Des médiateurs et médiatrices permettent de découvrir l’histoire et les trajectoires des habitant.e.s et ainsi d’aborder de nombreuses thématiques : travail, logement, santé, migrations, mouvements sociaux ou encore rapports de genre. Des visites suivies d’un échange avec les membres de l’AMuLoP qui ont conçu l’exposition sont proposées aux étudiants.

En complément de cette exposition, l’AMuLop est à l’origine d’un colloque international intitulé “Donner à voir l’histoire sociale des migrations” qui se déroulera les 14 et 15 février 2022 au campus Condorcet à Aubervilliers, avec le soutien de TEMOS. Coordonné par Fabrice Langrognet (Oxford University (Faculty of History) et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne [CHS]) et Muriel Cohen (Université du Mans, TEMOS), ce colloque réunira des universitaires spécialistes des migrations, du patrimoine et de la médiation, ainsi que des praticiens et praticiennes qui dirigent des musées à travers le monde (Tenement Museum de New-York, Back to Backs de Birmingham, etc.). Ce colloque est consacré aux questions de (re-)présentation muséographique de l’histoire sociale en général, et de l’histoire sociale des migrations en particulier. En point de mire, l’identification et la discussion critique des pratiques qui peuvent le mieux transmettre des contenus historiques en la matière et toucher un large public. Quelles approches sont les mieux à même d’amener les visiteurs à comprendre, à ressentir et à se projeter dans la vie quotidienne des familles ouvrières et migrantes du passé ? Quelles sont les difficultés que présentent la conception et la médiation de contenus d’histoire des migrations ? Comment refléter les apports de l’historiographie et produire une narration inclusive ? Enfin, nous réfléchirons aux modalités permettant d’impliquer des personnes issues des migrations et/ou des quartiers populaires dans le processus muséographique lui-même.

Consulter le programme du colloque


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.