Soutenance de thèse de Véronique Bignon

Par Sacha Lenormand, étudiant en M1 Histoire parcours PRH à l’Université d’Angers

Le jeudi 24 novembre était présente à la Maison de la recherche Germaine Tillion, Véronique Bignon, enseignante d’économie-gestion dans un lycée hôtelier parisien pour la soutenance de sa thèse dont le sujet portait sur : « Approvisionnements alimentaires et société dans les campagnes du Nord-Ouest du Bas-Maine au XVIIIe siècle ». Comme nous avions pu le lire dans l’annonce de sa soutenance, ce sujet avait pour « ambition d’approcher le fonctionnement de l’ensemble d’une société rurale de l’Ancien Régime par le prisme de ses approvisionnements alimentaires, dans un contexte de culture de la faim qui fait de l’accès aux subsistances une obsession lancinante ». Une ambition plus que réalisée au vu de la qualité du travail rendu par Mme Bignon. Cette thèse était encadrée par Florent Quellier, enseignant-chercheur à l’Université d’Angers, spécialiste de l’histoire de l’alimentation à l’époque moderne. Le jury était donc composé de son directeur de thèse, de deux rapporteurs, Alain Belmont, Professeur des Universités à l’Université de Grenoble Alpes, Philippe Meyzie, Maître de Conférences HDR à l’Université de Bordeaux Montaigne, de deux examinateur·ices, Emmanuelle Charpentier, Maîtresse de Conférence à lUniversité de Toulouse Jean Jaurès et Benoît Musset, Maître de Conférences à Le Mans Université. Ce jury était présidé par Anne Montenach, Professeure des Universités à Aix-Marseille Université.

Dans un premier temps, Véronique Bignon fut invitée à présenter son sujet durant une vingtaine de minutes environ. Une présentation très émouvante où Madame Bignon nous a offert la possibilité de comprendre ses motivations, sa méthodologie et ses sources utilisées. C’est avec la présentation de son parcours que Madame Bignon démarre sa soutenance. C’est ainsi qu’on comprend très vite l’intérêt que celle-ci porte à sa région de cœur, le Bas-Maine. On apprend également que son parcours étudiant ne s’est pas de suite dirigé vers l’histoire. En effet, ce n’est qu’en 2013 que Madame Bignon rencontre M. Quellier lors d’une porte ouverte pour un master en un an portant sur « l’histoire de l’alimentation ». Ce Master était à l’époque dispensé à l’Université de Tours et géré par M. Quellier. Madame Bignon tente sa chance et intègre ce master en parallèle de son emploi d’enseignante – elle sera d’ailleurs retraitée cette année. Le Master en poche, Madame Bignon soumet sa candidature à M. Quellier pour effectuer une thèse portant sur le sujet ci-dessus. Celui-ci accepte et Mme Bignon démarre donc son doctorat en 2015. S’en suivront sept années de travail de recherche effectué en parallèle de son métier d’enseignante, mais aussi et surtout sans aucun financement extérieur. Durant cette période, Madame Bignon construit un corpus documentaire solide qui impressionne l’ensemble du jury. Ses sources utilisées sont diverses, « ouvrages de grands-parents, brocantes, archives notariales 1769-1792, archives nationales ». En tout, et même si ces chiffres ont fait débat lors de cette soutenance, Madame Bignon rassemblera dans cette thèse, pas moins de 880 pages de texte rédigés, 222 figures, 151 annexes ou encore 460 inventaires après essais. Ces sources sont également agrémentées de pas moins de plus de 350 références bibliographiques, un travail considérable.

La foire de Guibray par François Chauvel, sieur de Cantepie gravée par Cochon (1658). Bibliothèque municipale de Lisieux. Disponible à l’adresse : https://www.bmlisieux.com/images/guibray01_t.jpg

Dans un second temps, Madame Bignon aborde certaines zones d’ombres qu’elle aurait souhaité pouvoir creuser davantage, notamment « l’élevage de volaille » qui demeure malheureusement peu sourcé dans le cadre de ses bornes chronologiques et spatiales. Alternant entre anecdotes personnelles et analyses internes et externes du sujet, Madame Bignon touche le public présent par sa sincérité et ses connaissances historiques. Selon elle, un « chercheur ne doit se fermer aucune porte de fonds d’archive ». C’est ainsi qu’on apprend qu’elle était à deux doigts de se déplacer à Monaco afin d’étudier un chartrier qui lui semblait fondamental pour son sujet. Par chance, celui-ci se trouvait à Paris. On apprend également l’influence familiale autour du travail de Madame Bignon notamment celle de son papa, sans qui elle n’aurait sûrement pas étudié le terme de « génotte » par exemple. Madame Bignon achève ses propos sur des remerciements chargés de sincérité et d’émotion pour ensuite laisser la parole à M. Quellier. Celui-ci a remercié dans un premier temps l’ensemble du jury pour sa présence et l’intérêt porté au sujet de Mme Bignon. M. Quellier ne cache pas le plaisir partagé par la réalisation de cette thèse avec Madame Bignon, relevant l’apport historiographique qu’elle représente. Par la suite, les deux rapporteurs puis les deux examinateurs ont fait part de leurs remarques et questions. Tous étaient unanimes sur la qualité de ce travail et subjugués par le nombre de sources traitées. Certaines critiques furent présentées, notamment l’aspect trop général de la bibliographie. Dans son ensemble, cette soutenance fut un franc succès, Madame Bignon a répondu à ces critiques de manière fluide et spontanée, convainquant le jury à chacune de ses interventions.

Vers 17h30, le jury décide de se retirer pour statuer de la soutenance de Madame Bignon. La tension est à son paroxysme. 15 minutes plus tard, le jury nous invite à revenir dans l’amphithéâtre Germaine Tillion. L’ensemble de l’auditoire est levé, saluant la prestation de Madame Bignon. Le jury présidé par Madame Montenach est revenu sur la qualité du travail de Madame Bignon, saluant l’apport historique que représenterait la publication de celle-ci. C’est donc avec évidence que Véronique Bignon s’est vu conférer par le jury le titre de « docteur en histoire de l’Université d’Angers ». Moment qui restera évidemment en mémoire pour Madame Bignon qui ne cacha pas sa joie et son émotion. La soutenance passée, Madame Bignon fit une nouvelle fois preuve de gentillesse et de bienveillance en conviant toute l’assistance à un apéritif nous permettant de goûter bons nombres de produits de sa région tels que le paumé ou encore le miel de Sarrazin qui ont ravi nos papilles. C’est donc avec plaisir que nous avons pu assister à cette soutenance forte en émotion, donnant de l’espoir et de l’entrain aux jeunes étudiants de Master 1 que nous sommes. Nos pensées vont donc à Madame Bignon et le temps que celle-ci nous a apporté en cette belle journée du 24 novembre. Merci à vous Docteure Bignon.



Citer ce billet
TEMOS (2022, 15 décembre). Soutenance de thèse de Véronique Bignon. TEMOS - temps, mondes, sociétés. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/up8c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search