TEMOS participe au GIS Religions

GIS Religions

Lancé il y a moins d’un an sur l’initiative de Philippe Martin (Professeur d’Histoire moderne, Université de Lyon) et de Séverine Mathieu (Directrice d’Etudes en sociologie des religions, EPHE, Paris), le GIS Religions, textes, pratiques, pouvoirs regroupe 25 laboratoires (en grande majorité français, mais aussi belge et canadien). Il est dirigé par Philippe Martin, assisté d’un conseil scientifique où siègent les représentants des institutions partenaires (parmi lesquelles TEMOS) et bénéficie du concours de Mme Malika Gragueb (DRED Lyon 2), pour sa gestion. Depuis début septembre, une plateforme internet a été ouverte (http://gis-religions.fr/actualites) : elle offre une large palette d’informations, consacrées notamment aux informations relatives aux formations qualifiantes dispensées dans les établissements associés. Une première réunion du conseil scientifique aura lieu à Strasbourg les 25 et 26 octobre prochain. Elle aura pour but de préciser le fonctionnement administratif du GIS mais portera aussi sur l’actualité de la recherche. Elle comportera donc un temps d’échanges sur l’interdisciplinarité, choix scientifique qui préside à l’existence même du Groupement, puis fera place à une table ronde intitulée « autour des textes »

Deux autres initiatives sont dès à présent prévues :

 1) la venue de deux collègues de l’UQAM, appelées sur invitation à se déplacer dans les laboratoires partenaires, à savoir Yves Gingras dont les travaux portent sur les rapports entre sciences et religion et Louis Rousseau qui aborde dans ses recherches la question des accommodements raisonnables et des liens entre religions et immigration.

2) La tenue d’un congrès, dont l’appel à proposition a été diffusé auprès des membres de TEMOS. Il aura lieu à Lyon les 8 et 9 octobre 2019 (Université de Lyon 2/Musée des Confluences) et aura pour thème « La tradition, identité, temporalités, enjeux ». Cette conférence interdisciplinaire aura pour objet de considérer toutes les religions, et de favoriser l’attention portée à la diversité des faits religieux et courants spirituels, sans exclusive spatiale ni temporelle. Surtout, le congrès lyonnais examinera les points suivants :

  1. La relecture de la tradition en ce qu’elle peut l’unité ou provoquer l’éclatement du croire;
  2. Les liens créés entre la tradition et les « les vécus de la conscience », pour envisager leur complexité et leurs évolutions
  3. Les questions liées aux processus de transmission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.