La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle

CICHON Matthieu – GUERIN Mathilde
M1 Pratiques de la Recherche Historique

Le mercredi 12 décembre 2018, Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université du Mans et membre de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), a présenté ses recherches sur Paul d’Estournelles de Constant, dans le cadre du séminaire du master «Pratiques de la recherche historique». La séance a porté sur «la dotation Carnegie pour la paix internationale : influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle».

L’objectif de Stéphane Tison était de présenter une thématique encore récente dans l’historiographie française et peu travaillée par les historiens des guerres mondiales : le concept de paix et le champ des peace studies. En effet, a été essentiellement mise en avant la «brutalisation des sociétés» de George Mosse et une vision catastrophiste des guerres mondiales. L’intervenant a effectué un travail dans les archives départementales de la Sarthe et à New-York pour se centrer sur deux détenteurs du prix Nobel de la paix : Paul d’Estournelles de Constant, diplomate et sénateur sarthois, et son correspondant étasunien Nicholas Murray Butler, gestionnaire de la dotation Carnegie. L’ouvrage qu’il a réalisé avec Nadine Akhund En guerre pour la paix : correspondance Paul d’Estournelles de Constant et Nicholas Murray Butler1914-1919 (éditions Alma, 2018) met en avant la théorisation du droit international et les stratégies d’usages, par les protagonistes, du mot «paix», pourtant interdit dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

A partir de sa fondation en 1911, la dotation Andrew Carnegie a pour objectif de maintenir, par le dialogue, la paix internationale. Selon les propos de Stéphane Tison, elle peut être comparée à la Fondation Bill Gates. Les personnalités qui composent cette institution viennent de secteurs divers (juristes, universitaires, diplomates). Les bureaux, disséminés à Washington, New-York, Paris, renforcent l’influence de ces experts internationaux et montre la dimension transnationale de la dotation Carnegie. Celle-ci a fait construire des bibliothèques, entre 1902 et 1907 aux États-Unis et en Europe, pour enseigner et diffuser par le livre la culture de paix.

Le siège parisien, créé en 1911, est dirigé par Paul d’Estournelles de Constant. Son but est d’informer les membres du bureau américain par des lettres ou des rapports des événements qui se déroulent en Europe. Une correspondance volumineuse échangée avec Nicholas Murray Butler donne des informations de première main aux responsables américains… et à l’historien. En effet, des individus de la dotation sont envoyés sur le front pour faire part de leurs observations sur ce qui s’y passe réellement. Outre ce rôle d’information, des fichiers ont été créés pour localiser les victimes ou les prisonniers du front. Un travail pédagogique a également été mené et diffusé auprès des parlementaires pour les familiariser au droit international.

Stéphane Tison expose les concepts qui ont été pensés sur la paix par les deux protagonistes. Butler, dans une logique américaine d’égalité entre les peuples, met en valeur l’idée d’esprit international. Selon lui, la paix est nécessaire pour l’éclosion d’économies florissantes. Le concept de réconciliation avec l’Allemagne construit le raisonnement de d’Estournelles sur le sujet. Selon l’ancien diplomate, l’humiliation de l’ennemi d’hier ne ferait que déclencher une autre guerre. L’intervenant souligne à la fin de la séance que Butler et d’Estournelles n’envisagent que des possibles et non des solutions à la paix. Pour eux, les traités sont un échec puisqu’ils ne s’inscrivent pas dans la continuité de la conférence de la Haye (1909).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.