Obtention d’une bourse de recherche du Château de Versailles 2018

Mathieu THERMED, doctorant

En octobre 2018, j’ai candidaté à une proposition de bourse octroyée par le Centre de recherche du château de Versailles, information relayée par la liste de diffusion de l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF). N’ayant pu bénéficier d’un financement de thèse, cela me paraissait un recours efficace pour subvenir aux divers frais liés aux différents séjours de recherche que je dois effectuer dans le cadre de la préparation de ma thèse de doctorat (en particulier au Danemark).

Un certain nombre de conditions doivent être remplies pour pouvoir candidater. Les thématiques de recherche doivent concerner les sciences humaines et, plus particulièrement, divers sujets généraux en lien avec les thèmes développés par le CRCV, comme les modes d’exercice du pouvoir, les institutions curiales, les représentations du pouvoir, les mentalités sociales, l’architecture, etc. Le cadre spatio-temporel défini pour le développement de ces thématiques est assez large : l’époque moderne et le début de l’époque contemporaine (du XVIe au XIXe siècle) et l’espace européen.

Jacques SALY (1717-1776), Buste du président Ogier, 1759, bronze, Copenhague, Statens Museum for Kunst

J’ai pu constater que mon sujet de recherche, « Jean-François Ogier d’Hénonville (1703-1775) : la carrière d’un diplomate parisien au temps des Lumières », s’inscrivait pleinement dans ces thématiques, à plusieurs titres. Ce personnage, sur lequel mon travail se focalise, était de 1729 à 1745 président au Parlement de Paris, et de fait acteur clef des cercles jansénistes parisiens et de la contestation parlementaire sous le ministériat du cardinal de Fleury. Le fonctionnement des cours souveraines, les grands débats religieux et politiques du XVIIIe siècle ainsi que la confrontation avec le pouvoir royal occupent donc une part décisive dans la jeunesse de Jean-François Ogier. Au soir de sa vie, en tant que conseiller d’État (1766), il fut chargé par Louis XV de réconcilier la province de Bretagne avec le pouvoir royal, suite à l’affaire La Chalotais. Il s’agit ici d’une véritable mission de confiance qui révèle que le personnage, rentré dans le rang, avait un crédit incontesté auprès du roi et de ses proches conseillers (notamment Choiseul).

Par la suite, après une courte période d’exil, il obtint plusieurs charges lucratives, comme la fonction de surintendant des finances de la Dauphine (poste qu’il occupa de 1744 à 1770) et la charge de lieutenant général de la capitainerie des chasses de la Varenne du Louvre. La surintendance l’obligea à séjourner régulièrement à Versailles, où il disposait d’un appartement dans l’aile nord. Plusieurs mémorialistes évoquent sa présence à la Cour, dans les cercles proches (sinon très proches) du pouvoir, dans l’entourage de Mme de Pompadour notamment, tout en étant – ce qui peut sembler contradictoire – proche des milieux dévots autour du Dauphin Louis-Ferdinand. Cette fonction de Cour et sa présence discrète mais tangible en tant que courtisan, était complétée, au-delà de sa charge de lieutenant général des chasses (fonction purement judiciaire), par sa grande passion pour l’art cynégétique, relatée par le duc de Croÿ, qui venait régulièrement chasser sur ses terres. Ogier s’inscrit donc aussi dans les milieux de la Cour et dans les modes de vie aristocratiques de son temps : il était châtelain, possédait plusieurs domaines dans le Vexin français et au sud de Paris, ainsi que l’hôtel de Lauzun, l’un des plus riches hôtels parisiens, qu’il vendit en 1764.

De 1753 à 1766, une nouvelle étape de sa vie s’ouvrait lorsqu’il occupa la fonction de ministre plénipotentiaire, puis d’ambassadeur auprès de la Cour de Danemark. Chargé de conserver l’amitié franco-danoise, de renforcer contre vents et marées le « système du Nord » entre le Danemark et la Suède, de consolider les traités de commerce et de faire face aux pressions constantes de la Grande-Bretagne et de la Prusse, Ogier fut aussi un acteur à sa façon du rapprochement culturel des deux pays. Admis dans l’intimité du roi Frédéric V, il œuvra efficacement au développement de la culture française à Copenhague. Sous son ambassade, de nombreux artistes travaillèrent pour la Cour danoise ; il introduisit aussi la mode de la porcelaine de Sèvres, qui était une de ses passions. Ainsi, d’une cour à l’autre, nous voyons le personnage s’adapter, évoluer et incarner une véritable diplomatie culturelle, digne du rayonnement impulsé par Versailles.

Dans ce domaine culturel, Ogier est aussi un personnage éclectique. Sa bibliothèque riche et variée, sa fabuleuse collection de minéralogie et de fossiles, son goût pour les sciences (partagé avec son épouse), l’équitation, la chasse, sont autant d’éléments qui font de lui un exemple original de l’homme éclairé et de l’honnête homme du XVIIIe siècle, et nous pouvons ainsi l’introduire dans l’histoire des mentalités de cette période.

Après avoir envoyé un dossier de candidature comprenant un curriculum vitæ, un projet de recherche exposant mon travail et justifiant son insertion dans les thématiques du CRCV, ainsi que deux lettres de recommandation, j’ai pu être l’un des 4 lauréats sélectionnés cette année par la commission scientifique.

Grâce à cette bourse de recherche d’un montant de 7 500 euros, je vais pouvoir, au cours des deux années à venir, achever paisiblement mon effort de recherche (achats d’ouvrages, abonnements de bibliothèques, participations à des colloques, séjours parisiens et danois : frais de transport, de logement, etc.) et travailler à la rédaction mais aussi, avec l’aval de l’autorité compétente, à la diffusion de mon travail. Un premier séjour à Copenhague, effectué en décembre 2018, m’a permis de me familiariser avec les sources conservées au Rigsarkivet et à Den Kongelige Bibliotek, de découvrir le cadre historique et artistique dans lequel Ogier a pu évoluer durant les treize années de sa mission diplomatique, et de renforcer mes contacts avec Gunner Lind, professeur à l’université de Copenhague et membre du SAXO-Institute, qui m’a beaucoup aidé de ses conseils depuis plus d’un an. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.