Échos de la rencontre annuelle de l’Association (internationale) de l’histoire orale (octobre 2018, Québec)

Pins célébrant l'historien Alessandro Portelli avec la mention "To quote Portelli"
Pins célébrant l’historien Alessandro Portelli

Jean-Philippe Legois, doctorant

L’université Concordia, à Montréal (Québec, Canada), a accueilli, du 10 au 14 octobre 2018, la réunion annuelle de l’Oral history association (OHA) : c’est bien plus des 700 participant-es attendus, près de 800, qui sont venu-es des cinq continents, même si on y comptait très peu de français, de francophones, voire de non-anglophones. Dans cette université transformée en Babel de l’histoire orale, on pouvait y retrouver ouvrages, revues et même des pins dont un à la gloire de l’historien oral italien, Alessandro Portelli (To quote Portelli). C’était non seulement un honneur, mais aussi un plaisir d’y représenter le laboratoire TEMOS.

Comme pour d’autres participant-es (notamment deux alumni du master d’histoire orale de l’université de Columbia, Svetlana Kitto & Lynn Lewis), il était difficile de choisir parmi les différentes sessions proposées (de 6 à 11 simultanément). Mon sujet de recherche doctorale en archivistique portant sur « les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des années 1968 » (Université d’Angers – TEMOS / sous la direction de Patrice Marcilloux), avec l’accord et l’aide des organisateur-es, j’ai pu diffuser un questionnaire sommaire (en français et en anglais) qui a été intégré à l’ensemble des documents distribués à l’accueil des participant-es ; l’objectif était de repérer quantitativement un certain nombre de campagnes de collectes similaires.

Qualitativement, j’ai pu assister à certaines interventions ayant trait à de telles campagnes (dans différentes sessions « long sixties »). Je tiens à mentionner particulièrement les interventions d’Atalia Shragai (The hebrew university of Jerusalem) sur des histoires de vie d’hippies américains au Costa Rica, d’Ophelynn Pil Cano (University of San Carlos) sur le militantisme étudiant (1969-86) aux Philippines, notamment à Cebu, et de Catherine Charlebois (Centre d’histoire de Montréal) sur la collecte de témoignages et l’exposition « Explosion 67 … 68, 69 ». Encore visible alors, j’ai d’ailleurs pu visiter cette belle expérimentation de valorisation de mémoires collectives autour d’un événement (exposition universelle de 1967) en anglais et en français.

Affiche de l’exposition « Explosion 67 … 68, 69 »

Plus globalement, l’ouverture officielle de cette réunion annuelle a placé la rencontre sous le signe de deux des enjeux de l’histoire orale : la mémoire des peuples amérindiens ou « autochtones » et la mémoire des mouvements étudiants. Après les chants traditionnels des uns, nous avons pu découvrir une exposition et une courte pièce de théâtre sur le « printemps érable » qui, en 2012, vit les étudiants québecois se mobiliser plusieurs mois de suite, de février à septembre, contre la hausse des frais d’inscription. Sur cette même mobilisation étudiante, signalons également l’exposition « Striking memories ».

Outre l’enjeu de l’éditorialisation, alors qu’en France également on parle de plus en plus de médiation (public history) et d’actions participatives, l’#OHA2018 a été aussi l’occasion de présenter un ouvrage sur le développement de la démarche participative, notamment dans le domaine de l’histoire orale. L’ouvrage Going Public. The Art of Participatory Practice d’Elizabeth Miller, Ted Little & Steven High a été présenté au coeur même du Centre d’histoire orale et des récits numériques (CHORN) de l’université Concordia (Center for oral history and digital storytelling, COHDS). Le CHORN, fondé en 2006, à l’initiative de Steven High, pour collecter et valoriser tout type de mémoire collective, véritable coeur vibrant de l’ « histoire orale par en bas », a été la cheville ouvrière de cet #OHA2018 autour de sa co-directrice Cynthia Hammond. Rendez-vous en 2019 à Salt Lake City.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.