Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison)

Le parcours de Mgr Grente – évêque du Mans en 1918, académicien en 1937, cardinal en 1953 – dessine par lui-même une géographie du pouvoir.

Après une première journée d’études organisée le 3 février 2017 par Dominique Avon (EPHE) et consacrée au Cardinal Grente, homme de Lettres et académicien, une deuxième journée d’études s’est tenue à l’université du Mans le 12 avril 2018. Ces deux journées s’inscrivent dans le projet de valorisation des archives de Mgr Grente dont le classement raisonné a été réalisé par Brigitte Waché, professeur émérite à l’université du Mans.

Cette 2e journée proposée par Frédéric Le Moigne (Université de Bretagne occidentale) et Stéphane Tison (Le Mans Université) visait à mesurer l’influence nationale et internationale de Georges Grente. Sa position dans l’Église de France, dans la chrétienté de même que son action missionnaire, croisant parfois des enjeux politiques ou géopolitiques, permet de tracer les contours de la géographie du pouvoir de Mgr Grente.

Au cours de son épiscopat, l’un des plus longs en France au 20e siècle, Grente a pu s’inscrire dans de multiples réseaux. En premier lieu, celui du cardinal Dubois, archevêque de Paris, dont il est le protégé et qu’il accompagne lors de missions importantes. Au Levant en 1919-1920 lorsque le gouvernement français, peu avant de créer de nouveaux liens diplomatiques avec le Vatican cherche à retisser les relations avec les institutions catholiques présentes dans le mandat français de Syrie-Liban ; aux États-Unis pour renforcer les relations entre l’Église de France avec celle du nouveau monde lors de l’imposant Congrès eucharistique de Chicago en 1926-27. Sa fidélité envers Dubois le dessert parfois dans son diocèse, notamment lorsqu’en 1926, Grente approuve la condamnation d’Action française, tout en restant en partie réservé sur la forme donnée à cette condamnation. Dubois ne le trouve pas assez ferme quand l’Action française le juge trop lié à Dubois : aussi doit-il maintenir un équilibre complexe au sein de son diocèse, s’appuyant sur l’autorité de l’archevêque de Paris, l’enfant de Saint-Calais (Sarthe), tout en pâtissant parfois de cette influence. Après la mort du cardinal Dubois en 1929, il doit sa progressive ascension à l’amitié qui le lie avec Mgr Pacelli (futur Pie XII) qu’il rencontre en 1932.C’est ce dernier qui le promeut archevêque à titre personnel en 1943 puis en fait un cardinal en 1952. Conservateur, nourrissant un patriotisme charnel qu’il illustre dans ses nombreux discours et ouvrages, Grente approuve le gouvernement de Pétain par anti-communisme, tout en faisant jouer ses réseaux à partir de 1942 pour favoriser le sauvetage des juifs persécutés par le régime. Dans les années 1950, favorable au maintien de l’Algérie dans le territoire français, il se rallie rapidement à de Gaulle, engageant les prêtres de son diocèse à voter en faveur du referendum pour la 5e république.

Un ouvrage réunissant les résultats de ces deux journées d’études, ainsi que l’inventaire des archives Grente et quelques récits de témoins ayant côtoyé le cardinal Grente sera publié en 2019.

Stéphane Tison

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search