Terrain de recherche : itinéraire d’une doctorante à vélo

Par Marine Gilis, septembre 2019

Marine Gilis est doctorante à l’Université d’Angers sous la direction de Christine Bard et membre de l’association Archives du féminisme. Elle travaille sur l’expérience de libération sexuelle des militantes du MLF (1970-1980) et en particulier sur les parcours des militantes des groupes femmes en Bretagne et Pays-de-la-Loire. Du 2 au 23 juillet 2019, elle est partie trois semaines sur le terrain, à la rencontre des féministes bretonnes de Saint-Brieuc à Audierne, à vélo. Outre des entretiens pour sa thèse et des recherches dans les centres d’archives, elle a réalisé trois films qui rejoindront bientôt le fonds d’archives audiovisuel d’Archives du féminisme et seront consultables à la bibliothèque universitaire d’Angers.

Arrivée sur la plage de Treboul le 17 juillet 2019

Genèse du projet

C’est au cœur de l’hiver que cette idée de Tro Breizh* m’est venue. J’orientais progressivement mes recherches sur les sources bretonnes et ligériennes en même temps que je me fixais un objectif de 40 entretiens pour ma thèse. L’idée de faire mon terrain de recherche à vélo a, dans un premier temps, été un impensé dans ma démarche. Je voulais simplement, à ce moment-là, faire de ma thèse une expérience exaltante et montrer à mes proches qu’un travail universitaire était aussi une expérience humaine et de dépassement de soi et ne se réduisait pas à un travail quotidien derrière un écran d’ordinateur. Je me suis rendue compte que mon projet, sous cette forme un peu « aventureuse », avait une dimension positive qui suscitait la curiosité et l’enthousiasme des personnes à qui j’en parlais. Cela a d’ailleurs, dans une certaine mesure, facilité la prise de contact avec mes témoins. Ce projet de terrain a été médiatisé. Il est d’abord paru dans le magazine Breizh femmes sous la plume de Geneviève Roy, puis, grâce à Laurent Beauvallet, mon portrait est paru dans Ouest France, le jour de mon départ pour la Bretagne.

J’ai compris, quelques semaines avant le départ, que connaître « physiquement » un territoire, avoir l’expérience du cheminement entre les paysages, dans les villes et chez les habitant.e.s ferait émerger une compréhension et des analyses plus approfondies. Éclater mon terrain, plutôt que de me concentrer sur 2 ou 3 grandes villes, me permet également de rencontrer des parcours différents dans des groupes femmes qui n’ont ni la même chronologie d’existence, ni les mêmes modalités d’échanges et de circulation des idées, ni même tout à fait le même mode de fonctionnement.

* Tro Breizh = « tour de Bretagne » en breton.

Itinéraire

Carte de l'itinéraire suivi entre Saint-Brieuc et Audierne

C’est au début du mois de juin que j’ai fixé mon itinéraire. Je devais prendre en compte les lieux où se trouvaient des archives, les témoins et la distance entre chaque étape pour être à l’aise physiquement. Je suis partie de Saint-Brieuc, puis je suis passée par Paimpol, Lannion, Morlaix, Brest, Quimper, Douarnenez et Audierne, entre le 2 et le 25 juillet.

Le matériel pour les entretiens et le travail en archives

Pour réaliser un film : trépied, housse de rangement, caméra, micro-cravate, 2 batteries, chargeur, carte-mémoire de grande capacité. Un tendeur pour maintenir le trépied sur le porte-bagages.
Pour réaliser un entretien non filmé : dictaphone et chargeur.
Pour travailler en archives : appareil photo, chargeur.
Pour sauvegarder ses données : disque-dur externe.

En plus de mon équipement de vélo et des affaires pour le quotidien, il m’a fallu transporter le matériel pour réaliser les entretiens et travailler en archives.
Archives du féminisme a fait l’acquisition d’une caméra et d’un trépied. Avec l’aide précieuse de Marie Videbien, également doctorante à TEMOS et membre de la commission audiovisuelle d’Archives du féminisme, le matériel a été choisi et acquis en mars, et j’ai pu apprendre à le manipuler dès avril à Rennes, où j’ai réalisé mes 6 premiers films.

Un terrain à vélo nécessite d’avoir un matériel léger, facilement transportable avec une protection fiable en cas de pluie. J’ai opté pour l’achat de deux batteries pour la caméra et une carte mémoire de grande capacité de stockage afin d’être relativement autonome. J’avais également un dictaphone. S’il est facile d’accéder à une prise de courant chez l’habitant.e, il peut être délicat de demander un accès à l’ordinateur personnel. Pendant les moments sans entretien ni travail en archives, les médiathèques sont des lieux ressources pour faire le transfert de ses enregistrements sur un espace en ligne ou un disque-dur externe. Tout mon matériel électronique était rangé dans une sacoche complétement étanche à l’avant de mon vélo, donc toujours sous mes yeux.

Mon journal de bord

J’ai généralement des difficultés à tenir un carnet de terrain. L’aspect d’aventure et de voyage de ce terrain a facilité le travail d’écriture. Exaltée par la découverte d’un territoire et par l’effort physique, j’ai pris plaisir à raconter tout ce que je vivais et à analyser les situations. Parfois je décrivais le parcours en vélo, ou les difficultés de terrain (accès aux témoins, aux archives…), ou encore les entretiens et les rencontres que j’ai pu faire.

En voici quelques courts extraits :

03/07. 11h23. AD Cotes d’Armor.

Je viens de terminer le fonds JP 140 constitué de numéros de Le Canard de Nantes à Brest. Il y a une trace des groupes femmes de Dinan et Rennes, des articles ou encarts sur la lutte pour l’avortement, une liste des revues féministes en 1978… Je découvre le fonds 112W33. Ce sont des dossiers médicaux scolaires des années 1960-1961. Inutiles pour mes recherches. J’entame le fonds 1127W25. Un dossier sur la journée nationale de la mère et de l’enfant, 1981 et 1982. Un dossier sur l’exercice illégal de la médecine. Rien par rapport à mon sujet mais peut-être existe-t-il d’autres fonds ? J’ai trouvé un dossier « avortement » et un « contraception ». Ils sont très minces, quelques documents de la préfecture et de la Direction des renseignements généraux.

11/07. 18h32. Chez Aurélie et Laurent à Morlaix.

La route de Lannion à Morlaix a été plus à l’intérieur des terres. Je suis passée par des petits pâtés de maisons, mêlant granit et hortensias. Il m’a été impossible de trouver un rythme de croisière, tant ça monte et ça descend, sans arrêt. Je ne vois jamais la route au loin, mais toujours des collines et des virages. Une famille de cyclistes, rencontrée sur le site Warmshower, m’accueille à Morlaix.

22/07. 22h05. Chez Andrée à Esquibien.

Esquibien est une commune limitrophe d’Audierne. Ce soir je me trouve hébergée chez Andrée, dont j’ai filmé le témoignage la veille. Andrée peint de magnifiques toiles et fait tout son possible pour que je me sente au mieux chez elle.

Affiche de la LCR avec le slogan "Pas de socialisme sans libération des femmes"
Affiche photographiée chez Andrée

Cet après-midi, j’ai réalisé un entretien pour ma thèse dans un bar bruyant, j’en suis ressortie assez épuisée. Je suis venue à mon rendez-vous par le GR 34, 2h de marche avec mon matériel, en tongues, sur un chemin côtier, je n’ai pas bien réfléchi avant de partir… sans carte, je me perds une demi-heure avant l’heure de mon entretien. Je ne sais pas où je suis et quelle distance il me reste à parcourir. J’arrive en courant à mon rendez-vous, assoiffée et rouge comme un coquelicot.

J’aimerais repartir sur le terrain à vélo en 2020, en Pays-de-la-Loire cette fois-ci, au retour des beaux jours. Cette première expérience a été très positive et j’espère avoir l’occasion de la partager davantage pour faire naître des envies chez d’autres chercheur.e.s et poursuivre la dynamique de réalisation de films pour le fonds audiovisuel d’Archives du féminisme.


1 réponse

  1. 29/01/2020

    […] Cet article est une reprise d’un article publié dans le bulletin n°26 d’Archives du féminisme, relu par Anne-Marie, Christine et Mireille. Un autre article a été publié sur le blog de mon laboratoire TEMOS. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search