Thèse et créativité

par Marine Gilis, doctorante à Angers

« Une femme sans homme c’est comme un poisson sans vélo » ou « Une femme a autant besoin d’un homme qu’un poisson d’une bicyclette », phrase attribuée à Irina Dunn, dessin de Marine Gilis

Nous célébrons cette année le cinquantenaire de la naissance du Mouvement de libération des femmes (MLF). Né dans la foulée de mai 68, le MLF est un mouvement non hiérarchique, où se retrouve différentes tendances féministes, luttant pour l’accès à la contraception, le droit à l’avortement, contre le viol et les violences, pour l’égalité des sexes. Très actif de 1970 à 1981, c’est un mouvement non-mixte, qui conjugue créativité, humour et libération de la parole. Il résonne encore aujourd’hui à travers les archives et les militantes qui continuent à porter le combat et à transmettre leur histoire.

Marine Gilis, doctorante en histoire et membre du laboratoire Temos, travaille sur le Mouvement de libération des femmes, et notamment l’expérience de libération sexuelle des militantes des groupes femmes en Bretagne et Pays-de-la-Loire. Au mois de mars 2020, au sein de l’espace culturel de l’Université d’Angers, le Qu4tre, elle a exposé des peintures sur le sujet de sa thèse, dans le cadre du Mois du genre. Cette exposition « 50 ans de Mouvement de libération des femmes : ar(t)chives » a été co-organisée avec une étudiante des Beaux-Arts-TALM d’Angers, Bérengère Goux.

A défaut de pouvoir visiter cette exposition à cause des mesures sanitaires prises pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, Marine Gilis propose une visite virtuelle sur son carnet hypothèse : https://laventure.hypotheses.org/735

« Dans le cadre de ma thèse, je réalise des entretiens avec des militantes du MLF et je travaille également à partir d’autres sources comme les revues, les chansons et les archives. Il m’arrive souvent d’être marquée par les traces laissées par les militantes : un tract, un cahier de permanence d’un collectif, une fiche de renseignement sur un avortement clandestin, une photo de manifestation et des poèmes et témoignages trouvés ici et là, au détour de revues et de boîtes d’archives.
Cette exposition conjugue créativité et recherche. Les archives et témoignages m’inspirent des sensations, des images, des révoltes que je retranscris en peinture. Cela faisait sens que ces œuvres soient exposées dans le cadre du cinquantenaire de la naissance du Mouvement de libération des femmes, un mouvement qui n’en finit pas d’inspirer et dont la transmission doit se poursuivre.
Les murs où mes œuvres sont exposées expriment chacun une thématique: sexualité et corps, contraception et avortement, règles, maternité, résistances. »

Son carnet hypothèses montre son cheminement entre questionnements méthodologiques, partage des connaissances, vulgarisation scientifique et créativité. Comment les archives inspirent des peintures ? Comment bien préparer son terrain de recherche et en tirer une expérience humaine unique ? Comment permettre à un large public de s’approprier des résultats de recherche, des questionnements, un cheminement intellectuel et créatif ? C’est tout l’objectif de ce blog La recherche comme une aventure


A lire également, sur le site de Ouest-France:
En Mayenne, elle enquête sur les militantes féministes des années 1970
et
Marine Gilis, le féminisme à la force du mollet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search