Retour sur un parcours de recherche entre la Chine, la France et le Québec

Par Yuxi Liu, docteure en histoire contemporaine, en poste à l’Institut des sciences humaines de l’Université ShanghaiTech

J’ai fait ma première maîtrise d’histoire en Chine, où mon directeur de recherche était spécialisé en histoire des mouvements ouvriers au Canada. Comme j’apprenais le français comme langue seconde, je portais un intérêt particulier au Canada français. En 2013, j’ai commencé un Master d’histoire à l’Université d’Angers. Lorsque j’ai exprimé auprès du Professeur Yves Denéchère mon envie de faire un doctorat dans le domaine des études québécoises, il a avancé l’idée d’une cotutelle France-Québec, afin de donner une meilleure assise à mon projet de recherche portant sur les relations entre les sociétés québécoise et chinoise. En avril 2015, une convention de cotutelle a été établie pour mon projet entre l’Université d’Angers et l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et je suis arrivée à Montréal cinq mois plus tard. Le dépouillement des sources dans plusieurs centres d’archives au Québec m’a permis de mieux définir mon sujet de recherche et les questions à répondre dans ma thèse. J’ai alors décidé de travailler sur les acteurs non étatiques (« autonomes ») dans les relations sino-québécoises durant la période 1960-1980.

L’adaptation à différents systèmes d’études supérieures représente un réel défi. En France, j’ai suivi une formation doctorale me permettant surtout d’acquérir des outils pour élaborer un projet de thèse et réaliser de façon efficace des communications scientifiques. Au Québec, la scolarité doctorale me semble exigeante, elle comprend un séminaire de doctorat, deux ateliers de recherche, des lectures dirigées et un examen de synthèse. À l’UQAM, j’ai été chaleureusement accueillie par le Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS), dirigé par le Professeur Martin Petitclerc, mon co-directeur de thèse. La collaboration entre le CHRS, créé par Jean-Marie Fecteau, et le laboratoire Histoire des régulations sociales fondé à l’Université d’Angers par Jacques Petit, remonte au début des années 1990. Les deux centres ont noué des liens académiques très forts. J’ai de la chance d’avoir pu bénéficier de ce cadre de coopération.

Ma thèse de doctorat s’intitule Les relations transnationales entre le Québec et la Chine populaire : acteurs, savoirs et représentations (1960-1980). À travers l’étude de l’évolution, de la transmission et de la diffusion des perceptions et des connaissances de la Chine au sein de la société québécoise, mon travail éclaire la contribution des acteurs non étatiques aux relations entre le Québec et la Chine dans les années 1960 et 1970. En effet, dès avant la réception officielle d’une délégation chinoise par le gouvernement du Québec en 1977, des individus et des réseaux associatifs ont coordonné des actions au niveau international, en agissant au sein d’institutions académiques, d’associations d’amitié et d’organisations politiques. Ces acteurs ont développé de nombreuses interactions avec la société chinoise en amont, au-delà et en deçà des relations interétatiques. Cette dimension a été trop négligée par l’historiographie des relations internationales du Québec, qui est principalement centrée sur l’action étatique et la politique étrangère de l’État québécois. L’originalité de ma thèse réside principalement dans le croisement des sources. Pour mettre en relief les interactions entre différents acteurs impliqués dans le travail « d’amitié » avec la Chine, j’ai fait dialoguer des sources conservées au Québec (Montréal, Québec, Rouyn-Noranda), à Vancouver, à Halifax, à Hong Kong et à Paris. Cette approche donne une perspective transnationale à mes analyses, permettant d’étudier la relation du Québec avec la Chine dans un contexte historique large et à plusieurs échelles (canadienne, nord-américaine et, plus largement, occidentale).

Un parcours personnel et scientifique exceptionnel salué par deux Prix du livre politique

La transition de la vallée de la Loire vers le fleuve Saint- Laurent s’est réalisée non sans difficulté. Mais c’est une expérience fort enrichissante à plusieurs égards. Lors de la cérémonie de la remise des prix MRIF-MEAE (Ministère des relations internationales et de la Francophonie du Québec – Ministère de l’Europe et des affaires étrangères de France), le consul de France à Québec, la sous-ministre du MRIF et le vice-président de l’Assemblée nationale du Québec ont affirmé que mon cas était très particulier, puisque c’était la première fois que les gouvernements français et québécois ont décidé de décerner ce prix à une chercheure provenant d’un pays tiers. Il m’a alors été conseillé de commencer mon discours de remerciements en présentant brièvement mon parcours. En retraçant ce chemin rempli d’embûches et de réalisations, j’ai ressenti une certaine fierté mais surtout de la reconnaissance envers ceux et celles qui m’avaient aidée tout au long de mes aventures en Occident. Si la thèse m’a permis d’acquérir des compétences académiques, les liens que j’ai pu tisser avec des Français et des Québécois m’ont donné le courage d’aller jusqu’au bout de mon parcours. Cette expérience m’incite d’ailleurs à travailler encore plus fort pour apporter de nouvelles connaissances historiques et contribuer aux relations transnationales sino-françaises et sino-québécoises telles qu’étudiées dans ma thèse.

Aujourd’hui je travaille au sein de l’Institut des sciences humaines de l’Université ShanghaiTech, un jeune établissement d’enseignement supérieur officiellement fondé en 2013. Avant d’intégrer ShanghaiTech, j’avais travaillé pendant un an au Bureau de liaison de l’UNESCO à Genève, en tant que stagiaire sponsorisée par le gouvernement chinois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search