De l’archive au grand écran

Par Julien Hillion, doctorant à l’Université Bretagne Sud

Il est parfois de ces projets qui permettent d’allier travail et passion.

Enseignant dans le secondaire, j’achève actuellement la rédaction de ma thèse dont le sujet porte sur la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer, un établissement d’éducation correctionnelle qui a ouvert ses portes en 1880. Ce travail de recherche, conjointement dirigé par François Ploux et Éric Pierre, tente de combler un vide historiographique entourant l’institution qui n’a, malgré sa médiatisation conséquente, jamais été étudiée dans un cadre universitaire. Il tente également de reconstituer des parcours de vie de pupilles dans et hors-les-murs, en accord avec des problématiques actuellement abordées par plusieurs spécialistes des institutions disciplinaires[1]. Le dernier objectif de cette étude est d’aboutir à la définition d’un modèle pénitentiaire pour le moins atypique puisqu’il allie insularité et éducation correctionnelle.

Durant ces dernières années, j’ai participé à l’écriture et à la réalisation de plusieurs courts-métrages produits par l’entreprise rennaise LFB Productions[2]. L’idée de réaliser un documentaire sur la colonie belliloise a peu à peu fait son chemin dans l’équipe. Notre démarche se situe aux croisements de la vulgarisation, du travail des archives et de la production audiovisuelle.

Nous venons récemment d’achever la première phase de préparation du projet. L’équipe du film compte actuellement une vingtaine de personnes dont le musicien Roland Becker[3] ou l’infographiste David Montigny[4] qui réalisera des reconstitutions 3D des sites fréquentés par les colons. Plusieurs spécialistes de la Belle-Époque et des institutions disciplinaires seront également invités à intervenir dans le film pour éclairer certains aspects du sujet. Nous comptons enfin mettre en valeur le travail des Archives départementales du Morbihan pour rappeler au grand public qu’aucune histoire ne se fait sans étude des sources.

Nous avons d’ores et déjà reçu plusieurs soutiens (Laboratoire TEMOS, Conseil Départemental du Morbihan), qui nous permettent d’espérer présenter prochainement, sur grand écran, le documentaire Pupilles, Les enfants prisonniers de Belle-Île-en-Mer.

La colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer disposait, cas unique en son genre en France, d’une section maritime. Son objectif était d’intégrer les pupilles dans la Flotte. (AD56, 9FI/152)

[1] Le GRID, Groupement de Recherches sur les Institutions Disciplinaires, a par exemple récemment organisé un séminaire intitulé « Entre les murs, hors les murs. » https://grid.hypotheses.org/

[2] Les courts-métrages Chloé (2020) et Je suis Martin (2019) sont notamment disponibles sur le site internet de l’entreprise LFB Productions.  https://www.lesfreresbasquin.com/

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Becker

[4] http://kastudio.fr/

Légende de l’image à la une: L’établissement bellilois est une institution disciplinaire, en témoigne par exemple cette photographie prise dans le réfectoire. (AD56, 9FI/152)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search