Temos à Séville

Colloque international « Révoltes urbaines et modèles de souveraineté dans l’Europe moderne »

Les 1er et 2 février 2018, un colloque international était organisé à Séville par Manuel Herrero Sanchez, Alain Hugon, et Antonio Alvarez-Ossorio Alvarino. La manifestation a réuni des chercheurs et chercheuses italiens, allemands, espagnols, hongrois, français, néerlandais et américains, spécialistes de l’Europe et du monde à l’époque moderne.

J’y ai proposé une communication qui analysait la manière dont les révoltés des petites villes de Saxe et de Thuringe tiraient parti des formes particulières et fragmentées de la souveraineté dans ces régions pour faire jouer en leur faveur les concurrence entre princes, autorités et systèmes normatifs. Les révoltes contre les impôts dus à l’Empereur permettent en effet de faire jouer presque tous les niveaux et acteurs de la souveraineté dans le Saint Empire romain germanique, depuis l’Empire et l’Empereur jusqu’à la communauté d’habitants.

Le programme ici.

Rachel Renault

Les circulations d’inventeurs – séminaire à Caen

Le 9 février, j’ai participé au séminaire « mobilités intellectuelles  de l’Antiquité à nos jours » organisé par le département d’histoire de l’université de Caen. Ma communication portait sur les « circulations d’inventeurs et d’hommes à projet pendant le premier dix-septième siècle ».

Dès le XVIe siècle, des entrepreneurs et hommes à projets naviguent entre différents territoires européens pour y exploiter ce qu’ils présentent comme des inventions. Pour protéger leurs intérêts, ils sollicitent souvent des pouvoirs publics un privilège établissant un monopole commercial, en mobilisant à cette fin procureurs et courtiers. De tels inventeurs gyrovagues témoignent à leur manière du crédit nouveau porté au progrès technique, de l’intensification des échanges dans la République des lettres, mais reflètent également les migrations de travail qui animaient le continent, qu’elles soient librement entreprises, contraintes par les guerres ou la pauvreté, ou suscitées par des États en quête de transferts de technologie. Les cas de succès semblent toutefois bien rares… Loin d’anticiper sur un espace européen de l’invention, ces circulations révèlent les blocages et les échecs du dix-septième siècle savant et technicien.

Stéphane Haffemayer (Université de Caen) a ensuite offert un autre regard sur la même période en consacrant sa communication au projet de « bureau d’adresse » conçu par l’Anglo-prussien Samuel Hartlib à l’imitation du modèle français de Théophraste Renaudot.

Le programme du séminaire ici.

Aurélien Ruellet