Parution: Schizophrènes au XXème siècle (Hervé Guillemain)

La semaine dernière est paru le dernier ouvrage d’Hervé Guillemain, enseignant à Le Mans Université et membre de TEMOS, Schizophrènes au XXe siècle (Alma éditeur)

Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques, une figure dominante de la culture cinématographique, un objet désormais récurrent d’intérêt médiatique. L’historien, Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Écrire l’histoire du point de vue des cliniciens n’aurait apporté rien de neuf. La schizophrénie, cette maladie du siècle, a déjà une histoire. C‘est bien celle des schizophrènes et de leur prise en charge médicale, politique et sociale qu’il convenait d’inventer avant que cette appellation, considérée par de nombreux médecins comme fragile, inopérante et stigmatisante, disparaisse des classifications mondiales. Il en ressort que l’un des premiers buts de cette « nouvelle maladie », née sur les beaux restes de la mélancolie, fut de prévenir l’essor des psychoses juvéniles. Plus généralement, ce sont aussi bien des domestiques en difficulté, des migrants confrontés à la crise que des jeunes adultes aspirant à l’émancipation qui formèrent, sous l’égide de la science et de la pratique médicale, un nouveau sous-ensemble de population reconnaissable à ses postures, ses gestes, la résistance aux thérapies et son inadaptation au nouveau modèle sélectionniste scolaire, militaire ou professionnel. Il en ressort aussi que des années 1900 aux années 1970 ces sujets considérés comme incurables ont été soumis à une double peine : la représentation socialement négative accolée à leur souffrance s’est doublée d’une intensification de leur traitement et d’une dégradation alarmante de leurs conditions de vie. Pourquoi et comment une nouvelle maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle, meurt-elle ? C’est à ces questions qu’Hervé Guillemain répond en écoutant la voix de ceux qui furent à la fois les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal.

La présentation sur le site de l’éditeur

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » (Nicolas Breton)

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » organisée par Hugues Daussy (professeur d’histoire moderne à l’Université de Franche-Comté) à l’Institut Protestant de Théologie de Paris le samedi 17 mars 2018.

Intitulée « Pour Dieu, pour le roi, mais aussi pour soi. Intérêts et ambitions dans les engagements des Coligny-Châtillon, du milieu du xve au milieu du xviie siècle », ma contribution cherche à évaluer la part d’ambition personnelle dans les trajectoires et les parcours de vie des membres de la Maison de Coligny-Châtillon entre 1465 et 1649. Cette question permet entre autres de resituer l’histoire de la famille de Coligny dans le temps long et d’appréhender différemment la question des motivations des engagements religieux des frères Châtillon – Odet de Coligny, cardinal de Châtillon ; Gaspard de Coligny, amiral de France et François d’Andelot, colonel général de l’infanterie française – au milieu de la décennie 1560. En l’espace de deux siècles, les membres de cette Maison à l’origine modeste, s’engagent, notamment, dans l’idée de connaître une certaine élévation sociale, dans l’espoir de sauver leur âme et enfin dans le but de reconquérir l’honneur, les biens et l’estime de la monarchie française dont la nuit de la Saint-Barthélemy les avait si spectaculairement privé en 1572.

Le programme de la journée d’étude est ici

Nicolas Breton

 

Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina)

Depuis octobre 2017, dans le cadre d’un post-doctorat co-financé par l’Université Bretagne-Loire et Le Mans Université, je poursuis des recherches sur l’histoire encore méconnue des clubs de psychologie analytique, réunissant analystes et analysants dans le but d’étudier en commun les théories de l’ancien collaborateur de Sigmund Freud, le psychiatre et psychologue suisse Carl Gustav Jung (1875-1961). Le premier d’entre eux, fondé en 1916 à Zurich sous l’impulsion de la mécène américaine Edith Rockefeller-McCormick (1872-1932), ambitionnait de contribuer à la promotion de la doctrine jungienne, de mettre à la disposition de la communauté analytique un espace de socialibilité propice aux échanges et au soutien mutuel, et d’inciter ses  membres à mener une « analyse collective ». Continuer la lecture de « Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina) »