Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet)

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai obtenu une subvention du GIS Institut du Genre afin de mener à bien une mission de recherche en Russie ayant pour sujet les mises en scène et représentations du corps dans la danse académique de Marius Petipa. Cette mobilité m’amènera à fréquenter les archives du Théâtre Bolchoï de Moscou mais aussi à participer à la conférence internationale organisée à l’occasion des 200 ans de la naissance de Marius Petipa (6-8 juin 2018 – Moscou). 

En France, le spectacle chorégraphique devient à partir des années 1840, le lieu de l’exhibition licite du corps, en particulier féminin. Les danseuses s’y taillent de francs succès, tandis que la danse au sens strict est devenue l’univers où les danseurs ne sont que tolérés. Le développement de la technique des pointes a aussi permis aux danseuses d’exceller dans un domaine spécifiquement féminin. Ainsi, les femmes continuent d’avoir accès à un large registre au sein des ballets. En revanche, les rôles masculins se raréfient et se révèlent bien moins riches que les rôles féminins. La nouvelle esthétique du ballet est alors perçue comme « féminine ». Comme c’est le Tout-Paris intellectuel qui fréquente avec assiduité l’Opéra, c’est lui qui fait les réputations à l’image de Théophile Gautier ou Jules Janin. Les écrits des membres de ce cercle reflètent l’évolution des mentalités mais contribuent également à les forger. Ainsi vont-ils défendre la féminisation du ballet et proclamer l’incompatibilité du spectacle chorégraphique avec la masculinité.

Continuer la lecture de « Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet) »

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »

Hervé Guillemain « L’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien »

Hervé Guillemain participe à la chaîne YouTube d’Elisabeth Marion, qui se donne pour objectif d’interviewer  « des personnes de professions différentes [qui] ont accepté de parler de l’effet de leur psychanalyse sur leur vie professionnelle, d’expliquer ce qui a changé pour elles… ».

Dans cet entretien, Hervé Guillemain revient sur l’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien. Extraits:

« La parole délirante est une parole qui sort du chemin de l’histoire ».

« Ces dossiers de patients sont un reste de l’histoire… et ce reste, moi j’estime qu’il peut permettre de faire une histoire sociale de la folie, de la psychiatrie, des psychothérapies… »