Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ?

Adélaïde Laloux, séminaire axe 1 Temos – 8 juin 2018
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l'enfance composé d'une partie dite "administration" (dossier bleu) et d'une partie dite "observations" (sous enveloppe).
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l’enfance composé d’une partie dite « administration » (dossier bleu) et d’une partie dite « observations » (sous enveloppe).

Doctorante en archivistique, mon sujet s’intitule «Le dossier personnel de l’enfant dans le secteur sanitaire et social: constitution, conservation, accès». J’ai choisi de travailler sur les dossiers de jeunes produits dans le cadre de la protection de l’enfance et mon analyse s’appuie sur une étude de la composition des dossiers et de l’évolution des typologies documentaires à travers des échantillons consultés dans plusieurs institutions et à partir d’entretiens avec des archivistes et des travailleurs sociaux. Cette démarche permet d’appréhender la manière dont ces dossiers se construisent, sont conservés et sont rendus accessibles aux intéressés, pendant toute la durée de leur cycle de vie, de 1950 à nos jours. À partir de ce travail et dans le cadre du séminaire de l’axe 1 du laboratoire TEMOS «Donner un nom/Se faire un nom.  Auto-construction et hétéro construction des identités individuelles et collectives», la question de la construction de l’identité de l’usager à travers le dossier a pu être posée : de quelle manière la structuration du dossier et l’organisation de sa consultation participent à l’élaboration d’une identité pour la personne concernée ? À quels niveaux le traitement archivistique actuel appauvrit-il ou enrichit-il cette problématique ? Continuer la lecture de « Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ? »

Bilan du Workshop international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge II », Le Mans, du 6 au 8 juin 2018 (Ghislain Baury)

Cet événement constituait la troisième rencontre organisée dans le cadre du programme de recherche international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge » lancé au cours de l’automne 2016, et dont la maîtrise d’œuvre est assurée par des membres de TEMOS avec le soutien du laboratoire et de l’Université du Mans et avec la collaboration de l’Université Paris Nanterre. Son objectif consiste à explorer les potentialités des méthodes des études de réseau appliquées au champ des études médiévales sur l’Ordre cistercien. La démarche se veut autant théorique que pratique, et passe par l’élaboration combinée ou séparée de réflexions épistémologiques, de cahiers des charges méthodologiques et d’études de cas.

Placée sous le sceau de l’interdisciplinarité, l’équipe initiale, composée de spécialistes d’histoire médiévale, mais aussi de sociologie, de géographie, d’informatique, d’histoire de l’art et de paléographie-diplomatique-codicologie, venus de France, d’Espagne et d’Angleterre, et travaillant sur l’ensemble de l’Occident médiéval, s’est élargie à quatre nouveaux membres à l’occasion de cette troisième rencontre. Les deux premières avaient eu lieu au Mans Université : une réunion plénière lors du workshop international d’avril 2017 et une réunion partielle en octobre 2017.

Cette troisième rencontre, qui bénéficiait en outre du soutien du CPER DI2L2S ainsi que de l’Institut du  Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA, http://ipra.eu/), a donné aux participants de la première heure la possibilité de partager l’avancée de leurs travaux et aux nouveaux de présenter leur projet à l’ensemble du groupe. Le format des tables rondes et les importantes plages d’échanges ménagées dans le programme ont permis de très constructives confrontations de points de vue en fonction des différentes spécialités des participants lors de la journée du jeudi 7 juin. Les différentes interventions ont fait l’objet de captations vidéo qui, comme pour le premier workshop international d’avril 2017, seront rapidement accessibles en ligne sur le site du Mans Université (http://umotion.univ-lemans.fr/histoire/les-reseaux-cisterciens-au-moyen-age/) ainsi que sur celui de l’IPRA (http://ipra.eu/centre-ressources/fr/collections/show/38).

Les ateliers organisés en partenariat avec les Archives Départementales de la Sarthe et le réseau des médiathèques de la ville du Mans, sur ces sites, le vendredi 8 juin ont permis aux médiévistes et aux non médiévistes de mieux comprendre, à travers l’exploration des fonds bibliographiques et archivistiques cisterciens du Moyen Âge conservés au Mans, les difficultés pratiques que posent aux études de réseau les différents types de sources et les corpus documentaires des autres participants.

L’avenir immédiat du programme a été naturellement discuté et plusieurs prolongements possibles, non exclusifs, ont été évoqués. La perspective de la publication d’un ouvrage collectif rendant compte de ces expérimentations méthodologiques semble se rapprocher. Il est également envisageable d’ouvrir en parallèle un carnet de recherche en ligne, où un nombre plus important de graphes expérimentaux, ainsi que les bases de données qui les sous-tendent, pourraient être offerts à un très large public. La recherche pourrait également continuer de se développer et de s’élargir à d’autres espaces, grâce notamment à un dépôt de projet européen.

             Ghislain Baury – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Vincent Corriol – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Laurent Nabias – CHISCO (EA 1587), Université de Paris Nanterre