Aldo Trucchio, postdoctorant accueilli à TEMOS, présente son projet de recherche

Illustration : Paul Jamin, Un drame à l’âge de pierre (détail), 1886, huile sur toile, Paris, collection particulière.

 

Dans le cadre de cette recherche postdoctorale financée par le Fonds national pour la recherche scientifique suisse, j’ai l’opportunité de rejoindre l’équipe de TEMOS ainsi que celle du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie de l’Université du Québec à Montréal.

Je me propose de mener une analyse inédite sur les liens entre la littérature de voyage en Nouvelle France (XVIIIe-XIXe siècles), dont les paléo- et ethno- anthropologues du XIXe siècle sont héritiers, et les textes scientifiques et de vulgarisation qui participent de l’« invention de la préhistoire » en France (deuxième moitié du XIXe siècle).

Ce projet a pour but de renouveler la compréhension d’un tournant capital dans l’histoire des sciences, à savoir la fabrique de l’image scientifique de l’humanité « primitive ». À travers l’étude des éléments textuels et documentaires produits par les « préhistoriens » français, cette enquête vise à examiner les modalités, les sources et les contextes des pratiques de comparaison, de la part des premiers spécialistes de la préhistoire en France, entre l’« homme fossile » et les Amérindiens décrits dans la littérature de voyage.

Entre littérature, histoire et philosophie des sciences, je me propose de questionner les sciences de l’homme au moment de leur constitution afin d’éclairer le réseau de savoirs et pouvoirs dans lesquels les nationalismes, le racisme biologique et le colonialisme se montrent comme constitutifs du discours scientifique sur l’Homme.

Aldo Trucchio