TEMOS participe au GIS Religions

Lancé il y a moins d’un an sur l’initiative de Philippe Martin (Professeur d’Histoire moderne, Université de Lyon) et de Séverine Mathieu (Directrice d’Etudes en sociologie des religions, EPHE, Paris), le GIS Religions, textes, pratiques, pouvoirs regroupe 25 laboratoires (en grande majorité français, mais aussi belge et canadien). Il est dirigé par Philippe Martin, assisté d’un conseil scientifique où siègent les représentants des institutions partenaires (parmi lesquelles TEMOS) et bénéficie du concours de Mme Malika Gragueb (DRED Lyon 2), pour sa gestion. Depuis début septembre, une plateforme internet a été ouverte (http://gis-religions.fr/actualites) : elle offre une large palette d’informations, consacrées notamment aux informations relatives aux formations qualifiantes dispensées dans les établissements associés. Une première réunion du conseil scientifique aura lieu à Strasbourg les 25 et 26 octobre prochain. Elle aura pour but de préciser le fonctionnement administratif du GIS mais portera aussi sur l’actualité de la recherche. Elle comportera donc un temps d’échanges sur l’interdisciplinarité, choix scientifique qui préside à l’existence même du Groupement, puis fera place à une table ronde intitulée « autour des textes »

Deux autres initiatives sont dès à présent prévues :

 1) la venue de deux collègues de l’UQAM, appelées sur invitation à se déplacer dans les laboratoires partenaires, à savoir Yves Gingras dont les travaux portent sur les rapports entre sciences et religion et Louis Rousseau qui aborde dans ses recherches la question des accommodements raisonnables et des liens entre religions et immigration.

2) La tenue d’un congrès, dont l’appel à proposition a été diffusé auprès des membres de TEMOS. Il aura lieu à Lyon les 8 et 9 octobre 2019 (Université de Lyon 2/Musée des Confluences) et aura pour thème « La tradition, identité, temporalités, enjeux ». Cette conférence interdisciplinaire aura pour objet de considérer toutes les religions, et de favoriser l’attention portée à la diversité des faits religieux et courants spirituels, sans exclusive spatiale ni temporelle. Surtout, le congrès lyonnais examinera les points suivants :

  1. La relecture de la tradition en ce qu’elle peut l’unité ou provoquer l’éclatement du croire;
  2. Les liens créés entre la tradition et les « les vécus de la conscience », pour envisager leur complexité et leurs évolutions
  3. Les questions liées aux processus de transmission

Les « petits débrouillards » à TEMOS

Le mardi 16 octobre dernier, dans le cadre du réseau « Les petits débrouillards », 45 élèves du collège Alexandre Mauboussin de Mamers sont venus visiter Le Mans Université, et notamment découvrir le laboratoire TEMOS. Dans la matinée, ils ont été accueillis dans un atelier de découverte de la recherche en Histoire. Matthieu Legrand-Robardey, un ancien de leur collège qui a obtenu le Capes au Mans l’année dernière a relaté son parcours académique. Trois petits groupes de collégiens se sont succédé pour écouter la présentation de leurs activités par Emmanuel Johans, Aurélien Ruellet et Jéromine Brillouet pour les trois périodes médiévale, moderne et contemporaine représentées au sein de TEMOS au Mans. Les techniques de mémorisation au XVIe siècle, les photos des danseuses de l’opéra de Paris au XIXe siècle et la transcription d’un texte du XVe siècle sur Mamers ont suscité l’attention et les questions de nos petits débrouillards et de leurs enseignants accompagnateurs qui sont repartis manifestement satisfaits, avant de poursuivre leur découverte de notre université.

La réception de La vie de Jésus d’Ernest Renan: un scandale européen ? (Nathalie Richard)

L’idée de ce colloque international qui s’est tenu au Mans en octobre 2018 est venue d’une réflexion sur le succès de la Vie de Jésus de Renan (1863) et d’une interrogation sur la possibilité de trouver, au début du 21esiècle, des phénomènes homologues. Dans les travaux que nous avons consacrés au livre d’Ernest Renan, Robert Priest, qui a participé à ce colloque et moi-même, nous sommes interrogés sur les raisons de son succès (R. Priest, The Gospel According to Renan: Reading,Writing, and Religion in Nineteenth-Century France, Oxford UP, 2015 ; N. Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, PUR, 2015). Nous avons, chacun à notre manière, rapporté ce succès au contenu même du livre, qui combinait une approche savante, rationaliste, du fait religieux, et un message proprement spirituel. La Vie de Jésus avait donc l’avantage d’être à la fois un livre de science, s’inscrivant dans les courants de la philologie et de la mythologie comparée, et d’être un livre de foi, promouvant une nouvelle forme de religion, fondée sur la relation directe du fidèle à son dieu, sans la médiation des églises et des clercs, et basée sur l’amour plus que sur la crainte du châtiment.

Mais le succès de la Vie de Jésus était aussi lié au contexte social, économique et culturel de sa parution et à l’histoire du livre et de la lecture. L’ouvrage paraît en France lorsque les maisons d’éditions se transforment en entreprises capitalistiques modernes et cherchent à gagner de nouveaux marchés, par exemple en baissant le prix des volumes – ce dont atteste la publication d’une version populaire de la Vie de Jésus, intitulée Jésus,en 1864 –,  mais aussi en luttant contre les contrefaçons ou en signant des accords internationaux. L’ouvrage de Renan bénéficie aussi du développement contemporain de la presse et de la publicité pour le livre qui s’y développe, sous diverses formes, dont celle de la critique littéraire. Ce contexte permet de décrire la parution de la Vie de Jésus comme un « événement littéraire », en un siècle qui inventa l’expression [voir les contributions réunies par Corinne Saminadayar-Perrin dans Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008].

Dans le contexte français, la Vie de Jésus fit scandale autant qu’événement. La troisième raison de son succès tient ainsi au contexte religieux de sa parution et au poids de l’Église catholique dans la France des années 1860. Remettant en question un point central du dogme (celui du péché originel en lien avec la rédemption), le livre est perçu comme une attaque anti-chrétienne par une Église catholique affaiblie politiquement depuis que ses relations avec le pouvoir impérial de Napoléon III se sont distendues, et fragilisée culturellement par les « erreurs modernes » dont le Syllabus pontifical dresse le catalogue en 1864. Or l’Église possède, dans la France des années 1860, une puissance d’action culturelle très forte. Elle a développé, comme cela a été mieux étudié pour les églises anglicanes et méthodistes en Angleterre, une capacité de production d’imprimés très importante et est entrée en lutte, par le truchement de la presse, du livre et de la parole publique des clercs, contre les « mauvais livres ». En 1863, la Vie de Jésus devient la cible principale de cette lutte. Or les condamnations multipliées, imprimées et orales, et les interdictions de lecture ont eu l’effet paradoxal de faire connaître et de faire lire l’ouvrage comme en attestent, parmi d’autres, les lettres que ses lecteurs ont adressées à Renan.

Ainsi ce qui a transformé la Vie de Jésus en événement et en scandale est-il lié à un contexte proprement français. Il existe pourtant de nombreux indices de sa circulation et de son succès hors des frontières et l’on pourrait, en recensant les traductions autorisées ou non, les éditions légales ou de contrefaçon, dresser des cartes sur le modèle de celles qu’a proposées Franco Moretti dans son Atlas du roman européen (Paris, Seuil, 2000). Mais que nous diraient ces cartes sur un espace commun de réception et/ou de discussion ? Cette question a été au cœur des sessions consacrées à Renan dans ce colloque.