Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s.

Par Marine Gilis, le 05/12/2018

Guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France »

En 2017 est parue la première version en ligne du guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France ». J’ai eu l’idée de ce projet alors que j’étais étudiante en master à l’EHESS en 2016. La difficulté de trouver des sources pour l’histoire des femmes, du féminisme et des LGBTQ+ se posait régulièrement lors des conversations informelles entre étudiant.e.s et était systématique de la part des étudiant.e.s étranger.e.s. Mon mémoire de master portait sur l’étude d’une association d’archives lesbiennes : ainsi, de part mes recherches et mon engagement militant, j’ai été amenée à côtoyer des archivistes et documentalistes et à connaître un certain nombre de lieux ressources. J’ai donc produit un premier dépliant qui recensait les quelques associations et structures d’archives spécialisées sur ces questions. Bien qu’il constituait déjà une base intéressante pour les étudiant.e.s, les retours positifs de leur part m’ont poussée à poursuivre sur un projet plus ambitieux et exhaustif : constituer un guide complet en élargissant à des notices sur les fonds spécifiques au sein de structures telles que les Archives nationales, la BNF, l’IMEC…  et en recensant les formations spécialisées sur les femmes et le genre en France, les collections thématiques, les revues et associations universitaires. Pour ce nouveau projet, trois doctorant.e.s m’ont appuyée : Marine Rouch (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2 et Lille 3), Justine Zeller (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2) et Valentin Gleyze (histoire de l’art contemporain à l’Université de Rennes 2). Aujourd’hui, une version papier de ce guide a été distribuée dans plusieurs universités à Paris (Université Paris 8, EHESS, Paris-Sorbonne) et en région (Université de Brest et de Villeurbanne). La troisième  version de ce guide est en cours de préparation.

Continuer la lecture de « Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s. »

Séminaire EHESS Histoire et Anthropologie de la Famille et de la Parenté

I : Mondes anciens et médiévaux

Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc), Michaël Gasperoni (cnrs, crm) et Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre)

1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris),
du 15 novembre 2018 au 6 juin 2019

Le 20 décembre 2018, c’est Carole Avignon (Université d’Angers) qui y interviendra, sur le thème:

Ce que la bâtardise médiévale fait à l’opération généalogique occidentale. Filiations « à défaut » et rapports de parenté dans le Moyen Âge latin (xie-xve s.)

Résumé : Le contexte médiéval de l’étude invite à prendre en considération les spécificités des représentations chrétiennes de la parenté que la lecture d’Anita Guerreau-Jalabert, Enric Porqueres I Gené ou Laurent Barry permet de questionner comme objet anthropologique et historique tout ensemble. Empruntée quant-à-elle au titre d’une publication dirigée par Olivier Rouchon, l’expression « opération généalogique » permet ici de signifier les manières de concevoir et d’exprimer (en discours, en actes ou en symboles) l’articulation des positions généalogiques qui enjoint à chacun une position relationnelle de soi aux autres. Seront questionnées les incidences de la bâtardise, entendue comme qualification générique d’une filiation déficiente, marquée, en droit canon, par l’irrégularité du defectum de naissance, sur la manière de concevoir le fait généalogique. Le régime occidental de la parenté est-il renforcé ou au contraire perturbé par la prise en compte de ces filiations particulières ? La séance de séminaire sera l’occasion d’affiner les termes d’un questionnement en cours.

La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle

CICHON Matthieu – GUERIN Mathilde
M1 Pratiques de la Recherche Historique

Tison et Akhund En guerre pour la paix

Le mercredi 12 décembre 2018, Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université du Mans et membre de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), a présenté ses recherches sur Paul d’Estournelles de Constant, dans le cadre du séminaire du master «Pratiques de la recherche historique». La séance a porté sur «la dotation Carnegie pour la paix internationale : influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle».

L’objectif de Stéphane Tison était de présenter une thématique encore récente dans l’historiographie française et peu travaillée par les historiens des guerres mondiales : le concept de paix et le champ des peace studies. En effet, a été essentiellement mise en avant la «brutalisation des sociétés» de George Mosse et une vision catastrophiste des guerres mondiales. L’intervenant a effectué un travail dans les archives départementales de la Sarthe et à New-York pour se centrer sur deux détenteurs du prix Nobel de la paix : Paul d’Estournelles de Constant, diplomate et sénateur sarthois, et son correspondant étasunien Nicholas Murray Butler, gestionnaire de la dotation Carnegie. L’ouvrage qu’il a réalisé avec Nadine Akhund En guerre pour la paix : correspondance Paul d’Estournelles de Constant et Nicholas Murray Butler1914-1919 (éditions Alma, 2018) met en avant la théorisation du droit international et les stratégies d’usages, par les protagonistes, du mot «paix», pourtant interdit dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle »

TEMOS présent au 8e symposium d’archivistique de Montréal

Patrice Marcilloux a participé le vendredi 30 novembre 2018 au 8e symposium du GIRA, groupe de recherche interdisciplinaire en archivistique, qui se tenait à l’université de Montréal sur le thème « État, conditions et diffusion de la recherche en archivistique » (http://gira-archives.org/activites/8e-symposium-2018/).

Fondé en 1987 par Carol Couture, Jacques Ducharme et Jean-Yves Rousseau, le GIRA a pour but de développer la recherche fondamentale en archivistique ; un symposium est organisé tous les quatre ans (http://gira-archives.org/). Patrice Marcilloux y a prononcé, au nom de tous les chercheurs angevins en archivistique(enseignants-chercheurs, mastérants, doctorants, docteurs) une communication enforme de premier bilan, préparée avec Bénédicte Grailles et intitulée : Pour une archivistique sociale : esquisse d’un bilan de dix ans de recherche en archivistique à l’université d’Angers. Il s’agissait à la fois de faire connaître les efforts entrepris à Angers pour installer et structurer la recherche en archivistique dans le champ universitaire (mémoires de recherche de master, séminaire ALMA, collection Archives, histoire et société, journée d’étude annuelle, doctorat en archivistique, contrat doctoral et postdoctorat dans le cadre du programme EnJeu[x]), de présenter un bilan des recherches conduites selon trois grands axes (histoire des systèmes archivistiques, histoire et analyse des pratiques professionnelles, logiques d’usages des archives) et de formuler une proposition d’orientation des recherches futures vers ce que l’on pourrait une archivistique sociale. L’ensemble a rencontré un vif intérêt de la part des chercheurs et étudiants en archivistique présents à cette journée qui a par ailleurs confirmé le degré de maturité de l’archivistique québécoise. Des collaborations entre chercheurs angevins et québécois devraient pouvoir en découler.

Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d'Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l'Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d'Ardenne Métropole.

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d’Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l’Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d’Ardenne Métropole.

Le Mardi 27 novembre 2018, le prix TERRITORIA de Bronze, dans la catégorie Culture, a été remis à Ardenne Métropole pour récompenser le cycle mémoriel organisé pour les commémorations de l’armistice 1918.

 Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Mans, chercheur au TEMOS, président du conseil scientifique du cycle mémoriel, faisait partie de la délégation d’Ardenne Métropole à l’Assemblée nationale.

 L’Observatoire National de l’Innovation Publique, sousla présidence de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités territoriales, organise depuis 1986 le Prix TERRITORIA. Celui-ci reconnaît et valorise les innovations de terrain des collectivités territoriales. 

Le caractère innovant du dossier a été mis en valeur par le besoin de transmission de la mémoire de manière inédite, locale, intergénérationnelle et symbolique.

Les objectifs fixés par Ardenne Métropole sur ce dossier de candidature, ont été présentés de la sorte :

– donner une ampleur nationale à la commémoration du 11 novembre 2018 à VRIGNE-MEUSE ;

– assurer la transmission et la pérennisation de la mémoire grâce au jeune public ;

– ancrer le cycle mémoriel dans la durée par le tourisme de mémoire.

Continuer la lecture de « Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale »