Aldo Trucchio, postdoctorant accueilli à TEMOS, présente son projet de recherche

Illustration : Paul Jamin, Un drame à l’âge de pierre (détail), 1886, huile sur toile, Paris, collection particulière.

 

Dans le cadre de cette recherche postdoctorale financée par le Fonds national pour la recherche scientifique suisse, j’ai l’opportunité de rejoindre l’équipe de TEMOS ainsi que celle du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie de l’Université du Québec à Montréal.

Je me propose de mener une analyse inédite sur les liens entre la littérature de voyage en Nouvelle France (XVIIIe-XIXe siècles), dont les paléo- et ethno- anthropologues du XIXe siècle sont héritiers, et les textes scientifiques et de vulgarisation qui participent de l’« invention de la préhistoire » en France (deuxième moitié du XIXe siècle).

Ce projet a pour but de renouveler la compréhension d’un tournant capital dans l’histoire des sciences, à savoir la fabrique de l’image scientifique de l’humanité « primitive ». À travers l’étude des éléments textuels et documentaires produits par les « préhistoriens » français, cette enquête vise à examiner les modalités, les sources et les contextes des pratiques de comparaison, de la part des premiers spécialistes de la préhistoire en France, entre l’« homme fossile » et les Amérindiens décrits dans la littérature de voyage.

Entre littérature, histoire et philosophie des sciences, je me propose de questionner les sciences de l’homme au moment de leur constitution afin d’éclairer le réseau de savoirs et pouvoirs dans lesquels les nationalismes, le racisme biologique et le colonialisme se montrent comme constitutifs du discours scientifique sur l’Homme.

Aldo Trucchio

Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ?

Adélaïde Laloux, séminaire axe 1 Temos – 8 juin 2018
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l'enfance composé d'une partie dite "administration" (dossier bleu) et d'une partie dite "observations" (sous enveloppe).
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l’enfance composé d’une partie dite « administration » (dossier bleu) et d’une partie dite « observations » (sous enveloppe).

Doctorante en archivistique, mon sujet s’intitule «Le dossier personnel de l’enfant dans le secteur sanitaire et social: constitution, conservation, accès». J’ai choisi de travailler sur les dossiers de jeunes produits dans le cadre de la protection de l’enfance et mon analyse s’appuie sur une étude de la composition des dossiers et de l’évolution des typologies documentaires à travers des échantillons consultés dans plusieurs institutions et à partir d’entretiens avec des archivistes et des travailleurs sociaux. Cette démarche permet d’appréhender la manière dont ces dossiers se construisent, sont conservés et sont rendus accessibles aux intéressés, pendant toute la durée de leur cycle de vie, de 1950 à nos jours. À partir de ce travail et dans le cadre du séminaire de l’axe 1 du laboratoire TEMOS «Donner un nom/Se faire un nom.  Auto-construction et hétéro construction des identités individuelles et collectives», la question de la construction de l’identité de l’usager à travers le dossier a pu être posée : de quelle manière la structuration du dossier et l’organisation de sa consultation participent à l’élaboration d’une identité pour la personne concernée ? À quels niveaux le traitement archivistique actuel appauvrit-il ou enrichit-il cette problématique ? Continuer la lecture de « Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ? »

Bilan du Workshop international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge II », Le Mans, du 6 au 8 juin 2018 (Ghislain Baury)

Cet événement constituait la troisième rencontre organisée dans le cadre du programme de recherche international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge » lancé au cours de l’automne 2016, et dont la maîtrise d’œuvre est assurée par des membres de TEMOS avec le soutien du laboratoire et de l’Université du Mans et avec la collaboration de l’Université Paris Nanterre. Son objectif consiste à explorer les potentialités des méthodes des études de réseau appliquées au champ des études médiévales sur l’Ordre cistercien. La démarche se veut autant théorique que pratique, et passe par l’élaboration combinée ou séparée de réflexions épistémologiques, de cahiers des charges méthodologiques et d’études de cas.

Placée sous le sceau de l’interdisciplinarité, l’équipe initiale, composée de spécialistes d’histoire médiévale, mais aussi de sociologie, de géographie, d’informatique, d’histoire de l’art et de paléographie-diplomatique-codicologie, venus de France, d’Espagne et d’Angleterre, et travaillant sur l’ensemble de l’Occident médiéval, s’est élargie à quatre nouveaux membres à l’occasion de cette troisième rencontre. Les deux premières avaient eu lieu au Mans Université : une réunion plénière lors du workshop international d’avril 2017 et une réunion partielle en octobre 2017.

Cette troisième rencontre, qui bénéficiait en outre du soutien du CPER DI2L2S ainsi que de l’Institut du  Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA, http://ipra.eu/), a donné aux participants de la première heure la possibilité de partager l’avancée de leurs travaux et aux nouveaux de présenter leur projet à l’ensemble du groupe. Le format des tables rondes et les importantes plages d’échanges ménagées dans le programme ont permis de très constructives confrontations de points de vue en fonction des différentes spécialités des participants lors de la journée du jeudi 7 juin. Les différentes interventions ont fait l’objet de captations vidéo qui, comme pour le premier workshop international d’avril 2017, seront rapidement accessibles en ligne sur le site du Mans Université (http://umotion.univ-lemans.fr/histoire/les-reseaux-cisterciens-au-moyen-age/) ainsi que sur celui de l’IPRA (http://ipra.eu/centre-ressources/fr/collections/show/38).

Les ateliers organisés en partenariat avec les Archives Départementales de la Sarthe et le réseau des médiathèques de la ville du Mans, sur ces sites, le vendredi 8 juin ont permis aux médiévistes et aux non médiévistes de mieux comprendre, à travers l’exploration des fonds bibliographiques et archivistiques cisterciens du Moyen Âge conservés au Mans, les difficultés pratiques que posent aux études de réseau les différents types de sources et les corpus documentaires des autres participants.

L’avenir immédiat du programme a été naturellement discuté et plusieurs prolongements possibles, non exclusifs, ont été évoqués. La perspective de la publication d’un ouvrage collectif rendant compte de ces expérimentations méthodologiques semble se rapprocher. Il est également envisageable d’ouvrir en parallèle un carnet de recherche en ligne, où un nombre plus important de graphes expérimentaux, ainsi que les bases de données qui les sous-tendent, pourraient être offerts à un très large public. La recherche pourrait également continuer de se développer et de s’élargir à d’autres espaces, grâce notamment à un dépôt de projet européen.

             Ghislain Baury – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Vincent Corriol – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Laurent Nabias – CHISCO (EA 1587), Université de Paris Nanterre

Autour de la publication de la BD « Morts par la France. Thiaroye 1944 »

« Morts par la France. Thiaroye 1944 » de Pat Perna et Nicola Otero retrace le parcours et les recherches d’Armelle Mabon pour faire la lumière sur ce qui s’est passé le 1er décembre 1944, dans un camp militaire à Thiaroye au Sénégal.

A cette occasion  Armelle Mabon a notamment été invitée de la Fabrique de l’Histoire sur France Culture pour une émission sur les grandes « affaires » ou livres qui ont fait scandale en histoire.

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous une interview vidéo d’Armelle Mabon:

Exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou »

Le Centre des monuments nationaux (CMN) présente l’exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou » au Domaine national du Château d’Angers. Une facette méconnue de l’Histoire, autour de l’émergence et du développement des ordres de chevaliers à la fin du Moyen Âge, à découvrir du 15 juin au 30 septembre 2018.

Cette exposition est le fruit d’un partenariat scientifique entre le Centre des monuments nationaux – Domaine national du Château d’Angers, le  Département de Maine-et-Loire, la Ville d’Angers (bibliothèque municipale, musées), l’Université d’Angers et le Musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie de Paris.

Deux enseignant·e·s et une doctorante en histoire médiévale du laboratoire TEMOS ont activement participé aux recherches, à leur synthèse en vue de la rédaction des textes des panneaux: Isabelle Mathieu, Jean-Michel Matz, et Justine Moreno. Grâce à eux, des documents d’archives du XVe siècle relatifs notamment à l’ordre du Croissant conservés aux Archives nationales ont été transcrits afin que les informations qu’ils contiennent soient accessibles au plus grand nombre.

Consulter le dossier de presse complet sur le site du Centre des Monuments Nationaux

Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison)

Le parcours de Mgr Grente – évêque du Mans en 1918, académicien en 1937, cardinal en 1953 – dessine par lui-même une géographie du pouvoir.

Après une première journée d’études organisée le 3 février 2017 par Dominique Avon (EPHE) et consacrée au Cardinal Grente, homme de Lettres et académicien, une deuxième journée d’études s’est tenue à l’université du Mans le 12 avril 2018. Ces deux journées s’inscrivent dans le projet de valorisation des archives de Mgr Grente dont le classement raisonné a été réalisé par Brigitte Waché, professeur émérite à l’université du Mans.

Cette 2e journée proposée par Frédéric Le Moigne (Université de Bretagne occidentale) et Stéphane Tison (Le Mans Université) visait à mesurer l’influence nationale et internationale de Georges Grente. Sa position dans l’Église de France, dans la chrétienté de même que son action missionnaire, croisant parfois des enjeux politiques ou géopolitiques, permet de tracer les contours de la géographie du pouvoir de Mgr Grente.

Continuer la lecture de « Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison) »

Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet)

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai obtenu une subvention du GIS Institut du Genre afin de mener à bien une mission de recherche en Russie ayant pour sujet les mises en scène et représentations du corps dans la danse académique de Marius Petipa. Cette mobilité m’amènera à fréquenter les archives du Théâtre Bolchoï de Moscou mais aussi à participer à la conférence internationale organisée à l’occasion des 200 ans de la naissance de Marius Petipa (6-8 juin 2018 – Moscou). 

En France, le spectacle chorégraphique devient à partir des années 1840, le lieu de l’exhibition licite du corps, en particulier féminin. Les danseuses s’y taillent de francs succès, tandis que la danse au sens strict est devenue l’univers où les danseurs ne sont que tolérés. Le développement de la technique des pointes a aussi permis aux danseuses d’exceller dans un domaine spécifiquement féminin. Ainsi, les femmes continuent d’avoir accès à un large registre au sein des ballets. En revanche, les rôles masculins se raréfient et se révèlent bien moins riches que les rôles féminins. La nouvelle esthétique du ballet est alors perçue comme « féminine ». Comme c’est le Tout-Paris intellectuel qui fréquente avec assiduité l’Opéra, c’est lui qui fait les réputations à l’image de Théophile Gautier ou Jules Janin. Les écrits des membres de ce cercle reflètent l’évolution des mentalités mais contribuent également à les forger. Ainsi vont-ils défendre la féminisation du ballet et proclamer l’incompatibilité du spectacle chorégraphique avec la masculinité.

Continuer la lecture de « Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet) »

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »

Hervé Guillemain « L’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien »

Hervé Guillemain participe à la chaîne YouTube d’Elisabeth Marion, qui se donne pour objectif d’interviewer  « des personnes de professions différentes [qui] ont accepté de parler de l’effet de leur psychanalyse sur leur vie professionnelle, d’expliquer ce qui a changé pour elles… ».

Dans cet entretien, Hervé Guillemain revient sur l’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien. Extraits:

« La parole délirante est une parole qui sort du chemin de l’histoire ».

« Ces dossiers de patients sont un reste de l’histoire… et ce reste, moi j’estime qu’il peut permettre de faire une histoire sociale de la folie, de la psychiatrie, des psychothérapies… »

Parution: Schizophrènes au XXème siècle (Hervé Guillemain)

La semaine dernière est paru le dernier ouvrage d’Hervé Guillemain, enseignant à Le Mans Université et membre de TEMOS, Schizophrènes au XXe siècle (Alma éditeur)

Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques, une figure dominante de la culture cinématographique, un objet désormais récurrent d’intérêt médiatique. L’historien, Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Écrire l’histoire du point de vue des cliniciens n’aurait apporté rien de neuf. La schizophrénie, cette maladie du siècle, a déjà une histoire. C‘est bien celle des schizophrènes et de leur prise en charge médicale, politique et sociale qu’il convenait d’inventer avant que cette appellation, considérée par de nombreux médecins comme fragile, inopérante et stigmatisante, disparaisse des classifications mondiales. Il en ressort que l’un des premiers buts de cette « nouvelle maladie », née sur les beaux restes de la mélancolie, fut de prévenir l’essor des psychoses juvéniles. Plus généralement, ce sont aussi bien des domestiques en difficulté, des migrants confrontés à la crise que des jeunes adultes aspirant à l’émancipation qui formèrent, sous l’égide de la science et de la pratique médicale, un nouveau sous-ensemble de population reconnaissable à ses postures, ses gestes, la résistance aux thérapies et son inadaptation au nouveau modèle sélectionniste scolaire, militaire ou professionnel. Il en ressort aussi que des années 1900 aux années 1970 ces sujets considérés comme incurables ont été soumis à une double peine : la représentation socialement négative accolée à leur souffrance s’est doublée d’une intensification de leur traitement et d’une dégradation alarmante de leurs conditions de vie. Pourquoi et comment une nouvelle maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle, meurt-elle ? C’est à ces questions qu’Hervé Guillemain répond en écoutant la voix de ceux qui furent à la fois les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal.

La présentation sur le site de l’éditeur

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » (Nicolas Breton)

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » organisée par Hugues Daussy (professeur d’histoire moderne à l’Université de Franche-Comté) à l’Institut Protestant de Théologie de Paris le samedi 17 mars 2018.

Intitulée « Pour Dieu, pour le roi, mais aussi pour soi. Intérêts et ambitions dans les engagements des Coligny-Châtillon, du milieu du xve au milieu du xviie siècle », ma contribution cherche à évaluer la part d’ambition personnelle dans les trajectoires et les parcours de vie des membres de la Maison de Coligny-Châtillon entre 1465 et 1649. Cette question permet entre autres de resituer l’histoire de la famille de Coligny dans le temps long et d’appréhender différemment la question des motivations des engagements religieux des frères Châtillon – Odet de Coligny, cardinal de Châtillon ; Gaspard de Coligny, amiral de France et François d’Andelot, colonel général de l’infanterie française – au milieu de la décennie 1560. En l’espace de deux siècles, les membres de cette Maison à l’origine modeste, s’engagent, notamment, dans l’idée de connaître une certaine élévation sociale, dans l’espoir de sauver leur âme et enfin dans le but de reconquérir l’honneur, les biens et l’estime de la monarchie française dont la nuit de la Saint-Barthélemy les avait si spectaculairement privé en 1572.

Le programme de la journée d’étude est ici

Nicolas Breton

 

Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina)

Depuis octobre 2017, dans le cadre d’un post-doctorat co-financé par l’Université Bretagne-Loire et Le Mans Université, je poursuis des recherches sur l’histoire encore méconnue des clubs de psychologie analytique, réunissant analystes et analysants dans le but d’étudier en commun les théories de l’ancien collaborateur de Sigmund Freud, le psychiatre et psychologue suisse Carl Gustav Jung (1875-1961). Le premier d’entre eux, fondé en 1916 à Zurich sous l’impulsion de la mécène américaine Edith Rockefeller-McCormick (1872-1932), ambitionnait de contribuer à la promotion de la doctrine jungienne, de mettre à la disposition de la communauté analytique un espace de socialibilité propice aux échanges et au soutien mutuel, et d’inciter ses  membres à mener une « analyse collective ». Continuer la lecture de « Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina) »

Temos à Séville

Colloque international « Révoltes urbaines et modèles de souveraineté dans l’Europe moderne »

Les 1er et 2 février 2018, un colloque international était organisé à Séville par Manuel Herrero Sanchez, Alain Hugon, et Antonio Alvarez-Ossorio Alvarino. La manifestation a réuni des chercheurs et chercheuses italiens, allemands, espagnols, hongrois, français, néerlandais et américains, spécialistes de l’Europe et du monde à l’époque moderne.

J’y ai proposé une communication qui analysait la manière dont les révoltés des petites villes de Saxe et de Thuringe tiraient parti des formes particulières et fragmentées de la souveraineté dans ces régions pour faire jouer en leur faveur les concurrence entre princes, autorités et systèmes normatifs. Les révoltes contre les impôts dus à l’Empereur permettent en effet de faire jouer presque tous les niveaux et acteurs de la souveraineté dans le Saint Empire romain germanique, depuis l’Empire et l’Empereur jusqu’à la communauté d’habitants.

Le programme ici.

Rachel Renault

Les circulations d’inventeurs – séminaire à Caen

Le 9 février, j’ai participé au séminaire « mobilités intellectuelles  de l’Antiquité à nos jours » organisé par le département d’histoire de l’université de Caen. Ma communication portait sur les « circulations d’inventeurs et d’hommes à projet pendant le premier dix-septième siècle ».

Dès le XVIe siècle, des entrepreneurs et hommes à projets naviguent entre différents territoires européens pour y exploiter ce qu’ils présentent comme des inventions. Pour protéger leurs intérêts, ils sollicitent souvent des pouvoirs publics un privilège établissant un monopole commercial, en mobilisant à cette fin procureurs et courtiers. De tels inventeurs gyrovagues témoignent à leur manière du crédit nouveau porté au progrès technique, de l’intensification des échanges dans la République des lettres, mais reflètent également les migrations de travail qui animaient le continent, qu’elles soient librement entreprises, contraintes par les guerres ou la pauvreté, ou suscitées par des États en quête de transferts de technologie. Les cas de succès semblent toutefois bien rares… Loin d’anticiper sur un espace européen de l’invention, ces circulations révèlent les blocages et les échecs du dix-septième siècle savant et technicien.

Stéphane Haffemayer (Université de Caen) a ensuite offert un autre regard sur la même période en consacrant sa communication au projet de « bureau d’adresse » conçu par l’Anglo-prussien Samuel Hartlib à l’imitation du modèle français de Théophraste Renaudot.

Le programme du séminaire ici.

Aurélien Ruellet

 

Bienvenue à TEMOS !

 

Je suis très heureux de vous annoncer la création au 1er janvier 2018 de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), une unité de recherche qui regroupe des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche des universités d’Angers, Bretagne Sud, du Mans et du CNRS.

TEMOS compte 60 membres titulaires et autant de doctorants travaillant sur les quatre périodes de l’histoire, de l’antiquité au temps très présent (sections 32 et 33 du CoNRS). Leurs recherches portent sur des organisations humaines diverses et des espaces géographiques variés propices aux coopérations internationales ; leurs objets sont pluridisciplinaires d’où des collaborations nombreuses avec d’autres disciplines : lettres, droit, science politique, géographie, sciences du vivant, médecine, environnement. Continuer la lecture de « Bienvenue à TEMOS ! »