Écrire de l’histoire?

Par Karl Zimmer, doctorant à Le Mans Université

« Le chercheur a tout intérêt à écrire de manière plus sensible, plus libre, plus juste. […] L’histoire produit de la connaissance parce qu’elle est littéraire, parce qu’elle se déploie dans un texte, parce qu’elle raconte, expose, explique, contredit, prouve, parce qu’elle écrit-vrai. L’écriture n’est donc pas la malédiction du chercheur […]. Elle n’entraîne aucune déperdition de vérité ; elle est la condition même de la vérité. A chacun de forger son écriture-méthode. »

Ivan Jablonka

Écrire de l’histoire interroge à plusieurs titres les historiens et les historiennes1. Les réflexions sont anciennes2 et pourtant elles apparaissent toujours d’une actualité aiguë. Au moment de commencer ma thèse, je souhaite engager la discussion sur les possibilités de l’écriture en contexte académique. Comment raconter un événement, plonger dans les logiques qui l’ont poussé à exister, le mettre en forme avec sensibilité, le rendre vivant, captivant ? Ces questions se posent aussi à l’enseignant au moment d’apprendre à des jeunes à rédiger3. Comment faire acte d’histoire en conciliant la méthode scientifique, avec ses techniques et ses normes ; et en même temps envisager dès les premiers instants du travail de recherche, une forme littéraire accessible à la lecture par le plus grand nombre ? Le défi est sans conteste une gageure. Je travaille sur le XIXe siècle. Siècle où la frontière entre littérature et histoire est mince, ce qui m’a amené à quelques réflexions sur la manière dont je souhaite fabriquer de l’histoire.

Sans doute n’est-il pas la peine d’y revenir, mais pour l’histoire du XIXe siècle la littérature est une source formidable4. Flaubert, Hugo, Balzac et Zola incarnent ces figures littéraires les plus emblématiques. Leurs fictions sont fouillées et documentés5. Les récits inventés donnent à voir des réalités truchées, des ambiances et des langues désormais disparues, des nuances du quotidien invisibles, des petites choses à hauteur d’hommes et de femmes, qui une fois passées au crible de la critique se trouvent être très utiles à la recherche. Je travaille en particulier sur des émeutes. La représentation de l’agitation dans le Paris des années 1830 faite dans L’Éducation sentimentale ou la mythologique barricade des Misérables fourmillent d’exemples sur le vif, de ces situations au plus près du réel6. Peut-être donner une place à cette esthétique littérature dans la manière d’aborder un évènement est une porte d’entrée pertinente7, mais sans doute pas suffisante.

En effet, les monumentales histoires du XIXe siècle, de Michelet à Guizot, en passant par Thiers et Jaurès sont aussi des œuvres littéraires. Leurs histoires ont participé à forger une certaine conception du passé8, en grande partie parce que ces auteurs ont été massivement lus. L’entre-soi académique, par ailleurs important, coupe la société des avancées scientifiques. Renouer avec un style visible, plaisant, accessible, sans renier ni scientificité, ni méthode des travaux est un enjeu démocratique, pas si évident9. Les notes de bas de pages, renvoyant sans cesse aux archives ou à la bibliographie sont un gage d’honnêteté. L’analyse pointilleuse des sources n’est pas négociable. L’interprétation des causalités doit toujours être l’objet de débats. Rendre transparent ma petite fabrique doctorale est un point crucial du cursus. Mais faire œuvre d’historien m’oblige-t-il pour autant à me noyer dans un style neutre, sans goût, impersonnel ?

Alors que faire ? Comment écrire de l’histoire académique et vulgaire ? Le pari d’une histoire scientifique divulguée au plus grand public a fait le succès de quelques universitaires chevronné.e.s : Alain Corbin10, Raphaëlle Branche11, Patrick Boucheron12, Ivan Jablonka13, Charlotte de Castelnau-L’Estoile14, Xavier Delacroix15, Nicolas Offenstadt16, Jacques-Olivier Boudon17 ou encore Mathilde Larrère18. Ces travaux prouvent que l’on peut produire une écriture historique tout autant sérieuse qu’agréable, fluide et lue. Le premier pas n’est-il pas (souvent) une implication plus intime dans le sujet ? La réappropriation du « je » ne s’imposerait-elle pas face à ce « nous » si distant ? Tous ces travaux nous invitent à puiser dans l’esthétique des excellents « romans vrais » : Les Rouges, 14 Juillet, Tu n’habitera jamais Paris, Les Onze ou encore Et j’abattrai l’arrogance des tyrans et La guerre des pauvres pour l’histoire médiévale. Toutes ces expériences font la part belle au hasard des rendez-vous manqués19, au possibilités non-advenues20, au vraisemblable pour combler des vides21. A priori je n’ai ni le talent, ni la compétence pour cette ambition créatrice, mais je souhaite malgré tout faire mien le pari d’une écriture-méthode tenant la ligne crête.

1 C’est le titre d’ailleurs d’une revue fondée en 2008 : https://journals.openedition.org/elh/

2 Voir notamment la notice : « Linguistic Turn » in DELACROIX Christian, DOSSE François, GARCIA Patrick et OFFENSTADT Nicolas (sdd.), Historiographie. Concepts et débats, Gallimard, 2010, p. 476-490.

3 ZIMMER karl, « L’histoire de l’événement que je n’ai pas vécu », Entre-Temps, octobre 2020 (https://entre-temps.net/lhistoire-de-levenement-que-je-nai-pas-vecu/?fbclid=IwAR0oA92V7TK9mhveccvhgAfoXpYkKwpPFDGyvQuwY9P0UHh_u5RdcqM5iWg).

4 AUDIN Michèle et LYON-CAEN Judith, « Révolution et roman avec Michèle Audin et Judith Lyon-Caen », quatrième séance des Mercredi des révolutions de la Société d’histoire de la révolution de 1848 (saison 2019-2020), à écouter sur Paroles d‘histoire (http://parolesdhistoire.fr/index.php/2020/02/20/91-revolution-et-roman-avec-michele-audin-et-judith-lyon-caen/)

5 LYON-CAEN Judith, L’historien et la littérature, La Découverte « Repères », 2010, 128 p.

6 BEDEE Estelle, L’insurrection dans le roman du XIXe siècle. De Prosper Mérimée à Lucien Descaves, Thèse de Langue et littérature française, soutenue en 2017, Université Paris Lumières, 414 p. : https://bdr.parisnanterre.fr/theses/internet/2017/2017PA100163/2017PA100163.pdf

7 LOWY Michael et SAYRE Robert, L’insurrection des Misérables. Romantisme et révolution en juin 1832, Minard, 1992.

8 CITRON Suzanne, Le Mythe national. L’histoire de France revisitée, Éditions de l’Atelier, 2019 (1987), 357 p.

9 JABLONKA Ivan, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Seuil, 2014, 339 p.

10 CORBIN Alain, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Flammarion, 1998, 336 p.

11 BRANCHE Raphaëlle, Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familiale, La Découverte, 2020, 512 p.

12 BOUCHERON Patrick, Histoire mondiale de la France, Seuil, 2017, 800 p.

13 JABLONKA Ivan, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Seuil, 2012, 448 p.

14 CASTELNAU-L’Estoile Charlotte, Pascoa et ses deux marins. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal, PUF, 2019, 170 p.

15 DELACROIX Xavier (sdd.), L’autre siècle. Et si les Allemands avaient gagné la bataille de la Marne ?, Fayard, 2018, 320 p.

16 OFFENSTADT Nicolas, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA, Stock, 2018, 250 p.

17 BOUDON Jacques-Olivier, Le plancher de Joachim. L’histoire d’un village français, Belin, 2017, 288 p.

18 LARRERE Mathilde, Il était une fois les révolutions, Éditions du Détour, 2019, 224 p.

19 BOUCHERON Patrick, Léonard et Machiavel, Verdier, 2008, 144 p.

20 DELUERMOZ Quentin et SINGARAVELOU Pierre, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Seuil, 2016, 448 p.

21 CORBIN Alain, Les conférences de Morterolles (hiver 1895-1896). A l’écoute d’un monde disparu, Flammarion, 2011, 198 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search