Demi-journée d’études “Homosexualité, répression et déportation”

Mercredi 31 mars s’est tenue la demi-journée d’études intitulée “Homosexualité, répression et déportation”. Cette demi-journée intégralement diffusée sur Teams était programmée dans le cadre du mois du genre, une manifestation organisée chaque année par l’Université d’Angers visant à faire échanger le grand public, les scientifiques et des artistes sur les questions de genre. Cette manifestation scientifique a été co-organisée par le laboratoire TEMOS et la SFR Confluences et coordonnée par Christine Bard, enseignante-chercheuse en histoire contemporaine à l’Université d’Angers.

Inscrite dans la continuité du cycle de recherche “mémoire des déportations” initié par le laboratoire TEMOS en 2005, voilà maintenant plus de 15 ans, cette demi-journée d’études a permis de mêler différents points de vue, celui d’universitaires ou de chercheurs comme le sont Arnaud Boulligny et Sam Seydieh mais aussi celui de militante à l’instar de Suzette Robichon, ou encore celui de Brigitte Benkemoun journaliste et autrice d’un livre Albert Le Magnifique sur la déportation de son grand-oncle.

La demi-journée d’études s’est ouverte sous la présidence de Christine Bard avec une première intervention d’Arnaud Boulligny, chercheur au sein de l’association de l’AFMD. Son intervention a mis en lumière le traitement des homosexuels par la France durant la seconde guerre mondiale. Il a distingué deux cas, celui de la France sous le régime de Vichy qui a pu arrêter et emprisonner les homosexuels pour motif d’homosexualité, et celui du cas particulier de l’Alsace-Moselle où la répression s’est faite beaucoup plus sévère et où certains ont été envoyés en camps de concentration. Son intervention s’est appuyée sur les textes de lois qui condamnaient l’homosexualité durant cette période à la fois en France et en Allemagne.

La seconde intervention de la journée a été celle de Sam Seydieh, chercheur en sociologie au sein du CRESPPA, qui a fait sa thèse sur la déportation pour motif d’homosexualité et le lien avec les mouvements LGBT en France. Son intervention s’est donc davantage centrée sur les relations entre les espaces militants et le cadre institutionnel sur la question des déportations des homosexuel.le.s. Il a notamment évoqué la difficulté pour les homosexuel.le.s d’acquérir le statut de déporté pour motif d’homosexualité, et expliqué que ce fut tout le grand combat de Pierre Seel de faire reconnaitre ce statut.  Enfin Sam Seydieh a également évoqué les difficiles relations avec le cadre institutionnel notamment à travers le rapport Caspi ou des déclarations comme celles de Christian Vanneste.

Affiche consacrée à la demi-journée d’études

La deuxième partie de cette journée a été présidée par Bérangère Taxil, professeure de droit international à l’Université d’Angers. Cette seconde partie de la demi-journée d’études a débuté avec l’intervention de Suzette Robichon militante et activiste. A travers son activisme elle a cherché des réponses sur la déportation de femmes lesbiennes en Allemagne. Sa présentation s’est articulée autour de différents portraits de femmes et de courts récits de vies, de celles qui ont souffert la répression de l’homosexualité et parfois la déportation.

Cette journée s’est poursuivie avec la présentation de Brigitte Benkemoun, journaliste et autrice du livre Albert le Magnifique dans lequel elle raconte l’histoire d’un de ses grands oncles, Albert Hachache-Roux. Histoire qu’elle a elle-même reconstituée d’un homme né en Algérie coloniale, homosexuel et arrivé en France dans les années 1910. Il va d’abord vivre quelques années de relative insouciance à Nice où il va pouvoir vivre son homosexualité. Puis avec le durcissement des lois il est arrêté en 1943 (mais pas pour motif d’homosexualité), envoyé dans les camps et tué à son arrivée.

La journée d’études s’est terminée par une intervention conclusive de Stéphane Corbin de l’association militante angevine Quazar qui a évoqué sa rencontre avec Pierre Seel.

Pour en savoir plus le replay de cette demi-journée d’études est disponible sur le site du mois du genre en cliquant sur le lien suivant : https://moisdugenre.univ-angers.fr/2021/04/01/homosexualite-repression-et-deportation/

Article rédigé par Amélia Benard, étudiante en M1 LLPC à l’Université d’Angers, en stage au laboratoire TEMOS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.