Soutenance de thèse d’Adélaïde Laloux

Le jeudi 15 avril 2021 s’est tenue à la fois à la maison de recherche Germaine Tillion et sur Teams – Covid oblige – la soutenance de thèse d’Adélaïde Laloux. Sa thèse intitulée : Les dossiers de la protection de l’enfance : constitution, conservation, accès porte sur la pratique archivistique au sein des différents organismes se chargeant de la protection de l’enfance, à l’instar de l’Aide Sociale à l’Enfance, par exemple. Son étude s’étend sur la période historique allant de 1950 à 2018. Adélaïde Laloux a bénéficié pour conduire ses recherches d’un contrat doctoral financé par le programme régional EnJeu[x] Enfance et jeunesse.

Cette thèse a été rédigée sous la direction de Patrice Marcilloux professeur des universités en archivistique à l’Université d’Angers, et placée sous la cotutelle d’Hervé Rihal professeur émérite de droit à l’Université d’Angers. Le jury se composait d’Anne Lambert conservatrice du patrimoine au ministère des solidarités et de la santé qui tenait le rôle d’examinatrice, tout comme Bénédicte Grailles maîtresse de conférence en archivistique à l’Université d’Angers. Les deux rapporteurs étaient Yvon Lemay professeur à l’Université de Montréal au Canada, et Yvan Jablonka professeur des universités à l’université de la Sorbonne à Paris. La présidence du jury a été assurée par Yvan Jablonka.

Adélaïde Laloux a présenté lors de cette soutenance le résultat de ses travaux consignés dans une thèse de quelques 729 pages. Son travail s’appuie sur les principes de l’archivistique post moderne, tout en ouvrant la voie à une archivistique sociale. Son travail a donc visé à faire une étude approfondie des pratiques afin d’améliorer la pratique professionnelle sur le terrain. Pour ce faire elle propose en dernière partie de sa thèse une série de recommandations de bonnes pratiques.

L’écoute des anciens de la protection de l’enfance permet de constater à quel point les archives qui les concernent peuvent être constitutives d’une identité et porteuses d’un lien tout à fait particulier. Marie-Christine, au cours de sa quête, revendique une forme de propriété de ces documents qu’elle considère comme privés : « ce sont des histoires personnelles, ce sont des vies, on donne, on ne garde pas pour soi la vie de quelqu’un d’autre ». Les difficultés d’accès à ces dossiers justifient et nécessitent une réflexion archivistique spécifique pour parvenir à une consultation de ces archives qui réponde mieux aux besoins de ces usagers. L’étude des dossiers individuels de la protection de l’enfance permet d’établir que cette catégorie d’ego-archives se caractérise par une valeur existentielle qui doit être perçue et positionnée parmi d’autres valeurs et centres d’intérêt. La valeur existentielle, fondement du lien qui unit les usagers aux archives les concernant, oriente donc la manière de traiter ces dossiers. Elle appelle à penser une nouvelle dimension dans le cycle de vie des archives que nous modélisons dans une adaptation du modèle du records continuum de Frank Upward. En s’appuyant sur un recueil de données inédit qui repose sur un échantillon de 500 dossiers d’enfants, un corpus de données issues du web permettant de donner la parole aux usagers et des entretiens réalisés auprès des différentes catégories d’acteurs, ce travail aboutit à la production de bonnes pratiques professionnelles. Elles ont pour but d’améliorer la communication des dossiers aux usagers dans une perspective de qualité du service public.

Dans ses conclusions le jury a souligné que la thèse était d’une excellente qualité scientifique notamment par la richesse et la variété des sources et la diversité des méthodes employées. Les membres du jury ont exprimé leurs félicitations en indiquant qu’il s’agissait d’une « belle thèse d’archivistique sociale et d’archivistique humaniste ».

 

Article rédigé par Amélia Benard, étudiante en M1 LLPC à l’Université d’Angers, en stage au laboratoire TEMOS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.