Retours sur un sondage archéologique au Purpurkopf (Rosheim, Bas-Rhin)

Par Tristan Martine et Florent Minot

Du 6 au 12 juin 2021 a eu lieu au Purpurkopf (commune de Rosheim, Bas-Rhin) un sondage archéologique sur un site jusque-là généralement daté des périodes celtique ou romaine. Si la vaste enceinte enserrant le sommet pourrait en effet avoir été construite dans l’Antiquité ou au début du Moyen Âge, en revanche, au centre de cet espace clos, couronnant le sommet, se trouvent les vestiges largement éboulés d’un bâtiment rectangulaire qui pourrait être plus récent. En effet, une bulle du pape Léon IX datant de 1049 évoque la fondation par son ancêtre, dans les années 970, d’une abbaye à Altorf qu’il dota notamment de « tout le terrain escarpé qui jouxte, soit en longueur, soit en largeur, le Burcberck, sur le sommet duquel se trouvait son castrum »[1]. Différents indices laissent à penser que ce Burcberck renvoie au Purpurkopf[2], qui aurait pu être construit au Xe siècle et détruit au XIe siècle[3], ce qui a justifié l’ouverture d’un sondage par Tristan Martine (Université d’Angers – Laboratoire TEMOS) et Florent Minot (Archéologie Alsace), dont l’objectif était d’évaluer l’état de conservation des maçonneries et de la stratigraphie dans l’angle nord-est du bâtiment et, si possible, de mettre au jour des éléments susceptibles de préciser son mode de construction et sa chronologie. Deux fenêtres ont été ouvertes afin de documenter à la fois la stratigraphie interne et externe du bâtiment (Figure 1). L’opération a également été l’occasion d’effectuer un débroussaillage complet du bâtiment afin de réaliser des photos par drone dans l’optique d’en tirer un photo-plan.

Figure 1 : vue zénithale de la moitié nord du bâtiment avec la zone sondée à gauche. (Cliché B. Prévôt)

Côté externe, le sondage a permis de dégager le parement du mur ouest sur une longueur de 2,70 m et une hauteur de 1,50 m. Au nord le sondage a été approfondi afin de dégager l’angle nord-ouest du bâtiment jusqu’à la base de la maçonnerie (Figure 2). Le cône d’éboulis qui recouvre et talute les vestiges du mur est constitué de moellons de grès parfois de très gros module et de sable argileux brun-orangé provenant de l’effondrement de la partie supérieure des élévations.

Figure 2 : Vue de l’angle nord-ouest externe depuis le nord. (Cliché F. Minot)

Côté interne, après un premier décapage en plan des couches superficielles d’humus (Figure 3), le sondage a été approfondi (Figures 4 et 5) au niveau de l’angle interne, afin d’évaluer l’épaisseur de la couche correspondant à l’effondrement de la partie supérieure des murs du bâtiment. Cette couche est composée de gros moellons équarris provenant de l’effondrement des parements et de moellons plus petits issus du blocage du mur, le tout dans une matrice de sable argileux brun-orangé qui constituait à l’origine le liant de la maçonnerie. Épaisse de près d’1,50 m, cette couche se poursuit jusqu’au pied du mur et repose, comme lui, sur un niveau correspondant a priori aux couches altérées du substrat. Cet épais niveau de démolition a livré deux fragments de céramique. L’un d’entre eux a déjà pu être identifié (Figure 6). Il s’agit d’un bord de pot en céramique à pâte claire alsacienne de type nord 5 ou nord 6 [4], qui peut être attribué à une fourchette chronologique comprise entre le VIIIe et le Xe siècle.

Figure 3 : Vue de l’angle nord-ouest interne et du sommet de la couche de démolition depuis le sud-est. (Cliché F. Minot)

Concernant les éléments bâtis observés, le mur s’est révélé être dans un bon état de conservation au niveau de ses parties enfouies. Large de 2 m à 2,10 m il est constitué de deux parements en gros moellons de grès rose enserrant un blocage constitué de moellons de grès de plus petit module (Figures 2, 3, 4 et 5). L’ensemble de la maçonnerie est lié à la terre par un sable argileux brun-orangé qui a été abondamment retrouvé dans les niveaux de démolition internes et externes. Les parements présentent des assises plutôt régulières et sont conservés au niveau des sondages sur une hauteur maximum de 1,90 m côté intérieur et une hauteur estimée à 2,50 m côté extérieur. En partie supérieure, l’éboulement des parements a mis à nu le blocage, notamment du côté intérieur. L’angle externe nord-ouest a été partiellement dégagé jusqu’à son assise de fondation. Il est constitué de gros blocs équarris avec soin mesurant en moyenne 0,90 m de long pour 0,35 à 0,40 m de haut (Figure 2).

Figure 4 : vue du parement interne depuis le sud. (Cliché F. Minot)

Le dégagement de l’angle nord-ouest de la maçonnerie a permis d’estimer plus précisément les dimensions du bâtiment, dont les angles externes nord-est et interne sud-est étaient déjà connus. Long de 18,60 m pour 11 m de large hors œuvre, l’emprise au sol du bâtiment atteint 205 m² pour une surface interne de 95 m². L’angle sud-est étant conservé à une altitude supérieure que l’angle nord-ouest documenté par notre sondage, la hauteur maximale de maçonnerie conservée peut être estimée à 3 m.

Figure 5 : vue du parement interne et de son niveau de fondation depuis le sud-est. (Cliché F. Minot)

À l’issue des observations, archéologiques, les sondages ont été entièrement rebouchés après la mise en place d’un géotextile. Les sondages ont été comblés avec les matériaux extraits mais ces derniers ont été triés de manière à faciliter une éventuelle réouverture. La terre a été posée au fond et la partie supérieure a été comblée avec les moellons de grès.

Figure 6 – Tesson de céramique à pâte claire alsacienne mis au jour dans le niveau de démolition à l’intérieur du bâtiment (cliché : F. Minot)

Réalisé grâce au soutien du laboratoire TEMOS (UMR 9016) et d’Archéologie Alsace, ce sondage s’est avéré extrêmement prometteur, notamment grâce à la mise au jour d’un tesson offrant un premier élément de datation, allant dans le sens des hypothèses de travail de départ, même si des conclusions définitives ne peuvent pas reposer sur cette unique occurrence. La découverte de mobilier datant est toutefois très encourageante au vu de la faible emprise des investigations, d’autant que si cette datation était confirmée, le Purpurkopf pourrait être le premier site castral alsacien du Moyen Âge central à être fouillé et ainsi apporter de précieux éléments à la connaissance des premiers châteaux dans l’espace rhénan des IXe-XIe siècles[5]. Ces premiers résultats invitent donc à envisager une opération de fouilles programmées plus conséquentes permettant de préciser ces premiers indices.


[1] Archives départementales du Bas-Rhin (A.D.B.R.), H1/2.

[2] Tristan MARTINE et Florent MINOT « “Burcberck […] in cujus montis cacumine suum extitit castrum”. Analyse d’une bulle de Léon IX et bilan des données textuelles et archéologiques sur le Purpurkopf (Bas-Rhin) », Revue d’Alsace, à paraître.

[3] Georges BISCHOFF et Jean-Michel RUDRAUF, Les châteaux forts autour du Mont Sainte-Odile, Bernardswiller, ID l’édition, 2019, p. 85.

[4] Madeleine CHÂTELET, La céramique du haut Moyen Âge du sud de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade). Typologie, chronologie, technologie, économie et culture, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 2002, p. 128-131.

[5] Pour un état des lieux des connaissances sur le phénomène castral alsacien durant cette période, voir Jacky KOCH, « Les châteaux alsaciens entre 950 et 1150 », in Marie POTTECHER (dir.), L’Alsace au cœur du Moyen Âge. De Strasbourg au Rhin supérieur. XIe-XIIe siècles, Lyon, Lieux-Dits éditions, 2015, p. 178-183.



Citer ce billet
TEMOS (2021, 9 juillet). Retours sur un sondage archéologique au Purpurkopf (Rosheim, Bas-Rhin). TEMOS - temps, mondes, sociétés. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/up7q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search