Journée d’étude Humain et végétal – Expliquer pour rationaliser les semences agricoles

Anaïs Got (Université d’Angers – Laboratoire TEMOS)

Plante en train de germer

En agriculture, tout commence par une semence. En 1869, l’agronome allemand Friedrich Nobbe théorise et commence à pratiquer une nouvelle spécialité agronomique appelée les essais de semences. Il fonde la première station d’essais de semences : un laboratoire dédié à cette activité, à Tharandt, en Saxe[1]. Peu à peu, les essais de semences se diffusent dans les États voisins en tant que pratique normée ayant pour objectif de répondre scientifiquement et techniquement à toutes les questions que les applications agricoles et industrielles posent sur les semences.

Faire l’histoire des essais de semences c’est l’étudier en tant que système scientifique construit et mobilisé par des scientifiques, les agro-botanistes, qui identifient les semences comme des éléments fondamentaux sur lesquels les États doivent intervenir afin d’améliorer les agricultures nationales. À cette fin, ils développent un ensemble de méthodes et de techniques essentiellement basées sur l’examen scientifique de leurs caractéristiques et leurs facultés, notamment concernant la germination.

Le GEVES définit les semences comme les « organes végétaux qui permettent de mettre à disposition la variété auprès de l’agriculteur et du jardinier »[2]. Si dans les représentations collectives les semences sont des graines, les semences désignent tout ce qui peut reproduire le végétal, comme les tubercules ou encore les caïeux et les boutures. En outre, les semences sont le matériel marchand capable de reproduire la plante initiale grâce au semis. Elles appartiennent aussi à la reproduction animale et humaine puisqu’elles désignent le liquide séminal issu du mâle. Cette polysémie justifie à elle-seule l’intérêt d’interroger les semences végétales en les questionnant avec la reproduction humaine.

Traditionnellement, les agro-botanistes des semences exercent des missions d’enseignement. L’étude de leurs discours didactiques permet de comprendre comment on dit et on pense les semences et les graines. En 1906, l’agro-botaniste des semences français Émile Schribaux[3] les définit ainsi : « semence signifie germe d’un individu nouveau. C’est l’œuf du végétal, la plante future en miniature ; elle en résume tous les caractères, les défauts comme la qualité ». Comme ses confrères, le scientifique a recours à l’utilisation d’expressions évoquant clairement la reproduction humaine : « une graine reproduit les plantes qui lui ont donné naissance. Elle provient de la combinaison de deux cellules distinctes, l’une mâle, l’autre femelle, empruntées presque toujours à des individus différents. S’il y a combinaison, et l’observation le démontre, rien de surprenant qu’une graine engendre une plante dans laquelle on trouve, à côté de caractères communs au père et à la mère, des caractères nouveaux qui constituent en quelque sorte sa personnalité, et la distinguent de toutes les plantes voisines : l’hérédité est complète »[4]. Dans le cadre de leurs enseignements, les agro-botanistes expliquent les semences à l’aide d’expressions et de concepts facilement assimilables par leurs étudiants, et donc au prisme de la reproduction humaine. De là à parler d’anthropomorphisme, il n’y a qu’un pas !

À la même époque, la manière de percevoir le phénomène de la germination procède du même processus. Le moment critique où la graine développe son embryon pour donner naissance à une plantule est dépeint à l’aide de discours métaphoriques sur le sommeil ou le repos[5]. La germination est alors systématiquement présentée comme le pendant végétal de l’incubation animale.

Les essais de semences sont aussi une discipline scientifique résolument tournée vers la technique et la pratique. Pour cette raison, il convient d’en étudier le matériel et les instruments. L’étuve est l’un des outils les plus utilisés par les agro-botanistes des semences. Il s’agit d’un appareil clos dans lequel on peut maintenir une température constante afin de mettre en œuvre des phénomènes contrôlés tels que la germination. Les étuves permettent de créer une atmosphère close et chaude afin que les semences germent le plus rapidement et le plus uniformément possible. Dans la réflexion sur les points communs entre humain et végétal qui était la nôtre dans cette journée d’étude, on peut voir dans ces étuves des incubateurs ou des couveuses. Les discours et les pratiques sur les semences sont donc pétris de représentations relatives à la reproduction humaine et animale. Ce procédé courant procède largement d’une didactique agronomique. À l’inverse, on remarque que cette démarche est absente des sources scientifiques issues des activités expérimentales des stations d’essais de semences. Cette différence s’explique de par le fait que l’enseignement et la recherche scientifique n’ont pas la même finalité. Alors que le premier vise à décrire et expliquer des concepts et des phénomènes génériques, la seconde est résolument tournée vers la conceptualisation spécifique qui ne va pas de pair avec les analogies, les comparaisons et les métaphores.


[1] STEINER A.M. et KRUSE M., “Nobbe’s “Statute concerning the Testing of Agricultural Seeds” of August 1869”, in Seed Testing International, 2007/134, p. 11-13.

[2] Le GEVES, Groupement d’Étude des Variétés Et des Semences.

GEVES. (10 février 2021). A quoi correspond une semence par rapport à une variété ?. https://www.geves.fr/ufaqs/a-quoi-correspond-une-semence-par-rapport-a-une-variete/

[3] BUSSARD L., « Cinquante ans d’analyses et de recherches : la Station centrale d’essais de semences de Paris » in Annales de l’Institut agronomique : administration, enseignement et recherche, ser.2, t.31, vol.47, 1939, p.47-87.

[4] SCHRIBAUX E., NANOT J., Botanique agricole, Paris, Librairie J.-B. Baillère et fils, 1906, 328p, p.85.

[5] TIRARD S., Histoire de la vie latente : des animaux ressuscitants du XVIIIe siècle aux embryons congelés du XXe siècle, Paris, Vuibert, 2010, 122p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.