Journée d’étude Humain et végétal – La reproduction excessive de plantes dites « envahissantes » à l’époque contemporaine

Juliette Paris-Karst (Université de Lorraine)

Les plantes envahissantes (PE) : formation et utilisations d’une catégorie entre enjeu scientifique et problème de politique publique environnementale

            Au sommet de la Terre de Rio de 1992, dans la « Convention pour la Diversité Biologique », une motion de lutte contre l’envahissement biologique (Elton, 1958) est adoptée[1]. Cette lutte est conditionnée par des savoirs scientifiques et leurs usages politiques (qui relèvent de l’écologie et/ou de l’ingénierie et dont la diffusion à l’échelle internationale nécessite des relais institutionnels préexistants)[2].

Le vocable utilisé par ses act·rice/eur·s, à toutes les échelles de l’action publique, est révélateur de la manière dont le phénomène est pensé, diffusé et par la même (re)construit, sur le terrain. Entre métaphores guerrières et analogismes avec le domaine médical, j’utilise ici des exemples issus de mon mémoire de M2 ; notamment des propos provenant d’entretiens effectués dans le cadre de l’ethnographie du travail d’une association sur la renouée-du-Japon, autour de l’agglomération de Nancy.[1] 

1.  Définir les PE : représenter l’autochtonie végétale

            L’histoire de l’introduction des PE dans les milieux qu’elles « colonisent » est racontée (et parfois mythifiée : Dalla Bernardina, 2004) par les act·eur/rice·s de la gestion des PE, comme pour mettre en exergue leur non-autochtonie et par là même, la nécessité d’agir contre leur prolifération sur les territoires nationaux et/ou locaux. De plus, les plantes envahissantes [2]  sont souvent désignées par des noms qui réfèrent à leurs origines géographiques[3]. Ainsi, le séneçon-du-Cap est transporté par accident dans des toisons de moutons, l’élodée-du-Canada cultivée par des aquariophiles et relâchée par inadvertance dans les canalisations, la renouée-du-Japon importée pour ses qualités horticoles…

S’inquiétant pour des raisons esthétiques et morales de l’homogénéisation des paysages, les enquêté·e·s parlent de « mise en péril des habitats ». Ils utilisent un vocabulaire belliqueux pour illustrer le potentiel « destructeur » des rhizomes de renouées sur les sols, le fait que cette plante « tue la biodiversité » et pour imager leur abondance, l’un d’elles·eux utilise la métonymie consistant à dire que les PE sont de la « pollution »[4].

2.         Renaturer les PE : l’environnement comme ensemble de ressources

            L’altérité incarnée par les PE est davantage éthique qu’ethnique. En témoigne le cas des renouées dont le mode de reproduction végétative (souvent associé à du « clonage ») et les mutations génétiques (octoploïdie chromosomique qui cause son gigantisme, hybridations) participent à la construction d’une espèce non-authentique qui nécessite corrections et ajustements (Doron, 2016). C’est le travail de « restauration écologique » effectué sur le terrain pour intégrer cette plante à la flore locale (par bâchage, fauche répétée ou mise en pâturage, puis implantation d’espèces endémiques pour lui faire concurrence).

La volonté de préservation des « écosystèmes » locaux a aussi des fins pragmatiques : en se basant sur l’hypothèse selon laquelle ils rendent des services (« écosystémiques ») aux sociétés humaines, leur sauvegarde est aussi celle des conditions de vie de l’humanité.

Tantôt de « véritables fléaux », lorsque leurs impacts néfastes sont dénoncés, tantôt « vulgaires plantes de friches », quand il s’agit de souligner leur impossible naturalisation, les PE causent effectivement des problèmes d’ordre notamment économiques (par exemple : les renouées ont des rhizomes qui peuvent abîmer les infrastructures) et sanitaires (comme les allergies causées par l’ambroisie).

            Les plantes envahissantes [3] transgressent les frontières, elles abîment l’ordonnancement naturel local. En cela, c’est une notion qui participe à la réification de l’idée d’un équilibre naturel. Mais ces PE sont surtout des plantes non adaptées à la flore locale et à ses usages. C’est une catégorie plus politique que scientifique et sur le terrain, la gestion des PE semble plutôt participer d’une forme classique de domestication du sauvage (Micoud, 1993) que de l’application d’une « pseudo-science aux tendances bio-xénophobes » quant à laquelle certain·e·s mettent en garde[5].


[1]      https://www.cbd.int/doc/legal/cbd-fr.pdf, article 8 (h), page 9, 1992.

[2]      L’institution de la notion se fait en parallèle d’un engouement scientifique pour une écologie de la conservation aux visées interventionnelles, d’abord de préservation de la nature « vierge » (en lien avec les luttes outre-Atlantique quant à la création de réserves territoriales pour les peuples autochtones posant des interrogations quant à la définition de la sauvageté de ces territoires où des humains vivent depuis des millénaires) puis de « renaturation » des milieux anthropisés.

[3]      Toutes les plantes exotiques ne sont pas des PE. À ce titre, un enquêté rappelle que le mirabellier – un prunier lorrain emblématique – a probablement été importé dans la région au XVe s. tandis qu’à l’inverse, certaines PE potentielles ne sont pas traitées comme telles par les pouvoirs publics car implantées sur le territoire national depuis assez longtemps pour être considérées comme endémiques.

[4]      Souvent perçues comme cause de l’appauvrissement de la biodiversité, elles en seraient plutôt la conséquence d’après Andrew Mac-Dougall et Roy Turkington : « Are invasive species the drivers or passengers of change in degraded ecosystems ? », Ecological Society of America, 2005.

[5]      Louis-B. Slobodkin, « The good, the bad and the reified », évolutionary, Tuscon, 2001.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.