Séminaire ROSA-CE : “Le musc et le bois d’aigle. Une introduction à l’histoire des parfums en Chine impériale”

Par Clément Baranger et Tiago Rosa, masterants en histoire stagiaires à TEMOS

Le 22 novembre 2021 s’est déroulé le séminaire “Le musc et le bois d’aigle. Une introduction à l’histoire des parfums en Chine impériale” présenté par Frédéric Obringer. Ce séminaire s’est tenu au sein des locaux de la Maison de la Recherche Germaine Tillion, dans le cadre du projet interdisciplinaire ROSA-CE, soutenu par la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS. Ce projet, porté par Cristiana Oghină-Pavie,  a pour but d’étudier la sélection des rosiers au XIXe siècle, en s’intéressant tout particulièrement aux relations multiples qui se nouent dans l’environnement familier entre les humains et les rosiers, appréhendés comme « espèce compagne », et plus généralement entre les humains et les non-humains.

https://xiang.hypotheses.org/ Parfums en Chine

Frédérick Obringer est un historien spécialiste de l’histoire,  du patrimoine et de la civilisation chinoise. Il a soutenu sa thèse de doctorat en ethnopharmacologie, L’aconit et l’orpiment : drogues toxiques et concept de toxicité en Chine, de l’antiquité jusqu’aux Song, en 1992. Sa passion pour les jardins, qu’il entretient toujours à ses moments libres, s’est conjuguée à son goût pour la civilisation orientale, en particulier chinoise. Il a présidé l’Association française d’Études chinoises (AFEC) de 1998 à 2001 et coédité la revue Études chinoises de 1995 à 2002. Directeur du CECMC (Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine) sous tutelle du CNRS et de l’EHESS, il a rédigé des chapitres d’ouvrages sur le parfum, dans une perspective d’histoire sociale et connexe, comme « Le bois d’aigle et le musc. Les senteurs en Chine impériale, une passion lettrée », parue dans l’ouvrage À vue de nez. Odorat et communication. La rencontre entre la rose et le parfum a motivé le présent séminaire de recherche.

Des itinéraires de la rose et du parfum

La culture du parfum, omniprésente en Chine impériale, est abordée au cours de cette conférence au travers des usages de la rose : produit odoriférant, esthétique, génétique, symbolique. A partir de cet objet, les frontières mêmes de « l’Empire du milieu » sont interrogées, à la fois dans ses relations avec l’Asie centrale et mineure, ainsi qu’avec l’Occident. Plusieurs pratiques autour du parfum ont été passées en revue par Frédéric Obringer tel que les pratiques rituelles, les pratiques médicales et hygiéniques, et les pratiques horticoles. Pour cela des objets archéologiques ont été présentés, comme des brûle-parfums, à l’aune de l’exposition Parfum de Chine du Musée Cernuschi à laquelle il a participé en mars 2018.  Au passage, cette thématique du parfum ouvre des thématiques connexes comme le poison, d’un point de vue politique et culturel.

Cette histoire s’insère dans le temps long. Au cours de ses explications, Frédéric Obringer revient sur la Perse et l’Asie centrale comme axe de communication avec la Chine. Dans cet ensemble, les roses ont pu circuler, jusqu’en Occident et inversement, par la route de la soie, invitant à une approche anthropologique, transdisciplinaire et transnationale. Il est question des comportements des sociétés humaines, de l’appropriation du végétal par les jardiniers, de la « gentry » chinoise, et ce au gré des dynasties. Certaines de ses interrogations font échos à des thématiques présentes en génétique, en biologie ou encore en pharmacologie. Le spectre est large dans le tissu de comparaison entre les sociétés passées et actuelles.

« Les roses non ignorées, mais dévalorisées… »

Au cœur de la problématique élaborée au fil de la discussion, une question essentielle taraude Frédéric Obringer. Ces roses, qui ne sont pas ignorées par les Chinois, sont pourtant dévalorisées. Il s’appuie sur des traités médicaux, savants, horticoles de lettrés pour attester ce manque d’intérêt. Certes, sur certaines illustrations du XIIe siècle figurent des roses, mais leur visibilité s’en tient là. Frédéric Obringer, reste sur ce point, dubitatif. Dans l’auditoire, Cristiana Oghină-Pavie, les membres biologistes et généticiens du projet ROSA-CE ont, en partie, essayé d’énoncer des hypothèses pour répondre à ces problématiques.

A l’issue de cette intervention, leurs hypothèses ont porté plus précisément sur l’origine de certaines roses, leurs circulations, la sensibilité des sociétés orientales et occidentales aux odeurs produites par les roses. Quelques réflexions d’ordre génétique comme d’éventuelles mutations ont été évoquées, nourrissant le débat sur la classification des plantes.

En conclusion, si le parfum occupe une place centrale dans la longue histoire de la civilisation chinoise, la rose peine à y trouver sa place là où elle s’impose en Occident aux XVIIIe et XIXe siècles. Toute la démarche comparative de ce projet réside sur ce point.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.