Féminismes en archives : Le Centre des archives du féminisme fête ses 20 ans

Par Clément Baranger et Tiago Rosa, masterants en histoire stagiaires à TEMOS

Le 27 novembre 2021, l’organisation d’une journée d’étude a marqué les 20 ans du Centre des archives du féminisme, au sein de la Bibliothèque Universitaire du campus de Belle-Beille. Les différentes interventions de cette journée ont mis l’accent sur le rapport entre traitement et usages d’archives et problématiques féministes.

Le Centre des archives du féministe a été créé en 2000 à l’initiative de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers spécialiste de l’histoire des féminismes, et fondatrice de l’association Archives du féminisme. Depuis cette date, une convention de partenariat entre l’association Archives du féminisme et l’Université d’Angers permet au Centre d’archives du féminisme de développer ses activités en lien étroit avec la BU d’Angers. En 2001 le service des Archives Départementales du Maine-et-Loire prend en charge le classement des archives de l’Association. Elles constituent dès lors un fonds spécifique en lien avec le Centre Simone Beauvoir à Paris, la Bibliothèque Marguerite Durand et la Bibliothèque Contemporaine, également à Paris. La ville d’Angers devient une ville phare de la recherche sur le féminisme. Aujourd’hui, le Centre d’archives du féminisme compte soixante-dix-sept fonds, ce qui en fait le plus grand fonds d’archives sur le féminisme en France, ainsi que le plus volumineux et le plus complexe à classer.

Dons et legs au CAF: un acte militant pour archiver la mémoire féministe

Le fonctionnement du Centre d’archives du féminisme s’appuie sur une politique de dons et de legs. A ce titre, plusieurs personnalités, féministes ou représentantes d’associations, ont légué une partie de leurs fonds au CAF. Ces personnes ont insisté sur la nécessité de faire un choix et de confier ces archives à un organisme spécialisé et légitime. De même, léguer ces archives dans un fonds spécialisé, permet de les intégrer dans un « éco-système féministe ». Ce faisant, elles sont mises à disposition de la recherche, et leur conservation est garantie.

Les 20 ans du Centre d’archives du féminisme ont été l’occasion de la remise d’un tapuscrit de la militante et journaliste Benoite Groult. Ce tapuscrit, donné par Blandine et Lison de Caunes, ses filles, est un journal intime écrit « à quatre mains » avec son mari Georges de Caunes.

En plus de la question du don, un retour a été fait sur la Commission audiovisuelle de l’association Archives du féminisme, qui créée des archives par l’enregistrement audiovisuelle de témoignage de militantes féministes. Marine Gilis, doctorante en histoire contemporaine, et Mona Gérardin-Laverge, docteure en philosophie, ont fait part de leur méthode et de leur expérience, en insistant sur les enjeux de garder cette mémoire militante et « l’expérience extraordinaire » que ces travaux leur ont procuré.

Enfin, ces fonds d’archives font l’objet d’un classement. A ce titre, trois archivistes, anciennes étudiantes du Master Archivistiques de l’Université d’Angers qui ont fait leur stage de Master 2 au sein du Centre des archives du féminisme , ont témoigné sur cette expérience. Il en ressort une rencontre entre un engagement militant et une démarche scientifique d’archivage. L’accent a été mis sur une réflexion sur le sens du classement, et la nécessité d’être attentif à ne pas réécrire l’histoire d’une institution par le classement de ses archives.

Le CAF, un outil pour ouvrir de nouveaux champs de recherche

Le classement d’archives en fonds ne suffit pas en lui-même, cependant, pour leur conférer du sens. Les usages pratiques de la recherche interviennent aussi dans la chaîne archivistique. Sur ce point, David Niget, maître de conférences en Histoire contemporaine et chargé de mission Egalité à l’Université d’Angers, nous rapporte des cas d’étude développés à partir des archives du CAF, et ce afin de répondre à de nouveaux champs pertinents de recherche. De telles études, menées par les doctorantes en histoire contemporaine Marie Cabadi, Cécile Formaglio et Marie Videbien, apportent un nouvel éclairage sur différentes manifestations culturelles et sociales féministes au XXème siècle.

« Les syndicalistes dans les mouvements féministes au XXème siècle » constitue le sujet de thèse de Marie Videbien. Les archives féministes du CAF y sont convoquées en ce qui concerne notamment la correspondance privée de militantes au sein d’organisations syndicales telles que le CIF ou le CNFF. Marie Videbien y a relevé certains aspects dans l’intimité qu’elle crée en tant qu’historienne avec la vie militante et professionnelle de femmes syndicalistes : le fond comme la forme des correspondances, les lacunes éducatives de militantes ouvrières. À son tour, Cécile Formaglio confie à l’auditoire comment elle a été captivée par la correspondance active de Cécile Brunschvicg dont elle a retracé brièvement le parcours en divers mouvements connexes, du Parti radical à l’Union française pour le suffrage des femmes. Pour sa part, Marie Cabadi est revenue sur sa thèse portant sur les Maisons de femmes en France dans les années 1980, inspirées des maisons de femmes aux États-Unis. Dans son approche, il a été question des plans de ces maisons où les lieux de convivialité côtoyaient les salles de réunion avec des emplois du temps archivés, à l’appui. Le tout a été complété d’entretiens avec des militantes qui lui ont confié leurs archives. Des parcours présentés David Niget a retenu l’« agencement entre parole publique et parole privée ». L’occasion lui a également été donnée de saluer les parcours singuliers des doctorantes ; à sa manière, selon David Niget, le Centre d’archives du féminisme est une maison des femmes.

Au bout de la chaîne archivistique se place enfin la valorisation. Patrick Marcilloux, enseignant chercheur et professeur en archivistique, a exprimé alors ses réticences quant à l’emploi du mot même de « valorisation » pour valoriser les archives. L’emploi du mot laisserait entendre que leur valeur n’irait pas de soi et qu’il fallait par conséquent la justifier. Un tel avis était partagé par Annie Metz, conservatrice générale honoraire et à l’origine, avec Christine Bard, du Guide des sources pour le féminisme, publié en 2006. Plus qu’en termes de valorisation, la nécessité de ce guide se posait, en 2006, en termes de « signalisation » d’une thématique jugée encore vierge. En effet, l’enjeu d’institutionnalisation des études féministes dans le paysage académique et culturel français persiste à l’heure actuelle. Pour l’heure, il est perçu comme militant, à la rigueur marginal. Il en est ainsi de la visibilité du site Musea, en lien avec le Centre d’archives du féminisme et l’Université d’Angers et créée en 2006 sous l’inspiration de Christine Bard.

Le site Musea fonctionne comme une vitrine du travail et des projets de valorisation du Centre d’archives du féminisme. Enseignants, chercheurs, journalistes et d’autres professionnels y puisent des ressources mises à jour. Son rôle de communication de travaux et chantiers de recherche s’est révélé très probant lors de la récente période de confinement. Lors de son intervention, France Chabod, coordinatrice du projet autour du Web féministe, fait état des difficultés présentes de mener à bien une politique d’archivage web ambitieuse visant à remonter à des blogues et sites féministes devenus des liens morts. À ce titre, la Directrice de la Bibliothèque universitaire d’Angers, Nathalie Clot, a exprimé son ambition d’amplifier l’accès en ligne gratuit de revues périodiques du féminisme à tous les étudiants de l’Université. Elle y travaille en multipliant les conventions avec des éditrices et des éditeurs en ligne. Pour la Directrice de la BU d’Angers, une telle politique volontariste s’inscrit avant tout dans l’idéal, nécessaire, de service public à la française auquel elle tient.

Bilan

Christine Bard a clôturé la journée par quelques remerciements à l’adresse du Président de l’Université d’Angers, Christian Roblédo. Outre sa satisfaction, partagée par beaucoup de personnalités du féminisme, de voir se développer un centre d’archives féministes à portée de jeunes étudiants, elle a renouvelé son espoir d’englober dans le large spectre d’études des féminismes, les mouvements modérés féministes, l’éco-féminisme, voire les féminismes chrétiens, au-delà des expressions plus radicales et plus marginales. En clair, cela se résumerait à déplacer l’objet d’étude des marges vers le centre du phénomène féministe. Au stade actuel de son évolution, le Centre d’archives du féminisme ne part pas de rien, au contraire il se dote de cadres et d’agents, y compris les étudiants stagiaires,  résolus à le pérenniser. Il est en voie d’ancrage, y compris à l’échelle angevine. Nicolas Dufétel, musicologue, chargé de recherche au CNRS et adjoint à la Culture et au Patrimoine de la ville d’Angers, ne manque pas de rappeler la place du Centre d’archives du féminisme dans le patrimoine culturel et immatériel de la ville d’Angers. À coup sûr, le Centre d’archives du féminisme a de beaux jours devant lui.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.