Compte rendu de la journée d’étude doctorale TEMOS « Faire parler les sources » (Le Mans, 16 juin 2022)

Le jeudi 16 juin 2022 s’est tenue au Mans une journée d’étude organisée par un collectif de huit doctorantes et doctorants de TEMOS[1] autour d’une thématique volontairement large, susceptible de susciter l’intérêt de toutes et tous. Au cours de cette manifestation dont le programme complet est accessible ici, cinq jeunes chercheurs et jeunes chercheuses du laboratoire ont présenté une partie de leurs travaux, en montrant comment ils et elles parviennent à exploiter une de leurs sources, ou plusieurs d’entre elles. Chaque communication a été suivie d’une discussion par une doctorante ou un doctorant, avant un temps d’échange avec le public. Cet article comprend les résumés des interventions, fournis par les autrices et auteurs, ainsi qu’une synthèse de la conclusion de la journée. Nous remercions une nouvelle fois les responsables du laboratoire pour leur soutien et espérons que d’autres rencontres de ce type se tiendront à l’avenir.

Pour le comité d’organisation, Laurent Ropp et Karl Zimmer

Session 1. Faire parler les objets

Sur les traces de Pierre Le Baud (1450-1505)

L’œuvre de Pierre Le Baud est fondamentale pour l’histoire de Bretagne, mais la trajectoire personnelle de cet homme instruit, cultivé, issu d’un milieu noble, reste à découvrir. Lors de cette journée d’étude consacrée aux sources de l’histoire, l’option retenue est une mise en regard de documents de genres très différents : un extrait de registre comptable, document d’archive par excellence, confronté au premier folio du Livre des cronicques des roys, ducs et princes de la Bretaigne armoricane, manuscrit dont la notoriété actuelle est solidement établie, rédigé entre 1498 et 1505. L’objectif de l’exercice est d’affiner les données sur cet historiographe, pour aboutir à un début de restitution de son parcours au sein de nombreuses institutions, qu’elles soient ecclésiastiques ou séculières. La thèse en cours d’élaboration souhaite donc enrichir la biographie de cet homme proche de la cour d’Anne, reine de France et duchesse de Bretagne.

Françoise Thomas, doctorante en histoire du Moyen Âge, Université Bretagne Sud

La culture matérielle des gens de mer en Bretagne au début du XVIIIe siècle. Croisement entre les archives judiciaires et l’archéologie sous-marine

Ce travail de recherche s’intéresse à la culture matérielle des gens de mer et plus précisément, aujourd’hui, à leurs pratiques alimentaires, à Saint-Malo, au début du XVIIIe siècle. Il croise des sources originales : les archives judiciaires et l’archéologie sous-marine.

Les procédures de l’Amirauté décrivent en effet des scènes de repas. Il n’est pas rare qu’une altercation survienne au cours de celui-ci. Les témoins décrivent alors ce qu’ils mangent, quand le conflit ne réside pas dans l’organisation du repas lui-même. À ces fragments de vie dont les archives se font l’écho, l’archéologie sous-marine offre une résonance. Sur la Dauphine par exemple, une frégate corsaire perdue au large de Saint-Malo en 1704, de nombreux objets parmi les milliers récupérés concernent les pratiques alimentaires.

Le croisement des sources est ainsi susceptible de renouveler nos connaissances sur l’alimentation des gens de mer. Les navires du XVIIIe siècle sont également des laboratoires où s’observent les profondes mutations culturelles des sociétés de l’époque moderne.

Denis Le Guen, doctorant en histoire moderne, Université d’Angers

Session 2. Faire parler l’intime

Faire parler les sources asilaires : le registre de la loi

Le registre de la loi, attenant à l’asile d’aliénés, instauré par la loi de 1838, consigne les entrées de chaque patient. Il contient des données civiles, médicales et intimes du parcours asilaire de l’aliéné. Faire parler la source administrative qu’est le registre de la loi nécessite d’adopter une approche multiscalaire. En effet, une analyse quantitative, sur une large période, permet de dresser un tableau statistique de la population asilaire selon diverses entrées : type de placement (office/volontaire), statut sociétal (civil/militaire, réfugié/carcéral) et familial, genrée, générationnelle et socio-professionnelle, d’où émergent des questionnements globaux. À cette approche « macro-historique », se combine une approche « micro-historique », étayée par la consultation de dossiers individuels de patients qui permet, quant à elle, d’interroger la singularité de l’expérience asilaire de l’aliéné. Ainsi, le registre de la loi parle de l’aliéné en tant qu’individu au sein d’une institution.

Alexandra Bachimont, doctorante en histoire contemporaine, Le Mans Université

Observations d’une jeune fille de 14 ans en Institut médico-pédagogique (IMP). Ce qu’un dossier de patient vient dire de l’institution

Cette archive est le compte-rendu, pour l’année 1964, des observations de l’équipe d’un institut médico-pédagogique à Neuilly-sur-Marne. Elle est issue du dossier d’Anne-Marie, 13 ans. Ce document fait partie des archives de l’IMP conservées dans le service d’archives de l’hôpital de Ville-Evrard, établissement qui accueillait l’IMP de 1944 à 1968.

Cette source vient nous renseigner sur le contrôle exercé par « l’institution totale » au sens de d’Erving Goffman : les moindres éléments du développement de l’enfant sont observés et consignés : son comportement, son hygiène, son adaptation sociale, ses capacités manuelles. La feuille d’observations n’est pas signée : si elle est rédigée au nom de l’institution, qui rapporte ces observations et ces interprétations ?

J’interroge les descriptions et le vocabulaire utilisé en questionnant la dimension genrée des observations, les préjugés et la violence de certains jugements qui vont à l’encontre de l’esprit d’ouverture des méthodes éducatives d’alors.

Camille Monduit de Caussade, doctorante en histoire contemporaine, Le Mans Université

Faire parler les récits de vie en tant que sources orales en histoire

Les récits de vie peuvent constituer une réelle ressource pour saisir avec authenticité, profondeur, intensité, le vécu concret des acteurs et actrices sociaux en histoire contemporaine. Il s’agit alors de prendre en compte les spécificités de ces sources, tout en ayant conscience de leurs limites. Dans le cadre de ma thèse, je m’inspire de la « charge mentale » (Monique Haicault, 1984), que je transpose au corps, pour poser l’hypothèse que les femmes pourraient vivre une « charge corporelle », liée au vécu corporel en tant que femme, et ce, en essayant de comprendre l’évolution de cette « charge corporelle » depuis 1950. Pour ce faire, je réalise des récits de vie avec des femmes qui ont entre vingt et cent ans, habitant en France. Dès lors, les récits de vie sont des matériaux historiques riches de sens pour faire parler le passé. En effet, ces sources orales permettent une mise en visibilité du vécu intime de la participante qui peut s’engager autant avec confiance qu’avec plus de pudeur. Par ailleurs, l’accès privilégié au vécu corporel des femmes depuis 1950 est permis par l’usage de sources orales, mais tout en prenant en compte le paradoxe d’une mémoire humaine constituant aussi bien une ressource qu’une limite.

Hélène Klein, doctorante en histoire contemporaine, Université d’Angers

Conclusion

L’un des fils rouges des communications et des échanges qui ont animé cette journée concerne la question de la chair humaine ou, plus spécifiquement, de l’incarnation. Remémorons-nous le mot célèbre de Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire (1949) : « Le bon historien […] ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier. » La difficulté posée par la chair humaine – le plus souvent déjà froide quand les professionnels de l’histoire s’y intéressent – consiste à redonner corps aux humains du passé et à s’assurer qu’ils soient à nouveau incarnés. Historiennes et historiens travaillent pour leur redonner forme, sensibilité et complexité humaine, alors même que ne subsistent pour cela que des traces du passé, c’est-à-dire des sources souvent considérées comme froides, arides, ou au moins désincarnées. La question de l’incarnation est toujours à l’esprit des historiennes et historiens lorsqu’ils se confrontent à leurs sources. Elle est un enjeu pour la discipline et chacun des communicant(e)s de la journée d’étude doctorale TEMOS l’a rappelé à sa façon.

Le défi de l’incarnation peut être relevé en croisant des types de sources différents. Textes réglementaires, juridiques, judiciaires, ou productions teintées par l’institution qui les commande ou les fabrique, peuvent être confrontés à des sources de la pratique, des sources narratives, iconographiques, matérielles, etc., permettant ainsi aux historiennes et historiens de compléter le regard porté sur leur objet d’étude et de perfectionner leurs interprétations.

Croiser les approches et combiner les échelles d’analyse sont aussi des voies d’exploration des sources. L’option macroscopique des statistiques et l’étude microscopique des expériences individuelles existent et peuvent être confrontées, parfois avec la visée heuristique qu’une approche nourrira l’autre en suscitant de nouvelles questions de recherche.

Le problème de l’incarnation est également posé par les différents modes de consultation des sources. De plus en plus de documents sont numérisés et leurs traitements informatiques possibles foisonnent depuis quelques décennies. La consultation numérique d’un document empêche largement l’accès à sa matérialité et réduit par là même les chances de sérendipité pour les chercheur(euse)s. L’approche visuelle de la source est altérée. Le contact physique et charnel est aboli, les émotions liées au toucher et à l’odorat absentes. Néanmoins, les technologies permettent des rencontres avec la source qui seraient plus difficiles à programmer autrement. Les traitements informatiques proposent des parcours de lecture originaux et révèlent de nouvelles questions de recherche – d’ailleurs davantage qu’ils ne formalisent de résultats.

Dans leur métier, historiennes et historiens rencontrent des formes d’incarnation variées. Certaines sont impossibles, ou au moins conditionnées, notamment au respect de l’anonymat. D’autres formes mettent en scène les chercheur(e)s eux-mêmes qui, selon les conditions, sont amené(e)s à participer à la constitution d’archives qu’ils entendent faire parler. Certaines sources, comme des témoignages oraux, sont produites de leur propre initiative. L’enquêteur apparaît alors dans l’archive et cherche sa place aux côtés de son enquêté qui lui parle. Qu’importe ces multiples circonstances puisque l’exigence de critique de la source est inchangée. Cet exercice demeure l’un des principes fondamentaux du travail des professionnels de l’histoire, quels que soient leur objet d’étude, leurs sources et leur méthode.

Adam Mirbeau, doctorant en histoire du Moyen Âge, Université d’Angers


[1]Le comité scientifique et d’organisation était composé d’Amandine Dandel (histoire contemporaine, Le Mans Université), Anaïs Got (histoire contemporaine, Université d’Angers), Marie Guais (histoire contemporaine, LMU), Kentigwern Jaouen (histoire du Moyen Âge, Université Bretagne Sud), Adam Mirbeau (histoire du Moyen Âge, UA), Laurent Ropp (histoire moderne et contemporaine, LMU), Julie Souchay (histoire moderne, UA) et Karl Zimmer (histoire contemporaine, LMU).



Citer ce billet
TEMOS (2022, 5 juillet). Compte rendu de la journée d’étude doctorale TEMOS « Faire parler les sources » (Le Mans, 16 juin 2022). TEMOS - temps, mondes, sociétés. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/up88

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search