Le programme Pêle-mél à la biennale Experimenta

Experimenta est un ensemble de manifestations – salon et journées professionnelles, forum, expositions, concerts et spectacles – qui se déroule tous les deux ans à Grenoble autour de la thématique art et sciences.

C’est le cadre que le service numérique du ministère de la Culture a choisi pour réunir les lauréats 2019 et 2020 de l’appel à projets Services numériques innovants qui soutient l’expérimentation numérique de nouvelles solutions en partenariat avec des acteurs culturels, dans les domaines de son périmètre : patrimoine, médias et industries culturelles, création artistique. Les lauréats bénéficiaient donc d’une tribune pour présenter leurs résultats et leurs preuves de concept à un public professionnel et échanger sur leurs projets.

Le projet Pêle-Mél, lauréat en 2020, s’est intéressé à la question des messageries électroniques dans une optique résolument interdisciplinaire, en associant des compétences en intelligence artificielle (laboratoire Leria) et en archivistique (laboratoire Temos), et en collaboration avec la mission archives du ministère de la Santé et du centre Jean-Mabillon.

La pérennisation des courriels intéresse les archivistes depuis plusieurs années. On trouvera plusieurs publications récentes (Prom C. 2019) et exemples de projets à l’étranger (ePadd [https://library.stanford.edu/projects/epadd], RATOM [https://ratom.web.unc.edu/]). En France, le programme interministériel d’archivage numérique Vitam [http://www.programmevitam.fr] a développé une réflexion (Programme Vitam 2013) et des outils notamment une librairie java, permettant d’extraire une arborescence de messages en tenant compte des spécificités de la langue française (caractères accentués). L’explosion du volume de méls a rendu leur traitement automatique indispensable, en utilisant des règles, de l’apprentissage ou la combinaison des deux. La détection d’évènements à partir des courriels, la reconnaissance d’entités nommées comme la catégorisation ont également fait l’objet de réalisations, principalement en langue anglaise. Si la question de la préservation est largement étudiée, celle de l’accès est en revanche assez délaissée.

Pêle-mél s’est fixé pour objectif d’aider l’archiviste à interpréter et contextualiser les boîtes méls en catégorisant et classifiant les méls. Pour cela, il a développé une méthode qui passe par l’extraction d’entités nommées, principalement des personnes physiques et morales, l’extraction de termes, la classification des termes et des messages via des plongements lexicaux et de documents, c’est à dire en convertissant les mails en des vecteurs et en calculant la similarité cosinus entre les vecteurs. La méthode s’appuie sur de l’apprentissage automatique supervisé et utilise des modèles de réseau de neurones.

Le programme a développé deux prototypes, l’un pour classifier, l’autre pour interroger les métadonnées et explorer les contenus. Si l’expérimentation s’est appuyée sur un terrain particulier – le ministère de la Santé –, les résultats sont généralisables à d’autres environnements.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search