« Rechercher l’imprévu. Bénéfices et limites de l’usage de l’imprévisibilité dans la quête de sources sur l’alimentation paysanne à l’époque moderne »

JE “L’imprévu dans le travail de recherche en histoire”: 1er résumé

L’auteur :
Jean Charbonnier est un ancien étudiant du Master Pratiques de la recherche historique de l’université d’Angers, diplômé en 2022. Il est l’auteur de deux mémoires de recherche sur le thème des pratiques culinaires et des préférences gustatives paysannes à l’époque moderne, sous la direction de M. Florent Quellier. Son mémoire de M2, intitulé « Aus gourmands, gn’ant peghu sufire ». Essai d’histoire culinaire et gustative du monde paysan bas-poitevin au XVIIIe siècle, a été lauréat début 2023 du prix Marcel-Lachiver de l’Association d’histoire des sociétés rurales. Il poursuit actuellement son cursus en deuxième année du Master Archives de l’université d’Angers.

Résumé :

Si les événements imprévus lui font souvent peur en raison de leur potentiel de déstabilisation, l’historien bénéficie pourtant de découvertes fortuites et de trouvailles heureuses. Il serait naïf de croire que ces imprévus bénéfiques ne sont les fruits que du seul hasard et pas également des choix, conscients ou non, opérés par le chercheur.

En effet, un des objectifs de mes recherches est de m’affranchir de la seule utilisation de sources convenues en convoquant des documents pas ou peu utilisés dans l’étude de l’alimentation paysanne à l’époque moderne. Un des buts de cet élargissement est d’approcher de manière différente les sujets des habitudes culinaires et des préférences gustatives. La constitution de mon corpus doit donc laisser une place importante à des sources imprévues, tout en respectant un impératif d’efficacité.

La prévision est une construction élaborée par l’historien. Celui-ci peut donc l’adapter à ses besoins en acceptant de faire varier son niveau de maîtrise. Il a ainsi les moyens d’inclure dans son cheminement intellectuel une part de ce qu’il ne peut contrôler, tel le mauvais état matériel d’un inventaire après décès conduisant à une perte d’informations (cf. illustration).

Archives départementales de la Vendée, 3E62 473, Inventaire après décès de Pierre Chavasseau, 1728.

Mais au-delà, le chercheur est susceptible de compter en partie sur cet imprévu pour repérer des typologies de sources inédites par leur forme ou leur contenu. Pour ce faire, il peut faire appel à un large panel d’outils et de méthodes comme le sondage et l’échantillonnage, l’indexation, l’élargissement du périmètre des sources ou de la recherche documentaire. En s’appuyant sur une méthodologie rigoureuse et selon les moyens à sa disposition, il veille ainsi à conserver un potentiel d’imprévu, tout en s’assurant de pouvoir aboutir à des résultats suffisants dans des délais raisonnables.



Citer ce billet
TEMOS (2023, 24 novembre). « Rechercher l’imprévu. Bénéfices et limites de l’usage de l’imprévisibilité dans la quête de sources sur l’alimentation paysanne à l’époque moderne ». TEMOS - temps, mondes, sociétés. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/up8l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search