Des sources cachées à la constitution d’un corpus quantitatif. Etudier les cosmétiques dans l’ouest de la France au XVIIIe siècle

JE “L’imprévu dans le travail de recherche en histoire”: 3e résumé

L’autrice:
Julie Souchay est doctorante en histoire moderne à l’université d’Angers. Rattachée au laboratoire TEMOS (UMR 9016 CNRS), elle prépare une thèse sous la direction de Florent Quellier intitulée : Circulation, consommation et représentations des cosmétiques dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle (Angers, Nantes et Rennes)

Résumé
Cette communication est venue questionner l’évolution imprévue d’un corpus documentaire vers un ensemble de données conséquent à partir de l’étude des cosmétiques dans l’ouest de la France au XVIIIe siècle. Dans cette quête des sources, l’historien·ne se mue en enquêteur/enquêtrice à la recherche du moindre détail qui lui permet d’avancer dans son dépouillement. Quand Paris reste privilégiée en raison du foisonnement des sources, le choix de se concentrer sur des aires provinciales peut parfois accentuer la difficulté. Ainsi, il est possible de se retrouver face à des sources cachées, car peu explicitées dans les inventaires de fonds d’archives, ou des sources introuvables, le plus souvent pour non-conservation. Ainsi, si la finalité de toutes recherches est de pouvoir mettre la main sur des données précieuses, nous pouvons nous retrouver surpris·e par la mise en lumière de documents. Pour illustrer cette idée, il a été présenté le cas de la faillite d’un marchand-horloger-bijoutier-négociant de Rennes à la fin du XVIIIe siècle. La présence dans son dossier de son journal de vente a permis de révéler qu’il était un revendeur de cosmétiques. La curiosité et l’émerveillement devant un document si complet (rare dans le cadre de l’étude) a poussé à ouvrir le cahier sans grande attente au regard de la profession de l’individu. Cette source mise au jour sur le vif a entraîné la collecte de plusieurs milliers de données, qui sont venues s’ajouter à d’autres, déjà nombreuses. Finalement, l’accueil de ces heureux imprévus a des conséquences sur la temporalité de la thèse. La méthodologie de collecte des données et de leur analyse sont amenées à être repensées. La mise en place de méthodes de dépouillement plus efficaces et la prise en main de logiciels d’études quantitatives comme R ou Iramuteq deviennent nécessaires. La temporalité de la thèse se retrouve également bouleversée par ces imprévus, entre dépouillements et traitements allongés. Pour autant, il faut prendre le positif de ces découvertes. Bien qu’inattendues, elles viennent conforter le choix des angles d’approches de l’étude en justifiant les apports historiques à venir.

ADIV 10 B 147, feuillet 59, Journal de vente de Jacques Dupré, marchand-négociant-horloger à Rennes, 1771-1789.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
TEMOS (12 décembre 2023). Des sources cachées à la constitution d’un corpus quantitatif. Etudier les cosmétiques dans l’ouest de la France au XVIIIe siècle. TEMOS - temps, mondes, sociétés. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/up8n


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search