L’Académie protestante de Saumur dévoile ses secrets à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans

Le jeudi 25 octobre, Thomas Guillemin, docteur en histoire moderne de l’université d’Angers et chercheurs associé de TEMOS, était à la médiathèque Louis-Aragon du Mans pour un cours un peu spécial. Il y faisait découvrir à deux groupes d’étudiants en histoire de l’université du Mans, en Licence 3 et Master, l’exposition qu’il a conçue en partenariat avec le service patrimoine de la Médiathèque du Mans. Intitulée Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, et visible jusqu’au 19 janvier, elle offre une plongée dans la vie de l’Académie de Saumur, l’un des hauts lieux du calvinisme européen au XVIIe siècle au plan du dynamisme intellectuel et de la réflexion théologique.

Entouré d’une partie de ses sources – de nombreux imprimés des XVIe et XVIIe siècles, T. Guillemin a présenté aux étudiants sa démarche de chercheur, ses hésitations, ses impasses, ses bonheurs également. Tout commence en 2008, avec la découverte fortuite dans le fonds patrimonial de la Médiathèque Louis-Aragon, d’un ouvrage portant l’ex libris manuscrit de Louis Cappel, hébraïsant de renom et professeur à l’Académie de Saumur. Il n’en faut pas plus pour lui donner l’idée d’en chercher d’autres, d’abord en procédant par sondages, puis de façon plus systématique. Avec le concours exceptionnel de Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, Thomas Guillemin peut accéder aux magasins et multiplier les identifications. C’est le point de départ d’une enquête qui amène l’historien à Poitiers, Tours, Orléans, Saumur, Angers ou encore Nantes, à la recherche de ces bibliothèques dispersées, et au cours de laquelle ce sont plusieurs dizaines de milliers de volumes qui sont examinés… Thomas Guillemin y cherche des ex libris, ex dono, envois autographes, annotations marginales qui lui permettent de reconstituer l’itinéraire de ces ouvrages et leurs usages. Mais ces découvertes en amènent d’autres : une longue note manuscrite à la fin d’une bible renseigne ainsi sur la manière – jusque-là mal connue – de célébrer le culte domestique chez les familles calvinistes qui ne pouvaient pas, pour des raisons diverses, aller au temple ; des reliures aux décors similaires pointent vers des « livres de prix » offerts par l’Académie aux étudiants méritants ; deux envois autographes du théologien hollandais Drusius à Philippe Duplessis-Mornay, fondateur de l’Académie, témoigne autant du rayonnement international de l’Académie que des ambitions de carrière qu’il pouvait susciter. Thomas Guillemin reconstitue également le processus par lequel cette bibliothèque, probablement l’un des joyaux de la culture réformée dans la France du XVIIe siècle, finit sur les rayonnages de couvents catholiques (les ouvrages saumurois identifiés à la Médiathèque du Mans proviennent en effet de l’abbaye Saint-Vincent). À l’approche de l’Édit de Fontainebleau, la situation des réformés se dégrade. L’Académie de Saumur est fermée en janvier 1685 ; la bibliothèque est prisée par un libraire saumurois, François de Gouy, avant qu’elle ne soit cédée à l’Hôtel-Dieu de la ville. Mais en juin, ce même libraire rachète, à vil prix – celui qu’il avait décidé ! – le stock de livres et s’installe pour le débiter dans les locaux mêmes de l’institution. Les catholiques qui rachètent ces livres les considéraient-ils comme des prises de guerre ? Certains de ces ouvrages ont appartenu à Philippe Duplessis-Mornay ou portent des annotations des pasteurs et controversistes calvinistes les plus en vue… Plusieurs acheteurs effacent sans ménagement les traces des anciens possesseurs, raturant les ex libris ou les recouvrant. Des découvertes réalisées par T. Guillemin, celles concernant le travail et les livres de Louis Cappel sont sans doute les plus fascinantes. Deux volumes présentés dans l’exposition, étudiés en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC), permettent de voir le théologien à l’œuvre : d’une part, un volume comportant deux midrashs (commentaires de la Torah) conservé à Saumur ; d’autre part un dictionnaire d’hébreu issu du fonds manceau, recensant les mots empruntés à l’araméen, au grec, au latin ou à l’arabe et massivement annoté de la main de Cappel : il relève plusieurs mots d’origine grecque ou latine dans les midrashs et les reporte aux entrées correspondantes de son dictionnaire. Le théologien, en disciple des méthodes philologiques des humanistes, a considéré la langue du texte biblique comme porteuse d’une histoire et partant, le texte biblique lui-même… Ce sont donc les méthodes de la critique textuelle protestante qu’éclairent ces deux découvertes. La visite menée par Thomas Guillemin s’est achevée sur le constat d’une recherche jamais close, puisque des ouvrages des bibliothèques saumuroises se trouvent encore certainement entre des mains privées. La veille de la visite, T. Guillemin apprenait qu’un ouvrage de la bibliothèque de Louis Cappel avait été acheté, il y a quelques années, lors d’une vente aux enchères outre-Manche…

En prolongement de cette visite, Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, a présenté aux étudiants quelques fleurons des fonds manuscrits et imprimés, prétextes à une évocation des buts et des méthodes de la bibliographie matérielle, une approche au cœur de la démarche scientifique de T. Guillemin.

Des visites guidées sont proposées pendant toute la durée de l’exposition:

Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.