Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina)

Depuis octobre 2017, dans le cadre d’un post-doctorat co-financé par l’Université Bretagne-Loire et Le Mans Université, je poursuis des recherches sur l’histoire encore méconnue des clubs de psychologie analytique, réunissant analystes et analysants dans le but d’étudier en commun les théories de l’ancien collaborateur de Sigmund Freud, le psychiatre et psychologue suisse Carl Gustav Jung (1875-1961). Le premier d’entre eux, fondé en 1916 à Zurich sous l’impulsion de la mécène américaine Edith Rockefeller-McCormick (1872-1932), ambitionnait de contribuer à la promotion de la doctrine jungienne, de mettre à la disposition de la communauté analytique un espace de socialibilité propice aux échanges et au soutien mutuel, et d’inciter ses  membres à mener une « analyse collective ». Désireux de reproduire cette expérience ailleurs, plusieurs de ses sociétaires ont ensuite initié la formation de clubs ou de groupes d’étude à Londres en 1922, à Paris en 1926, à Berlin, Munich, et Bâle au début des années trente, puis à New York en 1936. Ces clubs, plus ou moins ouverts vers l’extérieur, ont amplement contribué à la propagation de la psychologie analytique ainsi qu’au développement des pratiques cliniques d’orientation jungienne, avant que des sociétés spécialement dédiées à la formation professionnelle de psychologues analyticiens ne commencent à se constituer après la Seconde Guerre mondiale.

Tout en réunissant la littérature secondaire sur l’histoire de ces associations et de ses nombreux membres, les premiers mois de cette vaste enquête ont consisté à déterminer l’existence de fonds d’archives de ces clubs, et bien souvent à en négocier l’accès, dès lors qu’il s’agit de fonds privés et/ou, pour la plupart, inexploités. C’est d’abord le cas de la « maison mère », le Psychologische Club de Zurich, qui, fidèle à sa politique restrictive à l’égard de ses non-membres, ne m’a donné accès qu’à un nombre limité de documents inédits. Désireux de connaître son histoire, le Groupe d’Études Jung de Paris m’a pleinement accès aux dossiers dudit club du « Gros Caillou », fondé par une élève bâloise de Jung et un petit groupe d’amateurs issus pour l’essentiel de la bourgeoisie protestante de la capitale. Le club bâlois a aussi fait part de son intérêt pour ma recherche, mais ses archives ne concernent malheureusement pas la période étudiée. L’Université de Bâle m’a en revanche offert un large accès aux papiers de Lucy Heyer-Grote (1891-1991), longtemps secrétaire du Psychologische Arbeitkreis de Munich. En plus d’apporter de précieux renseignements sur les activités de ce groupe, ce fonds jusqu’alors inconnu des chercheurs éclaire bien des aspects de l’histoire du jungisme en Allemagne et plus largement de l’histoire de la psychologie analytique. Après quelques errements, j’ai finalement retrouvé les archives de l’Analytical Psychology Club London à la Wellcome Library de Londres. N’ayant jamais été traités, ces cartons ne m’ont, pour l’instant, été que partiellement ouverts. Parallèlement, je continue d’exploiter les nombreux échanges épistolaires entre C. G. Jung et les différents membres des sept clubs conservées à l’ETHZ ; soit une soixantaine de correspondances, de volume et d’intérêt variés dont l’étude n’est pas encore achevée. Il me reste enfin à retrouver les éventuelles archives de la C. G. Jung Gesellschaft de Berlin et des débuts du club bâlois, ou bien de leurs principaux animateurs.

À ce stade, mon étude se développe ainsi :

1) Formation des clubs : après avoir relaté les premiers temps du club de Zurich, nous rendrons compte de la fondation successive des six autres clubs ou associations en vue de procéder à une étude comparée de leurs objectifs, et de leur composition (prosopographies et études statistiques). Nous attacherons enfin à exposer leurs relations respectives avec Zurich et C. G. Jung (visites, conférences, séminaires).

2) Le « Club-Probleme » : en raison de dissensions internes, certains clubs en viennent à redéfinir leurs objectifs. Les médecins et  psychologues se distancient des analysants et des profanes pour fonder leur propre groupe ; cette crise se révèle particulièrement aiguë à Zurich ainsi qu’à Londres, où une société médicale voit le jour au sein du club britannique en 1936.

3) Les clubs dans une Europe en crise : l’avènement au pouvoir d’Hitler conduit à une nazification des groupes de Berlin et de Munich, et incite un grand nombre de sociétaires juifs allemands à s’exiler vers la Suisse, l’Angleterre ou les États-Unis.

4) Projet de fédération internationale des clubs : ce projet est porté par le président du groupe parisien, Jean Bruneton (1872-1952), un industriel protestant et amateur de psychologie. Le plan est discuté par des représentants des sept clubs en marge de la réunion du cercle Eranos à Ascona en août 1939. Avec ce projet se dessine la formation de la première association internationale d’analystes jungiens ainsi que la constitution d’un réseau étendu d’analysants en psychothérapie. La guerre qui éclate bientôt empêchera cependant sa mise en place.

5) les clubs pendant la Seconde Guerre mondiale : tandis que les clubs suisses et anglo-américains poursuivent leurs activités, la société berlinoise opte pour sa dissolution. Certains de ses membres rejoignent toutefois les rangs de l’Institut allemand de recherche en psychologie et de psychothérapie (autrement appelé Institut Göring) aux côtés d’une partie du groupe munichois. Côté français, si le vice-président du Gros Caillou, Gaston Bruneton (1882-1961), se distingue par son collaborationnisme (c’est lui qui initie la mise en place du Service du Travail Obligatoire pour le compte du régime de Vichy), plusieurs autres membres – dont son frère, Jean – se retrouvent en zone libre, à Dieulefit dans la Drôme, haut lieu de résistance à l’occupation nazie.

Sites internet des clubs jungiens toujours en activité :

http://www.psychologischerclub.ch/

http://www.jungclub-london.org/

https://groupe-jung.fr/

http://www.psychologische-gesellschaft-basel.ch/

http://jungclubnyc.org/

Catalogue des archives de l’Edgenössische Technische Hochschule de Zurich (ETHZ)

http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/

Site de la Zentralbibliothek de Zurich

https://www.zb.uzh.ch

Catalogue des archives de l’Université de Bâle

http://aleph.unibas.ch/

Site internet de la Wellcome Library de Londres

https://wellcomelibrary.org/

Florent Serina


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.