Sentir ou ne pas sentir ?

Matthieu Cichon, M1 Histoire, UA

… Telle est la question posée par la chercheuse Véronique Mehl

Le mercredi 28 novembre 2018 s’est tenue à la Maison de la Recherche Germaine Tillion une séance du séminaire du master « Pratiques de la recherche historique » avec l’intervention de Véronique Mehl, maitresse de conférence en histoire grecque à l’Université Bretagne Sud et membre du laboratoire recherche TEMOS. Elle y a présenté une conférence intitulée : « Laideurs olfactives et caricature sociale en Grèce ancienne, une question de genre ? ». Ce faisant, elle a abordé trois domaines de réflexion : l’odorat en tant que tel ; la place qu’occupe ce sens au sein des relations sociales dans la Grèce ancienne ; son usage dans différenciation des genres.

Depuis maintenant plusieurs décennies l’anthropologie, sous l’impulsion de Marcel Mauss et son ouvrage Les techniques du corps (1936), a encouragé l’étude des sens et leurs significations dans le cadre des relations humaines. Cette anthropologie sensorielle inspira de nombreux historiens. Considéré comme le moins noble de tous les sens, l’odorat fut longtemps délaissé par le monde académique. De son propre aveu, rien ne prédisposait Véronique Mehl à traiter de l’odorat puisque sa thèse, Les objets des sacrifices dans le monde grec antique, ne concernait pas spécifiquement ce domaine d’étude. Cependant, à travers le prisme de l’objet rituel et de la pratique corporelle lors des cérémonies, plusieurs questionnements s’imposèrent notamment sur la place de la femme lors des sacrifices, celle du corps et des odeurs jugées plaisantes ou non. Cette thèse permit ainsi à Véronique Mehl de découvrir des champs de recherche stimulants et trop peu traités par l’historiographie.

L’une des principales contributions de Véronique Mehl est d’avoir rétabli un plus grand équilibre dans le traitement de l’olfactif en histoire ancienne. En effet, celui-ci n’avait été traité que sous sa forme plaisante, c’est-à-dire les bonnes odeurs, attributs des dieux. Mais les simples mortels, eux aussi, possèdent des odeurs ! Bien que moins agréables, l’étude sur la manière dont elles étaient perçues par les contemporains s’avère instructive pour mieux comprendre la mentalité des sociétés antiques. Travailler sur l’odeur à cette période est une véritable gageure. Les sources sont très peu nombreuses et s’étalent sur plusieurs siècles permettant difficilement de saisir les évolutions de perceptions.

Présents dans les textes philosophiques dès le VIe  siècle avant notre ère, les sens constituent des clés d’entrée essentielles pour la compréhension des mentalités de cette période. Dépourvues de besoins alimentaires, les divinités possèdent l’euodia, cette odeur exquise et naturelle. Au même titre que la lumière qui se dégage de leur corps, les senteurs divines ébranlent la raison des mortels. Le corps de ces derniers est en revanche soumis à des variations. L’odeur naturelle du corps, celle qui n’exprime aucune défaillance biologique était considérée comme un idéal permettant de se rapprocher du divin. On comprend mieux ce véritable culte du corps chez les Grecs qui permet de tendre vers cet idéal olfactif. La maladie, l’âge et le sexe sont autant de facteurs venant dégrader la bonne assimilation des aliments avec pour conséquence les résidus malodorants tels la sueur ou les menstruations.

L’odeur est également un marqueur identitaire qui permet autant de définir l’Autre que de se définir soi-même. C’est ainsi qu’au cours de ses réflexions sur la naissance des parfums, Pline l’Ancien les considère comme originaires d’Orient. Le raisonnement est aussi lapidaire qu’un syllogisme tiré de la Rhétorique d’Aristote : Les Perses sentent mauvais, or le parfum sert à dissimuler les mauvaises odeurs, donc le parfum fut inventé par les Perses. Imparable ! De même, l’exclusion de Siméon le Stylite par sa communauté du fait de son hygiène corporelle déplorable démontre bien comment une collectivité souligne ce qui la constitue en pointant ce qu’elle réprouve.

Enfin, l’odeur s’avère être un moyen efficace pour une communauté de maintenir ses différentes composantes aux places qui leur ont été assignées dans la hiérarchie sociale. Ainsi, les esclaves ne peuvent s’enduire d’huile, signe distinctif de l’homme libre. La femme, dont le corps est considéré comme sentant plus mauvais que celui de l’homme, a néanmoins un moyen d’échapper à cette tare : la maternité. A l’inverse de la prostituée qui sollicite de façon excessive son corps, celui de la mère sent bon car elle en fait usage avec modération. Véronique Mehl démontre ainsi tout l’intérêt que peut avoir l’étude des sens dans le cadre des études sur le genre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.