Soutenance de thèse – Sara GRAVELEAU

Sébastien Kassian, M1 Histoire, UA

« Les hérésies sont d’utiles ennemis », Itinéraire d’Henri Basnage de Beauval (1656-1710), avocat de la République des Lettres et penseur de la tolérance civile.

Le 1er décembre 2018 a eu lieu la soutenance de thèse de Sara Graveleau à la Maison de la Recherche Germaine Tillon. Doctorante en histoire moderne en cotutelle entre les Universités d’Angers et de Bayreuth, son travail a été dirigé par Didier Boisson et Suzanne Lachenicht. Étaient membres du jury :

Didier Boisson, professeur de l’Université d’Angers (co-directeur de Thèse)

Suzanne Lachenicht, professeure de l’Université de Bayreuth (co-directrice de Thèse)
Bertrand Van Ruymbeke, professeur de l’Université de Paris VIII (rapporteur)
Hubert Bost, professeur à l’École Pratique des Hautes Études (rapporteur)
Joël Glasman, professeur de l’Université de Bayreuth (rapporteur)
Chantal Wionet, maitresse de conférence de l’Université d’Avignon (examinatrice)
Céline Borello, professeure de l’Université du Mans (examinatrice)

            Cette thèse propose d’étudier le parcours d’Henri Basnage de Beauval (1656-1710), penseur sur la question de la tolérance et des hérésies. Trois axes ont dirigé cette recherche biographique : les identités multiples du personnage (huguenot, noble, exilé, français…), sa perception du monde et l’inscription de sa pensée dans son époque. Pour répondre à ces interrogations, le corpus de sources est varié et se situe en France comme aux Pays-Bas ou en Angleterre. La doctorante a mobilisé des imprimés, des lettres, des missives, des minutes… Elle s’est aussi renseignée sur les œuvres qu’Henri Basnage de Beauval aurait pu lire en reconstituant virtuellement sa bibliothèque.

            Cette thèse est divisée en quatre parties chronologiques. Sara Graveleau se concentre d’abord sur le parcours de Basnage de Beauval au sein de sa famille alors qu’il est encore en France. Elle poursuit par son arrivée aux Provinces-Unies dans le cadre du refuge protestant suite à la révocation de l’édit de Nantes (1685). Il est alors partagé entre un attachement à la nation française et l’appartenance au protestantisme. La troisième partie est consacrée à l’idée de tolérance développée par Basnage de Beauval au croisement de plusieurs mouvements de pensée de la République des Lettres. Sara Graveleau analyse enfin les controverses intra confessionnelles, notamment face au théologien Pierre Jurieu, qui marquent la fin de la vie de Basnage de Beauval.

            Cette étude originale, puisqu’aucun travail global n’avait encore été réalisé sur ce personnage, se situe aux croisements de l’histoire sociale, religieuse, intellectuelle et de l’histoire des représentations. A la suite d’une présentation orale en anglais et en français d’une vingtaine de minutes de la doctorante, le jury a fait part de ses remarques en soulignant la qualité du travail proposé. Après délibération, il a décidé de lui accorder le grade de docteure en histoire de l’Université d’Angers.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.