Deux projets TEMOS lauréats de l’AAP “Projets émergents” du CPER

Financés dans le cadre du CPER LLSHS “DI2L2S – Développement et Internationalisation des Lettres, Langues, Sciences humaines et Sociales en Pays de la Loire”, ces deux projets permettront à leurs coordinatrices de poser les bases de programmes de recherche collaboratifs de plus grande ampleur.

Appréhender et matérialiser l’ESpace-Temps de l’Europe Angevine (XIIIe-XVe siècles) à travers l’exercice du gouvernement (ESTEA)

Coordination: Isabelle Mathieu (UA)

L’Anjou est le berceau des territoires angevins. En effet, entre les XIIIe et XVe siècles, les princes angevins ont réussi à placer sous leur autorité, à différents moments de leur histoire, des territoires qui ont cette particularité d’être très éparpillés géographiquement : Anjou, Maine, Provence, Lorraine, Italie du Sud et Sicile, Piémont, Lombardie et Toscane, Hongrie, Pologne, Dalmatie, Morée, Albanie. L’ANR Europange (2014-2018) a permis d’explorer ces processus de rassemblement territorial en se focalisant sur le politique et l’exercice du pouvoir à travers la figure de l’officier. S’appuyant sur les acquis de l’ANR Europange, ESTEA se déploiera dans deux directions. Tout d’abord, grâce à la cartographie des circulations des princes angevins et de leurs officiers, le projet ambitionne de mettre en regard, à travers leur matérialité respective, Europe d’hier et Europe d’aujourd’hui. Pour ce faire, une équipe de chercheurs internationale entend travailler de conserve pour apporter leur expertise en engageant un dialogue fort entre l’histoire médiévale et la géographie. Le terrain d’étude vise à mettre en perspective différentes échelles d’analyses (locale, nationale, internationale) et à questionner des notions clés de l’espace/temps telles que la durée, la vitesse, le rythme ou l’environnement tant matériel (voies de communication, infrastructures) qu’immatériel dans lequel évoluaient ces individus en prise avec des responsabilités politiques et l’exercice du pouvoir. Durant l’année impartie au présent projet, les membres de l’équipe travailleront également à la préparation d’un futur projet.

Collections provinciales et amateurs en sciences : Réseaux, archives et circulations (CollPAmS)

Coordination: Nathalie Richard (LMU)

Ce projet international pluridisciplinaire réunit des chercheurs travaillant sur l’histoire des collections de sciences, l’histoire des pratiques de collection, l’histoire des sciences et des amateurs en sciences. Il propose de déplacer le regard des collections de sciences et des grands musées des capitales métropolitaines vers les collections « provinciales » et les collectionneurs des espaces périphériques (espaces coloniaux et postcoloniaux, villes et régions provinciales européennes).
Portant sur les collections d’histoire naturelle et d’histoire naturelle de l’homme, CollPAmS soulignera comment les objets collectés ont voyagé et relié des espaces, créant des réseaux qui n’étaient pas nécessairement centralisés autour des métropoles européennes ni des grands musées nationaux. Partir des objets et de leur circulation permet aussi d’étudier leurs « collecteurs », pour la plupart des amateurs, et les pratiques de collection. Les collections permettront ainsi d’entrer dans les pratiques de ces amateurs dans toutes leurs dimensions, y compris économiques, et de mettre en lumière les réseaux (professionnels, confessionnels, liés à la nationalité et à la langue) qu’ils ont pu mobiliser au service de leur activité savante. Le projet vise également à mieux connecter les archives des collections et les objets conservés pour donner une profondeur historique et sociale plus grande aux objets et proposer de nouvelles manières de les exposer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.