Cartographier à partir d’archives : pratiques participatives de valorisation de l’histoire des femmes de la région Pays de la Loire

Marine Gilis, doctorante

L’atelier EFiGiES intitulé « Cartographier à partir d’archives : pratiques participatives de valorisation de l’histoire des femmes de la région Pays de la Loire », qui s’est tenu le 13 mars 2019, a été proposé par Marine Gilis, doctorante en histoire à TEMOS et coordinatrice de l’atelier EFiGiES “Archives, mémoire, transmission du féminisme et LGBTQ+”. Cofinancé par EFiGiES et TEMOS, il s’est inscrit dans le programme du Mois du genre porté par l’Université d’Angers et a été coorganisé et animé par Isabelle Sentis du collectif Queer Code.

EFiGiES est une association de jeunes chercheur.e.s en étude de genre.

Queercode est un espace numérique collaboratif qui présente des parcours de lesbiennes et femmes résistantes ou déportées, à partir d’archives et d’un travail de recherche historique. Parmi les nombreuses ressources présentées par Queercode, le projet Constellations brisées (des cartographies interactives) , s’enrichit au travers d’ateliers collaboratifs et tout public.

Une première: organiser une séance de l’atelier EFiGiES sur l’histoire des femmes en région Pays de Loire

           Cet atelier EFiGiES « archives » que j’ai créé, et que j’organise depuis presque deux ans maintenant, a été pensé comme un espace de rencontres et de valorisation des ressources locales. En effet, il me semblait important de mobiliser largement et de connecter les réseaux sur la thématique des archives du féminisme et LGBTQ+ à l’échelle nationale. J’ai donc réalisé une première séance de l’atelier à Toulouse qui était l’occasion de présenter des recherches et des engagements militants sur la région Midi-Pyrénées. Si, dès le début, je souhaitais organiser une séance à Angers autour des fonds d’archives du Centre des archives du féminisme, le processus s’est accéléré après mon inscription en doctorat à l’Université d’Angers en octobre 2018. Il m’est également apparu, au cours de mes premiers mois de thèse, qu’il était intéressant de me centrer sur les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. Je travaille, en effet, sur l’expérience de libération sexuelle des militantes du Mouvement de libération des femmes (1970-1980) et je découvre au fil de mes lectures et du travail sur des fonds d’archives, qu’il y a eu de nombreux « groupes femmes », plus ou moins en lien avec les groupes parisiens, dans ces deux régions et qu’il existe très peu de travaux sur l’Ouest. Il ne me restait plus qu’à relier mon travail de recherche de sources pour ma thèse à la préparation d’un atelier EFiGiES à Angers.

Sélectionner des archives au Centre des archives du féminisme

            La séance avait pour objectif de faire connaître l’histoire des femmes et mobilisations féministes de la région par la découverte d’archives du CAF. En amont de l’atelier, il a fallu regarder dans les inventaires du CAF quels étaient les fonds d’archives de féministes ou groupes féministes de la région. Une première liste de fonds a été constitué. J’ai pris rendez-vous avec France Chabod, responsable du CAF, qui m’a accompagnée pendant une matinée sur la sélection d’archives pour l’atelier. Nous avons fait une liste précise des cotes à consulter, puis nous sommes allées dans la réserve pour ouvrir les fonds et photographier une centaine de documents. J’ai sélectionné les archives selon plusieurs critères : la diversité des thématiques (marches de nuit, réunions de groupes femmes, questionnaire sur les pratiques de contraception et l’avortement, maison des femmes, activités culturelles…), du type de document (comptes-rendus de réunion, tracts, pin’s, autocollants, textes de réflexion…), la lisibilité du document et la présence de l’humour. Un long travail sur les photographies a permis ensuite d’avoir des documents lisibles. Les cotes ont été inscrite sur chacun des documents pour permettre aux participant.e.s de se référer aux inventaires afin de mieux comprendre le contexte de production. Les documents ont été ensuite répartis dans des enveloppes selon le nombre de participant.e.s à l’atelier, selon la durée de découverte de ces ressources et pour que le corpus de documents par enveloppe soit cohérent.

Les documents travaillés | Photo Isabelle Sentis
Déroulement de l’atelier

            L’atelier a réuni un peu plus d’une vingtaine de participant.e.s et a été intégré au programme du master archivistique de l’université d’Angers par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences rattachée au laboratoire TEMOS. Il a été animé par Isabelle Sentis, du collectif Queercode, qui a déjà réalisé ce type d’animation dans plusieurs villes en France.

            Un premier temps a été consacré à une discussion autour des pratiques de valorisation des fonds d’archives. Isabelle Sentis a présenté le travail réalisé par le collectif Queercode, s’en est suivi une série de questions et une ouverture vers d’autres pratiques de valorisation comme le travail réalisé pour Musea , présenté par Christine Bard.  

            Le deuxième temps a été interactif. Les participant.e.s ont d’abord été invité.e.s à se présenter à l’aide de post-it placés sur une carte d’Angers à un endroit qui était significatif pour chacun.e. Des binômes ont ensuite été constitués, qui ont eu 25 minutes pour travailler sur quelques documents d’archives distribués au hasard et provenant de fonds du CAF (les participant.e.s n’ont pas eu accès aux archives originales, l’atelier s’est fait à partir de reproductions). Chaque binôme devait ensuite présenter les documents aux autres participant.e.s. Les lieux cités dans les documents ont été indiqués/signalés par des dessins sur une carte de la région Pays-de-la-Loire. Après une pause, les binômes se sont de nouveau réunis pour écrire quelques lignes de synthèse afin de présenter les documents d’archives comme s’ils et elles les présentaient sur une cartographie numérique. Les binômes étaient invités à représenter les documents par un dessin type pictogramme ou croquis.

Les productions des binômes | Photo Isabelle Sentis

            L’atelier se poursuit, dans les mois à venir, par un travail de valorisation sur internet mené par Isabelle Sentis : les dessins et synthèses des participant.e.s vont être intégrés à une nouvelle carte sur le site Constellation brisées.

Un projet qui pourrait se refaire…

           Le bilan de cette séance est très positif. Le dispositif se voulait bienveillant et ludique, ce qui a permis à chacun.e de prendre sa place et de partager sa découverte des archives. Quelques personnes extérieures à l’université ont participé à l’atelier, dont une venue spécialement de Paris pour cette journée. Cet atelier faisait d’autant plus sens qu’il a été couplé à une visite du CAF le matin.  Les étudiant.e.s du master archivistique nous ont fait de bons retours, tant sur le choix des documents que sur la qualité de l’animation. Pour ces étudiant.e.s, cet atelier se poursuit par un retour d’expérience qui va être analysé en cours sous la supervision de Bénédicte Grailles. Cette expérience pourrait se renouveler en 2020 notamment avec la réalisation de la cartographie numérique à partir des travaux de l’atelier mené en 2019 et se délocaliser dans d’autres espaces de la ville d’Angers voire dans d’autres villes, notamment Le Mans et Lorient si le partenariat avec le laboratoire TEMOS est renouvelé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.