Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet)

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai obtenu une subvention du GIS Institut du Genre afin de mener à bien une mission de recherche en Russie ayant pour sujet les mises en scène et représentations du corps dans la danse académique de Marius Petipa. Cette mobilité m’amènera à fréquenter les archives du Théâtre Bolchoï de Moscou mais aussi à participer à la conférence internationale organisée à l’occasion des 200 ans de la naissance de Marius Petipa (6-8 juin 2018 – Moscou). 

En France, le spectacle chorégraphique devient à partir des années 1840, le lieu de l’exhibition licite du corps, en particulier féminin. Les danseuses s’y taillent de francs succès, tandis que la danse au sens strict est devenue l’univers où les danseurs ne sont que tolérés. Le développement de la technique des pointes a aussi permis aux danseuses d’exceller dans un domaine spécifiquement féminin. Ainsi, les femmes continuent d’avoir accès à un large registre au sein des ballets. En revanche, les rôles masculins se raréfient et se révèlent bien moins riches que les rôles féminins. La nouvelle esthétique du ballet est alors perçue comme « féminine ». Comme c’est le Tout-Paris intellectuel qui fréquente avec assiduité l’Opéra, c’est lui qui fait les réputations à l’image de Théophile Gautier ou Jules Janin. Les écrits des membres de ce cercle reflètent l’évolution des mentalités mais contribuent également à les forger. Ainsi vont-ils défendre la féminisation du ballet et proclamer l’incompatibilité du spectacle chorégraphique avec la masculinité.

Les possibilités de carrière se réduisent donc pour les hommes. Il leur est impossible de négocier des contrats aussi avantageux qu’auparavant. Et surtout, le danseur autrefois célébré, n’occupe plus la première place et fait l’objet d’attaques humiliantes. Dans la presse, il est affirmé que les hommes ne peuvent pratiquer la danse sans y perdre leur identité, sans devenir « une affreuse danseuse de sexe masculin », et qu’en tout état de cause, pour sauvegarder l’ordre social et les règles de l’esthétique, « un homme n’a pas le droit de danser ». Rien n’incite plus les jeunes garçons à devenir danseurs. La seule ressource pour les plus talentueux reste l’exil, ou une double carrière en France et à l’étranger.

Cependant, au XIXe siècle, cette féminisation du ballet et l’exclusion des hommes de celui-ci sont loin d’être répandues dans l’ensemble de l’Europe. La Russie fait figure d’avant-garde à la fin du XIXe siècle, en créant les codes de la danse académique classique. Les maîtres de ballets continuent de mettre en valeur la danse masculine et des danseurs et chorégraphes français y trouvent refuge, tel Marius Petipa. Ce dernier a instauré une formation très solide pour les danseurs et danseuses de Moscou et Saint-Pétersbourg ; l’académisme et la virtuosité caractérisent ses ballets dans lesquels les danseurs masculins retrouvent leur prestige. Ainsi, aux alentours de 1900, la critique qui se réjouissait autrefois de la disparition des danseurs, considérée comme un signe de modernité par rapport à l’ancien régime, la déplore et en fait la cause et le symbole d’une décadence chorégraphique. C’est à ce moment que le public change partiellement son regard sur la danse masculine, en partie du fait des Ballets Russes. L’excellence des danseurs russes, héritée de la formation académique de Marius Petipa, vient se conjuguer à l’aspect exotique de leurs origines et surtout aux danses présentées, telles les « danses polovtsiennes » du Prince Igor. La virilité des (supposés) sauvages Tartares, n’est pas soumise aux mêmes critères que celle des danseurs parisiens, pour lesquels stéréotypes et préjugés perdurent.

Activité de recherches réalisée au cours de cette mobilité

La méthodologie mise en place consistera en une étude comparée de l’évolution du spectacle chorégraphique entre les opéras de Paris d’une part et de Moscou d’autre part. Je réaliserai un examen de la danse académique de Marius Petipa en particulier, grâce à l’exploitation de fonds d’archives du Théâtre Bolchoï de Moscou : dossiers et portraits d’artistes, affiches des premières, maquettes des costumes, correspondances des maîtres de ballets, etc. Cette étude implique également un dépouillement ciblé autour de spectacles sélectionnés pour leur succès, l’examen d’articles dans les revues intellectuelles, les revues d’art et la presse généraliste. Durant ces recherches, je serai aidé par Sergey Konaev, archiviste du Bolchoï, spécialiste de Marius Petipa et organisateur de la conférence « Marius Petipa. The Ballet Empire : from Rise to Decline ».

Jéromine Brillouet (Le Mans Université)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.