Philippe Tétart, spécialiste de l’histoire du sport, rejoint le laboratoire TEMOS

Sans renier ses racines, celles de l’histoire politique et des intellectuels, Philippe Tétart a changé de cap et embrassé la cause de l’histoire sociale du phénomène sportif. Il rejoint Temos avec des projets questionnant, entre autres, le poids de l’altérité dans le sport au XXe siècle.

Le hasard, le goût et la nécessité… C’est au prétexte de ce triptyque aux résonances de western spaghetti – pour lesquels il a un goût immodéré – que Philippe Tétart, s’est mis, en 1999, à travailler sur l’histoire du sport. Formé à l’école historique de Sciences Po au tournant des années 1980-1990, à l’heure du retour triomphant de l’histoire politique et de la mise en orbite de l’histoire des intellectuels, il n’y était pas du tout préparé. Avait-il même jamais entendu parler d’histoire du sport durant ses années d’études rue Saint-Guillaume et, avant, à l’Université du Maine ? Il n’en jurerait pas. Peut-être dans la bouche de Pierre Milza, judoka émérite et convaincu, dès les années 1980, de la légitimité du sport comme champ de recherche. La seule chose dont il se souvient tient de l’anecdote mais, a posteriori, elle lui paraît révélatrice. Lorsqu’il lisait L’Equipe dans ladite école, il sentait des regards plus ou moins déroutés. Une lecture plutôt iconoclaste en somme… Il est vrai qu’en ce temps-là, les présidents de la République – et les élites en général – n’avaient pas encore promu leur goût du sport au rang d’outil de communication. Quant à la nomination d’ex-championnes et champions à la tête du ministère des Sports, cela était certes déjà arrivé avec l’alpiniste Pierre Mazeaud en 1974, le patineur Alain Calmat en 1986 et l’athlète Roger Bambuck en 1988 ; toutefois, la chose ne relevait pas encore du réflexe ou du système. S’afficher sportif ou amateur de sport tient désormais d’une sorte de norme et c’est un levier de communication ordinaire dans le champ politique.

Bref, entre hasard (une discussion déterminante avec Pierre Arnaud, un des pères de l’histoire du sport en France), goût (tirant vers la bigoréxie pour la natation et l’actualité sportive) et nécessité (gagner sa vie avec un poste d’enseignant-chercheur), il est devenu maître de conférences en histoire en STAPS, se consacrant depuis lors à l’histoire du sport ; entre autres aux relations entre sports et médias, au sport en tant que culture de masse, aux émotions collectives et au partage social du sport, à l’héroïsme sportif et, notamment, à la représentation des championnes et à leur difficile reconnaissance en tant que telles. Certains de ses chantiers aboutissent à des livres.

L’avant-dernier, Les Pionniers du Sport, restituait le chapitre Belle Epoque du photojournalisme sportif (La Martinière/Bibliothèque Nationale de France, 2016). Le dernier, sorti en 2019, co-écrit avec une dizaine d’historiennes et historiens, porte sur la généalogie du supporterisme : Côté Tribunes. Les supporters en France de la Belle Epoque aux années 1930 (Presses Universitaires de Rennes).

 

Pour aujourd’hui, avec un de ses comparses, Sylvain Villaret, il prépare la sortie d’un ouvrage collectif sur les origines des politiques du sport à l’échelle municipale. Il travaille également à l’écriture d’un essai sur le match Georges Carpentier-Battling Siki de 1922 – qui sacre le premier champion du monde noir et français –, et d’une biographie de ce champion oublié, Mbaye Fall, alias Battling Siki, né à Saint-Louis du Sénégal en 1895 et mort assassiné, à New York, en 1925, au terme d’une vie tenant du roman d’aventures. Pour le reste, il ne désespère pas de trouver un éditeur ayant le courage de se lancer dans la publication d’un ouvrage illustré sur la Traversée de Paris à la nage (le rendez-vous sportif aimantant le plus de spectateurs dans la capitale de 1905 à 1939). Enfin, il projette d’organiser des journées d’étude autour de thèmes encore gestation mais touchant, en substance et d’une part, à la « représentation sociale des championnes au XXe siècle » et, d’autre part, au « débat public sur la légitimité des champions issues des colonies au regard de la question de l’identité nationale dans la France de la Troisième République ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.