Explorer le genre en histoire: de la source à la méthode

Retour sur la journée d’étude des doctorant·es et masterant·es du laboratoire TEMOS organisée le 4 juin 2019 à l’Université d’Angers et organisée par quatre doctorant·es du laboratoire TEMOS : Élodie Chaudet, Marine Gilis, Jallal Mesbah et Philippine Valois.

Ce projet est né d’un constat : les jeunes chercheur·e·s sont confronté·es, sur un même objet, à traiter des sources variées qui nécessitent de mobiliser de multiples méthodes. Il en résulte une dispersion des différentes approches méthodologiques entraînant des difficultés : 1) à les identifier 2) à se les approprier 3) à les articuler. De la même manière, l’interconnexion des différentes sources permet de voir comment elles se combinent, s’opposent ou se complètent. Cette journée nous a donné l’opportunité de partager, sans tendre à l’exhaustivité, les méthodologies spécifiques mises en place par les communicant·es.

Cette journée n’était pas seulement ouverte aux doctorant ·es, mais également aux masterant·es et aux jeunes chercheur·euses , provenant des trois universités tutelles de TEMOS: l’Université d’Angers, l’Université Bretagne Sud et Le Mans Université. Elle a été co-financée par le laboratoire TEMOS et l’Association Interdisciplinaire des Doctorant·e·s de l’Ouest en Confluence.

L’affiche de cet événement représente l’auto-portrait de Judith Leyster, une peintre néerlandaise du XVIIe siècle. La peinture en construction sur l’image fait écho au travail d’élaboration méthodologique des travaux présentés. Pour ce qui est du cadrage, il ne laisse apparaître qu’une partie du corps de la peintre, la bouche, le buste et ses deux mains, l’une tenant un pinceau et l’autre une palette, permettant d’identifier son activité au premier regard. Un regard furtif sur l’image – le monde de la peinture étant particulièrement masculin à l’époque moderne – pourraient laisser penser qu’il s’agit là d’un homme. En observant l’image dans le détail, il apparaît que la personne représentée porte une robe corsetée, c’est une peintre. Cette affiche a pour but d’interpeller les chercheur·euses : comment se dépouiller de ses propres représentations sociales sexuées ?

Intégrer le genre ne va pas de soi, puisqu’il nécessite de repenser les mentalités et les représentations en évacuant les arguments dits « naturels », et identifier les mécanismes de construction sociale. Toutes les périodes sont ainsi concernées, en témoigne les différentes périodes de l’histoire (médiévale, moderne, contemporaine) représentées lors de cette journée d’étude. L’absence de l’histoire ancienne parmi les interventions ne signifient en rien un manque d’intérêt des antiquistes quant à la question du genre. En atteste le dynamisme de la revue Eugesta (https://eugesta-revue.univ-lille3.fr/), les travaux de Pauline Schmitt-Pantel1 ou encore de Sandra Boehringer pour ne citer qu’elles.

La journée d’étude s’est déroulée en trois sessions : une session sur les sources écrites, une seconde session s’est focalisée sur l’iconographie et les sources orales, enfin la dernière portait sur les sources administratives.

Session « La source écrite : une archéologie des représentations genrée »

La journée a débuté par les sources écrites, en ce qu’elles transmettent des discours stéréotypés sur le genre. Marion Roman a ouvert la session, en s’intéressant au vocabulaire de la stérilité dans les sources hagiographiques du Moyen Âge. Grâce à des bases de données en ligne et une approche lexicale, elle a relevé les mots et les expressions faisant référence aux personnes et aux couples stériles entre le XIIe et le XIVe siècle. Marion Roman a ainsi identifié trois catégories de nominations, majoritairement associées à des personnages féminins. Philippine Valois a témoigné d’un intérêt similaire dans sa communication sur la nature du pubère aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle a présenté différents discours médicaux sur le sujet et a notamment questionné la représentativité de sources et mis en lumière un traitement différencié des corps sexués à travers un corpus de traités médicaux.

Session « Iconographie et parole : saisir l’histoire en mouvement »

Cette seconde session a permis de présenter des méthodologies spécifiques à la période contemporaine, puisque les types de sources traités ne sont disponibles que pour les quelques siècles derniers. Jéromine Brillouet a intégré les photographies à son corpus dans le but de faire l’histoire des danseuses de la fin du XIXe siècle, et notamment de leurs corps. Marine Gilis a ensuite présenté une méthodologie spécifique pour l’analyse des chansons, entre archéologie sonore, analyse littéraire et travail de contextualisation. Jallal Mesbah a terminé cette séance avec un type de source particulier : la parole de militantes ayant participé au mouvement des Femen. Les sources orales permettent de récolter un récit du vécu politique des activistes, absent dans le discours médiatique.

Session « La neutralité apparente des sources administratives : révéler les traces du genre ».

Après le déjeuner, nous avons abordé les sources administratives. L’approche retenue par les trois communicant·es était essentiellement quantitative et a révélé tout son intérêt. Elodie Chaudet a présenté la base de données dans laquelle elle a relevé les marqueurs du pouvoir féminin dans la Bretagne de la fin du Moyen-Âge. Le prélèvement systématique des données a en outre été pratiqué par Patrick Buquen, qui en a extrait une répartition sexuée des individus présents dans le recensement de la ville d’Angers de 1769. Margreet Dieleman s’est enfin intéressée aux baptêmes protestants normands du XVIIe siècle, et ses travaux démontrent une plus forte présence de parrains et beaucoup moins de marraines. Ces trois présentations ont ainsi proposé différents usages de la statistique en histoire du genre.

Des échanges fructueux

Cette journée a montré toute sa pertinence à réunir des masterant·es et des doctorant ·es travaillant sur des objets variés (la stérilité, la puberté, le ballet, les mouvements féministes, les femmes dans l’aristocratie, le recensement d’une ville, les actes de baptêmes protestants). Les questionnements méthodologiques des jeunes chercheur·euses sont pourtant très similaires : comment et quels matériaux faut-il sélectionner ? De quelle manière articuler les différentes sources collectées ? Comment faire parler une source/des matériaux ?

Qu’il s’agisse de statistiques, d’archives écrites et iconographiques ou de sources orales, les différentes communications ont montré que toute source contient effectivement des « traces ». C’est en faisant émerger ces traces qu’une archéologie des représentations est possible. Les interventions ont mis en évidence ces représentations stéréotypées dans le traitement différencié entre femmes et hommes dans chacune des périodes concernées.

Deuxièmement, la source vit, car elle contient également les dynamiques historiques et les ruptures. Il a été question du « sujet politique », avec l’importance du « je », du « rôle », des « pouvoirs » mettant en exergue la participation des femmes à l’histoire globale.

Enfin, puisque la source est « trace » et « vie », c’est probablement qu’elle est historique, qu’elle est située. La source est loin d’être neutre, même lorsqu’il s’agit de sources administratives qualifiées de « sèches ». Elle est le fruit d’une histoire et se situe dans une histoire. C’est à la fois l’atout pour tout historien·nes, mais aussi sa limite. Parce que la source est historique, elle ne peut faire à elle seule l’histoire. La diversité des sources s’impose, et de ce point de vue cette journée d’étude a valorisé le croisement des sources et des approches, point essentiel de la discipline historienne.

1 Pauline Schmitt-Pantel, « La différence des sexes, histoire, anthropologie et cité grecque » dans Alain Paire et Michelle Perrot (dir.), Une Histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984, p. 97‑121.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.