Journée d’étude Sauvage/Domestique

Organisée par Romain Grancher et Florent Quellier, université d’Angers, 14 juin 2019

Organisée dans le cadre de l’axe 2 « Ressources biologiques et construction des savoirs : circulations et usages » du laboratoire TEMOS, cette journée d’étude a réuni des chercheurs en sciences humaines et sociales (archéologie, anthropologie, sociologie, histoire) spécialistes du végétal, des animaux, et des milieux dits naturels, pour réfléchir à l’articulation entre le domestique et le sauvage en Occident de la préhistoire à nos jours : processus de domestication, antonymie domestique/sauvage, marronnage, intégration du sauvage dans le domestique (Florent Quellier, UA TEMOS). Si la question du sauvage et du domestique peut être posée très tôt dans l’histoire de l’humanité, dès l’invention de l’agriculture et de l’élevage, elle demeure aujourd’hui d’une actualité brûlante par le défi du développement durable, du maintien de la biodiversité et de l’accès aux ressources naturelles sur une planète de plus en plus peuplée.

La domestication est, d’un point de vue scientifique, un processus génétique reposant sur la sélection et le contrôle de la reproduction dans le temps, modifiant végétaux et animaux. Il s’agit également d’un processus culturel majeur par lequel végétaux et animaux ont été appropriés, familiarisés et utilisés par et pour l’Homme à l’exemple de la naissance de l’ostréiculture (Romain Grancher, CNRS TEMOS). Enfin, la question du domestique et du sauvage est aussi, et peut-être avant tout dans les sociétés humaines, une histoire des représentations, des Barbares pour les Grecs à la perception actuelles des estuaires et rivages comme derniers lieux possibles du « sauvage » (Anatole Danto, CNRS ARENES) ou des plantes messicoles au XIXe siècle (Louise Couëffé, UA TEMOS). Mais la frontière entre le domestique et le sauvage demeure particulièrement floue et fluctuante, à l’exemple des premières vignes cultivées (Dominique Frère, UBS TEMOS, Philippe Marinval, CNRS ASM), du statut juridique des taureaux de corrida dans la France du XIXe siècle (Eric Pierre, UA TEMOS) ou de l’actuel engouement gastronomique pour des plantes dites sauvages… cultivées sous serre aux Pays-Bas.

Cette journée a donc questionné la construction progressive d’une frontière entre les catégories du domestique et du sauvage, mais aussi entre celles du culte et de l’inculte ou encore, plus généralement, entre celles du naturel et de l’artificiel. Son apport a été de penser la nature dans une perspective à la fois diachronique, mais non linéaire, et interdisciplinaire afin de l’envisager comme un produit social et culturel, façonné à la fois par les interactions matérielles entre les sociétés humaines et leur environnement (au gré de processus de sélection, d’activation et d’exploitation de ses ressources) et par le droit, les savoirs et les représentations qui ont contribué historiquement à sa domestication.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.