Les guerres de religion dans la mémoire protestante : un passé dépassé ?

Par Laurent Ropp, doctorant à Le Mans Université

Qui se souvient, aujourd’hui, des guerres de religion ? Les troubles civils et religieux qui ont déchiré le royaume de France dans la seconde moitié du XVIe siècle apparaissent bien lointains… Ils occupent une faible place dans la mémoire collective comme en témoigne la rareté des commémorations qui leur sont consacrées1. On pourrait supposer qu’il en est autrement au sein de la minorité protestante dont l’identité est en partie structurée autour d’une forte mémoire des temps douloureux. Mais, chez les héritiers des huguenots, le souvenir de la clandestinité et des souffrances de la période du Désert, postérieure à la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV (1685), éclipse celui des affrontements interconfessionnels du siècle des réformes2.

Pourtant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, c’est le temps des origines, marqué notamment par les guerres de religion, qui intéresse le plus les rédacteurs (protestants) du Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français3. Bien que ces auteurs ne soient pas représentatifs de la minorité protestante française, ce constat nuance l’idée d’une mémoire huguenote polarisée uniquement autour de la Révocation et du Désert. De plus, l’ouverture très récente (2019) de nouvelles salles consacrées à la période qui précède 1685 au musée du Désert de Mialet (Gard) pourrait révéler, à l’approche du quatre-cent-cinquantième anniversaire de la Saint-Barthélemy (2022), une tendance générale au rééquilibrage des mémoires protestantes au profit des affrontements du XVIe siècle.

Ces remarques sur l’importance relative des épisodes de l’histoire huguenote dans la mémoire des fils de la Réforme montrent l’intérêt d’une étude diachronique du souvenir et de l’oubli des guerres de religion chez les protestants. Alors que les historien·ne·s ont récemment examiné les mémoires immédiates de ces conflits, la période qui suit la Révocation est largement restée à l’écart des recherches4. Mon travail de thèse consacré à l’évolution des représentations protestantes des troubles du XVIe siècles et aux divers usages politiques et religieux de cette séquence de l’histoire huguenote et nationale depuis les années 1680 vise à combler cette lacune. Entamé en 2019, ce projet s’inscrit dans le prolongement des études menées, d’une part, sur les mémoires des conflits5 et, d’autre part, sur le rapport des protestants à leur passé6.

Les sources qui fondent cette recherche sont variées : histoires, périodiques, traités politiques, sermons et discours commémoratifs (entre autres) seront mobilisés et une enquête permettra d’étudier les souvenirs et les oublis des guerres de religion chez les protestants du XXIe siècle. Une attention particulière sera portée aux conflits et dialogues mémoriels avec les catholiques et à la diversité des mémoires au sein même du protestantisme. Ainsi, notre recherche s’attachera non seulement aux réformés mais aussi aux luthériens et aux évangéliques pour mesurer le degré de « huguenotisation » (P. Cabanel) de leur mémoire, et on examinera quelques cas de communautés issues de la diaspora huguenote.


1Après la célébration l’édit de Nantes en 1998, la dernière commémoration médiatisée (bien plus modeste) concerne la Saint-Barthélemy : en avril 2016, une plaque a été dévoilée au pied du pont Neuf par la maire de Paris Anne Hidalgo en hommage aux victimes parisiennes du massacre de 1572.

2Philippe Joutard, « Le musée du Désert » in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 3, Les France, Paris, Gallimard, 1992, p. 556.

3Philippe Joutard, La révocation de l’édit de Nantes ou les faiblesses d’un État, Paris, Gallimard, 2018, p. 409-410.

4En témoigne notamment le programme du colloque « Se souvenir des guerres de religion » organisé par David van der Linden, Tom Hamilton et Chrystel Bernat qui s’est tenu à Montpellier du 6 au 8 septembre 2018. URL : https://iptheologie.fr/wp-content/uploads/2018/04/Remembering-the-Wars-Affiche-et-Programme-VD.pdf.

5Parmi de nombreux exemples : Benjamin Stora, La gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1991, 368 p.

6Cf. Philip Benedict, Hugues Daussy et Pierre-Olivier Léchot, L’identité huguenote. Faire mémoire et écrire l’histoire (XVIe-XXIe siècle), Genève, Droz, 2014, 660 p.


Monument rendant hommage à l’amiral de Coligny inauguré en 1889, adossé au temple de l’Oratoire du Louvre, à Paris (Mbzt / CC BY-SA).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search