Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s.

Par Marine Gilis, le 05/12/2018

Guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France »

En 2017 est parue la première version en ligne du guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France ». J’ai eu l’idée de ce projet alors que j’étais étudiante en master à l’EHESS en 2016. La difficulté de trouver des sources pour l’histoire des femmes, du féminisme et des LGBTQ+ se posait régulièrement lors des conversations informelles entre étudiant.e.s et était systématique de la part des étudiant.e.s étranger.e.s. Mon mémoire de master portait sur l’étude d’une association d’archives lesbiennes : ainsi, de part mes recherches et mon engagement militant, j’ai été amenée à côtoyer des archivistes et documentalistes et à connaître un certain nombre de lieux ressources. J’ai donc produit un premier dépliant qui recensait les quelques associations et structures d’archives spécialisées sur ces questions. Bien qu’il constituait déjà une base intéressante pour les étudiant.e.s, les retours positifs de leur part m’ont poussée à poursuivre sur un projet plus ambitieux et exhaustif : constituer un guide complet en élargissant à des notices sur les fonds spécifiques au sein de structures telles que les Archives nationales, la BNF, l’IMEC…  et en recensant les formations spécialisées sur les femmes et le genre en France, les collections thématiques, les revues et associations universitaires. Pour ce nouveau projet, trois doctorant.e.s m’ont appuyée : Marine Rouch (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2 et Lille 3), Justine Zeller (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2) et Valentin Gleyze (histoire de l’art contemporain à l’Université de Rennes 2). Aujourd’hui, une version papier de ce guide a été distribuée dans plusieurs universités à Paris (Université Paris 8, EHESS, Paris-Sorbonne) et en région (Université de Brest et de Villeurbanne). La troisième  version de ce guide est en cours de préparation.

Continuer la lecture de « Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s. »

Séminaire EHESS Histoire et Anthropologie de la Famille et de la Parenté

I : Mondes anciens et médiévaux

Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc), Michaël Gasperoni (cnrs, crm) et Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre)

1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris),
du 15 novembre 2018 au 6 juin 2019

Le 20 décembre 2018, c’est Carole Avignon (Université d’Angers) qui y interviendra, sur le thème:

Ce que la bâtardise médiévale fait à l’opération généalogique occidentale. Filiations « à défaut » et rapports de parenté dans le Moyen Âge latin (xie-xve s.)

Résumé : Le contexte médiéval de l’étude invite à prendre en considération les spécificités des représentations chrétiennes de la parenté que la lecture d’Anita Guerreau-Jalabert, Enric Porqueres I Gené ou Laurent Barry permet de questionner comme objet anthropologique et historique tout ensemble. Empruntée quant-à-elle au titre d’une publication dirigée par Olivier Rouchon, l’expression « opération généalogique » permet ici de signifier les manières de concevoir et d’exprimer (en discours, en actes ou en symboles) l’articulation des positions généalogiques qui enjoint à chacun une position relationnelle de soi aux autres. Seront questionnées les incidences de la bâtardise, entendue comme qualification générique d’une filiation déficiente, marquée, en droit canon, par l’irrégularité du defectum de naissance, sur la manière de concevoir le fait généalogique. Le régime occidental de la parenté est-il renforcé ou au contraire perturbé par la prise en compte de ces filiations particulières ? La séance de séminaire sera l’occasion d’affiner les termes d’un questionnement en cours.

La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle

CICHON Matthieu – GUERIN Mathilde
M1 Pratiques de la Recherche Historique

Tison et Akhund En guerre pour la paix

Le mercredi 12 décembre 2018, Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université du Mans et membre de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), a présenté ses recherches sur Paul d’Estournelles de Constant, dans le cadre du séminaire du master «Pratiques de la recherche historique». La séance a porté sur «la dotation Carnegie pour la paix internationale : influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle».

L’objectif de Stéphane Tison était de présenter une thématique encore récente dans l’historiographie française et peu travaillée par les historiens des guerres mondiales : le concept de paix et le champ des peace studies. En effet, a été essentiellement mise en avant la «brutalisation des sociétés» de George Mosse et une vision catastrophiste des guerres mondiales. L’intervenant a effectué un travail dans les archives départementales de la Sarthe et à New-York pour se centrer sur deux détenteurs du prix Nobel de la paix : Paul d’Estournelles de Constant, diplomate et sénateur sarthois, et son correspondant étasunien Nicholas Murray Butler, gestionnaire de la dotation Carnegie. L’ouvrage qu’il a réalisé avec Nadine Akhund En guerre pour la paix : correspondance Paul d’Estournelles de Constant et Nicholas Murray Butler1914-1919 (éditions Alma, 2018) met en avant la théorisation du droit international et les stratégies d’usages, par les protagonistes, du mot «paix», pourtant interdit dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle »

TEMOS présent au 8e symposium d’archivistique de Montréal

Patrice Marcilloux a participé le vendredi 30 novembre 2018 au 8e symposium du GIRA, groupe de recherche interdisciplinaire en archivistique, qui se tenait à l’université de Montréal sur le thème « État, conditions et diffusion de la recherche en archivistique » (http://gira-archives.org/activites/8e-symposium-2018/).

Fondé en 1987 par Carol Couture, Jacques Ducharme et Jean-Yves Rousseau, le GIRA a pour but de développer la recherche fondamentale en archivistique ; un symposium est organisé tous les quatre ans (http://gira-archives.org/). Patrice Marcilloux y a prononcé, au nom de tous les chercheurs angevins en archivistique(enseignants-chercheurs, mastérants, doctorants, docteurs) une communication enforme de premier bilan, préparée avec Bénédicte Grailles et intitulée : Pour une archivistique sociale : esquisse d’un bilan de dix ans de recherche en archivistique à l’université d’Angers. Il s’agissait à la fois de faire connaître les efforts entrepris à Angers pour installer et structurer la recherche en archivistique dans le champ universitaire (mémoires de recherche de master, séminaire ALMA, collection Archives, histoire et société, journée d’étude annuelle, doctorat en archivistique, contrat doctoral et postdoctorat dans le cadre du programme EnJeu[x]), de présenter un bilan des recherches conduites selon trois grands axes (histoire des systèmes archivistiques, histoire et analyse des pratiques professionnelles, logiques d’usages des archives) et de formuler une proposition d’orientation des recherches futures vers ce que l’on pourrait une archivistique sociale. L’ensemble a rencontré un vif intérêt de la part des chercheurs et étudiants en archivistique présents à cette journée qui a par ailleurs confirmé le degré de maturité de l’archivistique québécoise. Des collaborations entre chercheurs angevins et québécois devraient pouvoir en découler.

Zoom sur les historien·ne·s à la 14e Nuit des chercheur·e·s

La 14e Nuit européenne des chercheur·e·s a eu lieu le vendredi 28 septembre 2018. À Angers, le forum du théâtre Le Quai a accueilli l’événement organisé par Terre des sciences.
Les étudiant·e·s du master Pratiques de la recherche historique y ont rencontré plusieurs historien·ne·s du laboratoire TEMOS et en rendent compte dans leur blog, La paillasse des apprentis historiens:

Partenariat INA – TEMOS

Premier rendez-vous INA à l’Université d’Angers. La thématique choisie est celle de l’enfance et cette première rencontre portera sur les enfants déracinés.

L’INA et TEMOS s’engagent dans un partenariat pour la mise en valeur des archives audiovisuelles et un accès privilégié à celles-ci pour les membres de l’unité.
Plusieurs fois par an, seront organisés des « Rendez-vous INA-Histoire-TEMOS » qui prendront la forme de conférences s’appuyant sur les richesses de l’INA. Les thématiques abordées seront en lien avec les axes du développement de la politique scientifique de l’unité.
Le 21 novembre prochain, à l’occasion de l’anniversaire de la Convention Internationale des droits de l’enfant (novembre 1989) aura lieu le premier Rendez-vous à l’Université d’Angers. Dans le cadre du programme EnJeu[x] http://enfance-jeunesse.fr/ Yves Denéchère présentera des images relatives aux « Enfances déracinées de la décolonisation française ». Il sera question des milliers d’enfants métis eurasiens envoyés en métropole à la fin de la guerre d’Indochine, des enfants déplacés au cours de la guerre d’Algérie, des enfants réunionnais envoyés en Limousin jusque dans les années 1980.
Le prochain Rendez-vous aura lieu en mars 2019 dans le cadre du « Mois du genre » de l’Université d’Angers.

Partenariat INA TEMOS

TEMOS participe au GIS Religions

Lancé il y a moins d’un an sur l’initiative de Philippe Martin (Professeur d’Histoire moderne, Université de Lyon) et de Séverine Mathieu (Directrice d’Etudes en sociologie des religions, EPHE, Paris), le GIS Religions, textes, pratiques, pouvoirs regroupe 25 laboratoires (en grande majorité français, mais aussi belge et canadien). Il est dirigé par Philippe Martin, assisté d’un conseil scientifique où siègent les représentants des institutions partenaires (parmi lesquelles TEMOS) et bénéficie du concours de Mme Malika Gragueb (DRED Lyon 2), pour sa gestion. Depuis début septembre, une plateforme internet a été ouverte (http://gis-religions.fr/actualites) : elle offre une large palette d’informations, consacrées notamment aux informations relatives aux formations qualifiantes dispensées dans les établissements associés. Une première réunion du conseil scientifique aura lieu à Strasbourg les 25 et 26 octobre prochain. Elle aura pour but de préciser le fonctionnement administratif du GIS mais portera aussi sur l’actualité de la recherche. Elle comportera donc un temps d’échanges sur l’interdisciplinarité, choix scientifique qui préside à l’existence même du Groupement, puis fera place à une table ronde intitulée « autour des textes »

Deux autres initiatives sont dès à présent prévues :

 1) la venue de deux collègues de l’UQAM, appelées sur invitation à se déplacer dans les laboratoires partenaires, à savoir Yves Gingras dont les travaux portent sur les rapports entre sciences et religion et Louis Rousseau qui aborde dans ses recherches la question des accommodements raisonnables et des liens entre religions et immigration.

2) La tenue d’un congrès, dont l’appel à proposition a été diffusé auprès des membres de TEMOS. Il aura lieu à Lyon les 8 et 9 octobre 2019 (Université de Lyon 2/Musée des Confluences) et aura pour thème « La tradition, identité, temporalités, enjeux ». Cette conférence interdisciplinaire aura pour objet de considérer toutes les religions, et de favoriser l’attention portée à la diversité des faits religieux et courants spirituels, sans exclusive spatiale ni temporelle. Surtout, le congrès lyonnais examinera les points suivants :

  1. La relecture de la tradition en ce qu’elle peut l’unité ou provoquer l’éclatement du croire;
  2. Les liens créés entre la tradition et les « les vécus de la conscience », pour envisager leur complexité et leurs évolutions
  3. Les questions liées aux processus de transmission

« Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle »

Workshop "working with scientific archives"Deux doctorantes en archivistique de l’unité TEMOS, Margot Georges et Magalie Moysan, ont présenté un papier lors d’un workshop  qui s’est tenu à Washington les 13 et 14 août. Cet événement réunissait des archivistes, historiens et scientifiques du monde entier sur la thématique « working with scientific archives ».  Organisé par le Comité sur les archives des sciences et techniques contemporaines et le Conseil international des archives, il avait pour objectif de réunir les professionnels des archives et les chercheurs autour de la thématique des archives scientifiques, afin de faciliter les discussions théoriques et l’émergence de solutions pratiques. Dans une communication intitulée  » Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle », Margot Georges et Magalie Moysan se sont appuyées sur un corpus de rapports de stages, mémoires d’étudiants et articles publiés dans la littérature professionnelle pour réaliser une analyse lexicométrique du discours des archivistes sur les archives scientifiques.

Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ?

Adélaïde Laloux, séminaire axe 1 Temos – 8 juin 2018

Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l'enfance composé d'une partie dite "administration" (dossier bleu) et d'une partie dite "observations" (sous enveloppe).
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l’enfance composé d’une partie dite « administration » (dossier bleu) et d’une partie dite « observations » (sous enveloppe).

Doctorante en archivistique, mon sujet s’intitule «Le dossier personnel de l’enfant dans le secteur sanitaire et social: constitution, conservation, accès». J’ai choisi de travailler sur les dossiers de jeunes produits dans le cadre de la protection de l’enfance et mon analyse s’appuie sur une étude de la composition des dossiers et de l’évolution des typologies documentaires à travers des échantillons consultés dans plusieurs institutions et à partir d’entretiens avec des archivistes et des travailleurs sociaux. Cette démarche permet d’appréhender la manière dont ces dossiers se construisent, sont conservés et sont rendus accessibles aux intéressés, pendant toute la durée de leur cycle de vie, de 1950 à nos jours. À partir de ce travail et dans le cadre du séminaire de l’axe 1 du laboratoire TEMOS «Donner un nom/Se faire un nom.  Auto-construction et hétéro construction des identités individuelles et collectives», la question de la construction de l’identité de l’usager à travers le dossier a pu être posée : de quelle manière la structuration du dossier et l’organisation de sa consultation participent à l’élaboration d’une identité pour la personne concernée ? À quels niveaux le traitement archivistique actuel appauvrit-il ou enrichit-il cette problématique ? Continuer la lecture de « Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ? »

Autour de la publication de la BD « Morts par la France. Thiaroye 1944 »

« Morts par la France. Thiaroye 1944 » de Pat Perna et Nicola Otero retrace le parcours et les recherches d’Armelle Mabon pour faire la lumière sur ce qui s’est passé le 1er décembre 1944, dans un camp militaire à Thiaroye au Sénégal.

A cette occasion  Armelle Mabon a notamment été invitée de la Fabrique de l’Histoire sur France Culture pour une émission sur les grandes « affaires » ou livres qui ont fait scandale en histoire.

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous une interview vidéo d’Armelle Mabon:

Exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou »

Le Centre des monuments nationaux (CMN) présente l’exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou » au Domaine national du Château d’Angers. Une facette méconnue de l’Histoire, autour de l’émergence et du développement des ordres de chevaliers à la fin du Moyen Âge, à découvrir du 15 juin au 30 septembre 2018.

Cette exposition est le fruit d’un partenariat scientifique entre le Centre des monuments nationaux – Domaine national du Château d’Angers, le  Département de Maine-et-Loire, la Ville d’Angers (bibliothèque municipale, musées), l’Université d’Angers et le Musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie de Paris.

Deux enseignant·e·s et une doctorante en histoire médiévale du laboratoire TEMOS ont activement participé aux recherches, à leur synthèse en vue de la rédaction des textes des panneaux: Isabelle Mathieu, Jean-Michel Matz, et Justine Moreno. Grâce à eux, des documents d’archives du XVe siècle relatifs notamment à l’ordre du Croissant conservés aux Archives nationales ont été transcrits afin que les informations qu’ils contiennent soient accessibles au plus grand nombre.

Consulter le dossier de presse complet sur le site du Centre des Monuments Nationaux

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »

Hervé Guillemain « L’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien »

Hervé Guillemain participe à la chaîne YouTube d’Elisabeth Marion, qui se donne pour objectif d’interviewer  « des personnes de professions différentes [qui] ont accepté de parler de l’effet de leur psychanalyse sur leur vie professionnelle, d’expliquer ce qui a changé pour elles… ».

Dans cet entretien, Hervé Guillemain revient sur l’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien. Extraits:

« La parole délirante est une parole qui sort du chemin de l’histoire ».

« Ces dossiers de patients sont un reste de l’histoire… et ce reste, moi j’estime qu’il peut permettre de faire une histoire sociale de la folie, de la psychiatrie, des psychothérapies… »