Séminaire EHESS Histoire et Anthropologie de la Famille et de la Parenté

I : Mondes anciens et médiévaux

Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc), Michaël Gasperoni (cnrs, crm) et Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre)

1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris),
du 15 novembre 2018 au 6 juin 2019

Le 20 décembre 2018, c’est Carole Avignon (Université d’Angers) qui y interviendra, sur le thème:

Ce que la bâtardise médiévale fait à l’opération généalogique occidentale. Filiations « à défaut » et rapports de parenté dans le Moyen Âge latin (xie-xve s.)

Résumé : Le contexte médiéval de l’étude invite à prendre en considération les spécificités des représentations chrétiennes de la parenté que la lecture d’Anita Guerreau-Jalabert, Enric Porqueres I Gené ou Laurent Barry permet de questionner comme objet anthropologique et historique tout ensemble. Empruntée quant-à-elle au titre d’une publication dirigée par Olivier Rouchon, l’expression « opération généalogique » permet ici de signifier les manières de concevoir et d’exprimer (en discours, en actes ou en symboles) l’articulation des positions généalogiques qui enjoint à chacun une position relationnelle de soi aux autres. Seront questionnées les incidences de la bâtardise, entendue comme qualification générique d’une filiation déficiente, marquée, en droit canon, par l’irrégularité du defectum de naissance, sur la manière de concevoir le fait généalogique. Le régime occidental de la parenté est-il renforcé ou au contraire perturbé par la prise en compte de ces filiations particulières ? La séance de séminaire sera l’occasion d’affiner les termes d’un questionnement en cours.

Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d'Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l'Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d'Ardenne Métropole.

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d’Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l’Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d’Ardenne Métropole.

Le Mardi 27 novembre 2018, le prix TERRITORIA de Bronze, dans la catégorie Culture, a été remis à Ardenne Métropole pour récompenser le cycle mémoriel organisé pour les commémorations de l’armistice 1918.

 Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Mans, chercheur au TEMOS, président du conseil scientifique du cycle mémoriel, faisait partie de la délégation d’Ardenne Métropole à l’Assemblée nationale.

 L’Observatoire National de l’Innovation Publique, sousla présidence de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités territoriales, organise depuis 1986 le Prix TERRITORIA. Celui-ci reconnaît et valorise les innovations de terrain des collectivités territoriales. 

Le caractère innovant du dossier a été mis en valeur par le besoin de transmission de la mémoire de manière inédite, locale, intergénérationnelle et symbolique.

Les objectifs fixés par Ardenne Métropole sur ce dossier de candidature, ont été présentés de la sorte :

– donner une ampleur nationale à la commémoration du 11 novembre 2018 à VRIGNE-MEUSE ;

– assurer la transmission et la pérennisation de la mémoire grâce au jeune public ;

– ancrer le cycle mémoriel dans la durée par le tourisme de mémoire.

Continuer la lecture de « Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale »

Partenariat INA – TEMOS

Premier rendez-vous INA à l’Université d’Angers. La thématique choisie est celle de l’enfance et cette première rencontre portera sur les enfants déracinés.

L’INA et TEMOS s’engagent dans un partenariat pour la mise en valeur des archives audiovisuelles et un accès privilégié à celles-ci pour les membres de l’unité.
Plusieurs fois par an, seront organisés des « Rendez-vous INA-Histoire-TEMOS » qui prendront la forme de conférences s’appuyant sur les richesses de l’INA. Les thématiques abordées seront en lien avec les axes du développement de la politique scientifique de l’unité.
Le 21 novembre prochain, à l’occasion de l’anniversaire de la Convention Internationale des droits de l’enfant (novembre 1989) aura lieu le premier Rendez-vous à l’Université d’Angers. Dans le cadre du programme EnJeu[x] http://enfance-jeunesse.fr/ Yves Denéchère présentera des images relatives aux « Enfances déracinées de la décolonisation française ». Il sera question des milliers d’enfants métis eurasiens envoyés en métropole à la fin de la guerre d’Indochine, des enfants déplacés au cours de la guerre d’Algérie, des enfants réunionnais envoyés en Limousin jusque dans les années 1980.
Le prochain Rendez-vous aura lieu en mars 2019 dans le cadre du « Mois du genre » de l’Université d’Angers.

Partenariat INA TEMOS

L’Académie protestante de Saumur dévoile ses secrets à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans

Le jeudi 25 octobre, Thomas Guillemin, docteur en histoire moderne de l’université d’Angers et chercheurs associé de TEMOS, était à la médiathèque Louis-Aragon du Mans pour un cours un peu spécial. Il y faisait découvrir à deux groupes d’étudiants en histoire de l’université du Mans, en Licence 3 et Master, l’exposition qu’il a conçue en partenariat avec le service patrimoine de la Médiathèque du Mans. Intitulée Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, et visible jusqu’au 19 janvier, elle offre une plongée dans la vie de l’Académie de Saumur, l’un des hauts lieux du calvinisme européen au XVIIe siècle au plan du dynamisme intellectuel et de la réflexion théologique.

Entouré d’une partie de ses sources – de nombreux imprimés des XVIe et XVIIe siècles, T. Guillemin a présenté aux étudiants sa démarche de chercheur, ses hésitations, ses impasses, ses bonheurs également. Tout commence en 2008, avec la découverte fortuite dans le fonds patrimonial de la Médiathèque Louis-Aragon, d’un ouvrage portant l’ex libris manuscrit de Louis Cappel, hébraïsant de renom et professeur à l’Académie de Saumur. Il n’en faut pas plus pour lui donner l’idée d’en chercher d’autres, d’abord en procédant par sondages, puis de façon plus systématique. Avec le concours exceptionnel de Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, Thomas Guillemin peut accéder aux magasins et multiplier les identifications. C’est le point de départ d’une enquête qui amène l’historien à Poitiers, Tours, Orléans, Saumur, Angers ou encore Nantes, à la recherche de ces bibliothèques dispersées, et au cours de laquelle ce sont plusieurs dizaines de milliers de volumes qui sont examinés… Thomas Guillemin y cherche des ex libris, ex dono, envois autographes, annotations marginales qui lui permettent de reconstituer l’itinéraire de ces ouvrages et leurs usages. Mais ces découvertes en amènent d’autres : une longue note manuscrite à la fin d’une bible renseigne ainsi sur la manière – jusque-là mal connue – de célébrer le culte domestique chez les familles calvinistes qui ne pouvaient pas, pour des raisons diverses, aller au temple ; des reliures aux décors similaires pointent vers des « livres de prix » offerts par l’Académie aux étudiants méritants ; deux envois autographes du théologien hollandais Drusius à Philippe Duplessis-Mornay, fondateur de l’Académie, témoigne autant du rayonnement international de l’Académie que des ambitions de carrière qu’il pouvait susciter. Thomas Guillemin reconstitue également le processus par lequel cette bibliothèque, probablement l’un des joyaux de la culture réformée dans la France du XVIIe siècle, finit sur les rayonnages de couvents catholiques (les ouvrages saumurois identifiés à la Médiathèque du Mans proviennent en effet de l’abbaye Saint-Vincent). À l’approche de l’Édit de Fontainebleau, la situation des réformés se dégrade. L’Académie de Saumur est fermée en janvier 1685 ; la bibliothèque est prisée par un libraire saumurois, François de Gouy, avant qu’elle ne soit cédée à l’Hôtel-Dieu de la ville. Mais en juin, ce même libraire rachète, à vil prix – celui qu’il avait décidé ! – le stock de livres et s’installe pour le débiter dans les locaux mêmes de l’institution. Les catholiques qui rachètent ces livres les considéraient-ils comme des prises de guerre ? Certains de ces ouvrages ont appartenu à Philippe Duplessis-Mornay ou portent des annotations des pasteurs et controversistes calvinistes les plus en vue… Plusieurs acheteurs effacent sans ménagement les traces des anciens possesseurs, raturant les ex libris ou les recouvrant. Des découvertes réalisées par T. Guillemin, celles concernant le travail et les livres de Louis Cappel sont sans doute les plus fascinantes. Deux volumes présentés dans l’exposition, étudiés en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC), permettent de voir le théologien à l’œuvre : d’une part, un volume comportant deux midrashs (commentaires de la Torah) conservé à Saumur ; d’autre part un dictionnaire d’hébreu issu du fonds manceau, recensant les mots empruntés à l’araméen, au grec, au latin ou à l’arabe et massivement annoté de la main de Cappel : il relève plusieurs mots d’origine grecque ou latine dans les midrashs et les reporte aux entrées correspondantes de son dictionnaire. Le théologien, en disciple des méthodes philologiques des humanistes, a considéré la langue du texte biblique comme porteuse d’une histoire et partant, le texte biblique lui-même… Ce sont donc les méthodes de la critique textuelle protestante qu’éclairent ces deux découvertes. La visite menée par Thomas Guillemin s’est achevée sur le constat d’une recherche jamais close, puisque des ouvrages des bibliothèques saumuroises se trouvent encore certainement entre des mains privées. La veille de la visite, T. Guillemin apprenait qu’un ouvrage de la bibliothèque de Louis Cappel avait été acheté, il y a quelques années, lors d’une vente aux enchères outre-Manche…

En prolongement de cette visite, Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, a présenté aux étudiants quelques fleurons des fonds manuscrits et imprimés, prétextes à une évocation des buts et des méthodes de la bibliographie matérielle, une approche au cœur de la démarche scientifique de T. Guillemin.

Des visites guidées sont proposées pendant toute la durée de l’exposition:

Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30

TEMOS participe au GIS Religions

Lancé il y a moins d’un an sur l’initiative de Philippe Martin (Professeur d’Histoire moderne, Université de Lyon) et de Séverine Mathieu (Directrice d’Etudes en sociologie des religions, EPHE, Paris), le GIS Religions, textes, pratiques, pouvoirs regroupe 25 laboratoires (en grande majorité français, mais aussi belge et canadien). Il est dirigé par Philippe Martin, assisté d’un conseil scientifique où siègent les représentants des institutions partenaires (parmi lesquelles TEMOS) et bénéficie du concours de Mme Malika Gragueb (DRED Lyon 2), pour sa gestion. Depuis début septembre, une plateforme internet a été ouverte (http://gis-religions.fr/actualites) : elle offre une large palette d’informations, consacrées notamment aux informations relatives aux formations qualifiantes dispensées dans les établissements associés. Une première réunion du conseil scientifique aura lieu à Strasbourg les 25 et 26 octobre prochain. Elle aura pour but de préciser le fonctionnement administratif du GIS mais portera aussi sur l’actualité de la recherche. Elle comportera donc un temps d’échanges sur l’interdisciplinarité, choix scientifique qui préside à l’existence même du Groupement, puis fera place à une table ronde intitulée « autour des textes »

Deux autres initiatives sont dès à présent prévues :

 1) la venue de deux collègues de l’UQAM, appelées sur invitation à se déplacer dans les laboratoires partenaires, à savoir Yves Gingras dont les travaux portent sur les rapports entre sciences et religion et Louis Rousseau qui aborde dans ses recherches la question des accommodements raisonnables et des liens entre religions et immigration.

2) La tenue d’un congrès, dont l’appel à proposition a été diffusé auprès des membres de TEMOS. Il aura lieu à Lyon les 8 et 9 octobre 2019 (Université de Lyon 2/Musée des Confluences) et aura pour thème « La tradition, identité, temporalités, enjeux ». Cette conférence interdisciplinaire aura pour objet de considérer toutes les religions, et de favoriser l’attention portée à la diversité des faits religieux et courants spirituels, sans exclusive spatiale ni temporelle. Surtout, le congrès lyonnais examinera les points suivants :

  1. La relecture de la tradition en ce qu’elle peut l’unité ou provoquer l’éclatement du croire;
  2. Les liens créés entre la tradition et les « les vécus de la conscience », pour envisager leur complexité et leurs évolutions
  3. Les questions liées aux processus de transmission

« Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle »

Workshop "working with scientific archives"Deux doctorantes en archivistique de l’unité TEMOS, Margot Georges et Magalie Moysan, ont présenté un papier lors d’un workshop  qui s’est tenu à Washington les 13 et 14 août. Cet événement réunissait des archivistes, historiens et scientifiques du monde entier sur la thématique « working with scientific archives ».  Organisé par le Comité sur les archives des sciences et techniques contemporaines et le Conseil international des archives, il avait pour objectif de réunir les professionnels des archives et les chercheurs autour de la thématique des archives scientifiques, afin de faciliter les discussions théoriques et l’émergence de solutions pratiques. Dans une communication intitulée  » Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle », Margot Georges et Magalie Moysan se sont appuyées sur un corpus de rapports de stages, mémoires d’étudiants et articles publiés dans la littérature professionnelle pour réaliser une analyse lexicométrique du discours des archivistes sur les archives scientifiques.

Bilan du Workshop international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge II », Le Mans, du 6 au 8 juin 2018 (Ghislain Baury)

Cet événement constituait la troisième rencontre organisée dans le cadre du programme de recherche international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge » lancé au cours de l’automne 2016, et dont la maîtrise d’œuvre est assurée par des membres de TEMOS avec le soutien du laboratoire et de l’Université du Mans et avec la collaboration de l’Université Paris Nanterre. Son objectif consiste à explorer les potentialités des méthodes des études de réseau appliquées au champ des études médiévales sur l’Ordre cistercien. La démarche se veut autant théorique que pratique, et passe par l’élaboration combinée ou séparée de réflexions épistémologiques, de cahiers des charges méthodologiques et d’études de cas.

Placée sous le sceau de l’interdisciplinarité, l’équipe initiale, composée de spécialistes d’histoire médiévale, mais aussi de sociologie, de géographie, d’informatique, d’histoire de l’art et de paléographie-diplomatique-codicologie, venus de France, d’Espagne et d’Angleterre, et travaillant sur l’ensemble de l’Occident médiéval, s’est élargie à quatre nouveaux membres à l’occasion de cette troisième rencontre. Les deux premières avaient eu lieu au Mans Université : une réunion plénière lors du workshop international d’avril 2017 et une réunion partielle en octobre 2017.

Cette troisième rencontre, qui bénéficiait en outre du soutien du CPER DI2L2S ainsi que de l’Institut du  Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA, http://ipra.eu/), a donné aux participants de la première heure la possibilité de partager l’avancée de leurs travaux et aux nouveaux de présenter leur projet à l’ensemble du groupe. Le format des tables rondes et les importantes plages d’échanges ménagées dans le programme ont permis de très constructives confrontations de points de vue en fonction des différentes spécialités des participants lors de la journée du jeudi 7 juin. Les différentes interventions ont fait l’objet de captations vidéo qui, comme pour le premier workshop international d’avril 2017, seront rapidement accessibles en ligne sur le site du Mans Université (http://umotion.univ-lemans.fr/histoire/les-reseaux-cisterciens-au-moyen-age/) ainsi que sur celui de l’IPRA (http://ipra.eu/centre-ressources/fr/collections/show/38).

Les ateliers organisés en partenariat avec les Archives Départementales de la Sarthe et le réseau des médiathèques de la ville du Mans, sur ces sites, le vendredi 8 juin ont permis aux médiévistes et aux non médiévistes de mieux comprendre, à travers l’exploration des fonds bibliographiques et archivistiques cisterciens du Moyen Âge conservés au Mans, les difficultés pratiques que posent aux études de réseau les différents types de sources et les corpus documentaires des autres participants.

L’avenir immédiat du programme a été naturellement discuté et plusieurs prolongements possibles, non exclusifs, ont été évoqués. La perspective de la publication d’un ouvrage collectif rendant compte de ces expérimentations méthodologiques semble se rapprocher. Il est également envisageable d’ouvrir en parallèle un carnet de recherche en ligne, où un nombre plus important de graphes expérimentaux, ainsi que les bases de données qui les sous-tendent, pourraient être offerts à un très large public. La recherche pourrait également continuer de se développer et de s’élargir à d’autres espaces, grâce notamment à un dépôt de projet européen.

             Ghislain Baury – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Vincent Corriol – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Laurent Nabias – CHISCO (EA 1587), Université de Paris Nanterre

Autour de la publication de la BD « Morts par la France. Thiaroye 1944 »

« Morts par la France. Thiaroye 1944 » de Pat Perna et Nicola Otero retrace le parcours et les recherches d’Armelle Mabon pour faire la lumière sur ce qui s’est passé le 1er décembre 1944, dans un camp militaire à Thiaroye au Sénégal.

A cette occasion  Armelle Mabon a notamment été invitée de la Fabrique de l’Histoire sur France Culture pour une émission sur les grandes « affaires » ou livres qui ont fait scandale en histoire.

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous une interview vidéo d’Armelle Mabon:

Exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou »

Le Centre des monuments nationaux (CMN) présente l’exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou » au Domaine national du Château d’Angers. Une facette méconnue de l’Histoire, autour de l’émergence et du développement des ordres de chevaliers à la fin du Moyen Âge, à découvrir du 15 juin au 30 septembre 2018.

Cette exposition est le fruit d’un partenariat scientifique entre le Centre des monuments nationaux – Domaine national du Château d’Angers, le  Département de Maine-et-Loire, la Ville d’Angers (bibliothèque municipale, musées), l’Université d’Angers et le Musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie de Paris.

Deux enseignant·e·s et une doctorante en histoire médiévale du laboratoire TEMOS ont activement participé aux recherches, à leur synthèse en vue de la rédaction des textes des panneaux: Isabelle Mathieu, Jean-Michel Matz, et Justine Moreno. Grâce à eux, des documents d’archives du XVe siècle relatifs notamment à l’ordre du Croissant conservés aux Archives nationales ont été transcrits afin que les informations qu’ils contiennent soient accessibles au plus grand nombre.

Consulter le dossier de presse complet sur le site du Centre des Monuments Nationaux

Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison)

Le parcours de Mgr Grente – évêque du Mans en 1918, académicien en 1937, cardinal en 1953 – dessine par lui-même une géographie du pouvoir.

Après une première journée d’études organisée le 3 février 2017 par Dominique Avon (EPHE) et consacrée au Cardinal Grente, homme de Lettres et académicien, une deuxième journée d’études s’est tenue à l’université du Mans le 12 avril 2018. Ces deux journées s’inscrivent dans le projet de valorisation des archives de Mgr Grente dont le classement raisonné a été réalisé par Brigitte Waché, professeur émérite à l’université du Mans.

Cette 2e journée proposée par Frédéric Le Moigne (Université de Bretagne occidentale) et Stéphane Tison (Le Mans Université) visait à mesurer l’influence nationale et internationale de Georges Grente. Sa position dans l’Église de France, dans la chrétienté de même que son action missionnaire, croisant parfois des enjeux politiques ou géopolitiques, permet de tracer les contours de la géographie du pouvoir de Mgr Grente.

Continuer la lecture de « Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison) »

Temos à Séville

Colloque international « Révoltes urbaines et modèles de souveraineté dans l’Europe moderne »

Les 1er et 2 février 2018, un colloque international était organisé à Séville par Manuel Herrero Sanchez, Alain Hugon, et Antonio Alvarez-Ossorio Alvarino. La manifestation a réuni des chercheurs et chercheuses italiens, allemands, espagnols, hongrois, français, néerlandais et américains, spécialistes de l’Europe et du monde à l’époque moderne.

J’y ai proposé une communication qui analysait la manière dont les révoltés des petites villes de Saxe et de Thuringe tiraient parti des formes particulières et fragmentées de la souveraineté dans ces régions pour faire jouer en leur faveur les concurrence entre princes, autorités et systèmes normatifs. Les révoltes contre les impôts dus à l’Empereur permettent en effet de faire jouer presque tous les niveaux et acteurs de la souveraineté dans le Saint Empire romain germanique, depuis l’Empire et l’Empereur jusqu’à la communauté d’habitants.

Le programme ici.

Rachel Renault

Les circulations d’inventeurs – séminaire à Caen

Le 9 février, j’ai participé au séminaire « mobilités intellectuelles  de l’Antiquité à nos jours » organisé par le département d’histoire de l’université de Caen. Ma communication portait sur les « circulations d’inventeurs et d’hommes à projet pendant le premier dix-septième siècle ».

Dès le XVIe siècle, des entrepreneurs et hommes à projets naviguent entre différents territoires européens pour y exploiter ce qu’ils présentent comme des inventions. Pour protéger leurs intérêts, ils sollicitent souvent des pouvoirs publics un privilège établissant un monopole commercial, en mobilisant à cette fin procureurs et courtiers. De tels inventeurs gyrovagues témoignent à leur manière du crédit nouveau porté au progrès technique, de l’intensification des échanges dans la République des lettres, mais reflètent également les migrations de travail qui animaient le continent, qu’elles soient librement entreprises, contraintes par les guerres ou la pauvreté, ou suscitées par des États en quête de transferts de technologie. Les cas de succès semblent toutefois bien rares… Loin d’anticiper sur un espace européen de l’invention, ces circulations révèlent les blocages et les échecs du dix-septième siècle savant et technicien.

Stéphane Haffemayer (Université de Caen) a ensuite offert un autre regard sur la même période en consacrant sa communication au projet de « bureau d’adresse » conçu par l’Anglo-prussien Samuel Hartlib à l’imitation du modèle français de Théophraste Renaudot.

Le programme du séminaire ici.

Aurélien Ruellet

 

Bienvenue à TEMOS !

 

Je suis très heureux de vous annoncer la création au 1er janvier 2018 de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), une unité de recherche qui regroupe des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche des universités d’Angers, Bretagne Sud, du Mans et du CNRS.

TEMOS compte 60 membres titulaires et autant de doctorants travaillant sur les quatre périodes de l’histoire, de l’antiquité au temps très présent (sections 32 et 33 du CoNRS). Leurs recherches portent sur des organisations humaines diverses et des espaces géographiques variés propices aux coopérations internationales ; leurs objets sont pluridisciplinaires d’où des collaborations nombreuses avec d’autres disciplines : lettres, droit, science politique, géographie, sciences du vivant, médecine, environnement. Continuer la lecture de « Bienvenue à TEMOS ! »

Carnet scientifique de TEMOS

Ce carnet scientifique est un espace de partage des recherches menées par les chercheur·e·s et doctorant·e·s du laboratoire Temps, Monde et Sociétés (TEMOS). Le nom de l’unité signifie bien que ses membres sont des historien.ne.s travaillant sur les quatre périodes de l’histoire, de l’antiquité au temps très présent ; que leurs recherches portent sur des espaces géographiques variés et des organisations humaines diverses ; que leurs objets sont pluridisciplinaires et que les collaborations sont très nombreuses avec d’autres disciplines : lettres, droit, science politique, sociologie, géographie, sciences du vivant, médecine, environnement… Les thématiques principales de ce carnet correspondent aux axes du laboratoire, tout en s’ouvrant à d’autres sujets : – Enfance, genre et traces de soi : individualités et subjectivités en mouvements – Ressources biologiques et construction des savoirs : circulations et usages – Communautés et pluralité : autorités, violences et coexistences. Ce blog vise à montrer la recherche en train de se faire, dans toutes ses composantes: journaux de recherche, comptes rendus de lectures, de séminaires ou de colloques, veille scientifique, etc. et par tous les membres du laboratoire : chercheur.e.s, doctorant.e.s et personnels d’appui à la recherche. Destiné à être lu par un large public de d’historien.e.s et de curieux.ses d’histoire, ce carnet scientifique est aussi un espace ouvert de dialogue et de débat sur les thématiques travaillées par le laboratoire.