Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s.

Par Marine Gilis, le 05/12/2018

Guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France »

En 2017 est parue la première version en ligne du guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France ». J’ai eu l’idée de ce projet alors que j’étais étudiante en master à l’EHESS en 2016. La difficulté de trouver des sources pour l’histoire des femmes, du féminisme et des LGBTQ+ se posait régulièrement lors des conversations informelles entre étudiant.e.s et était systématique de la part des étudiant.e.s étranger.e.s. Mon mémoire de master portait sur l’étude d’une association d’archives lesbiennes : ainsi, de part mes recherches et mon engagement militant, j’ai été amenée à côtoyer des archivistes et documentalistes et à connaître un certain nombre de lieux ressources. J’ai donc produit un premier dépliant qui recensait les quelques associations et structures d’archives spécialisées sur ces questions. Bien qu’il constituait déjà une base intéressante pour les étudiant.e.s, les retours positifs de leur part m’ont poussée à poursuivre sur un projet plus ambitieux et exhaustif : constituer un guide complet en élargissant à des notices sur les fonds spécifiques au sein de structures telles que les Archives nationales, la BNF, l’IMEC…  et en recensant les formations spécialisées sur les femmes et le genre en France, les collections thématiques, les revues et associations universitaires. Pour ce nouveau projet, trois doctorant.e.s m’ont appuyée : Marine Rouch (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2 et Lille 3), Justine Zeller (histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2) et Valentin Gleyze (histoire de l’art contemporain à l’Université de Rennes 2). Aujourd’hui, une version papier de ce guide a été distribuée dans plusieurs universités à Paris (Université Paris 8, EHESS, Paris-Sorbonne) et en région (Université de Brest et de Villeurbanne). La troisième  version de ce guide est en cours de préparation.

Continuer la lecture de « Le guide EFiGiES « Faire des études féministes et de genre en France » : un outil pour les jeunes chercheur.e.s. »

TEMOS présent au 8e symposium d’archivistique de Montréal

Patrice Marcilloux a participé le vendredi 30 novembre 2018 au 8e symposium du GIRA, groupe de recherche interdisciplinaire en archivistique, qui se tenait à l’université de Montréal sur le thème « État, conditions et diffusion de la recherche en archivistique » (http://gira-archives.org/activites/8e-symposium-2018/).

Fondé en 1987 par Carol Couture, Jacques Ducharme et Jean-Yves Rousseau, le GIRA a pour but de développer la recherche fondamentale en archivistique ; un symposium est organisé tous les quatre ans (http://gira-archives.org/). Patrice Marcilloux y a prononcé, au nom de tous les chercheurs angevins en archivistique(enseignants-chercheurs, mastérants, doctorants, docteurs) une communication enforme de premier bilan, préparée avec Bénédicte Grailles et intitulée : Pour une archivistique sociale : esquisse d’un bilan de dix ans de recherche en archivistique à l’université d’Angers. Il s’agissait à la fois de faire connaître les efforts entrepris à Angers pour installer et structurer la recherche en archivistique dans le champ universitaire (mémoires de recherche de master, séminaire ALMA, collection Archives, histoire et société, journée d’étude annuelle, doctorat en archivistique, contrat doctoral et postdoctorat dans le cadre du programme EnJeu[x]), de présenter un bilan des recherches conduites selon trois grands axes (histoire des systèmes archivistiques, histoire et analyse des pratiques professionnelles, logiques d’usages des archives) et de formuler une proposition d’orientation des recherches futures vers ce que l’on pourrait une archivistique sociale. L’ensemble a rencontré un vif intérêt de la part des chercheurs et étudiants en archivistique présents à cette journée qui a par ailleurs confirmé le degré de maturité de l’archivistique québécoise. Des collaborations entre chercheurs angevins et québécois devraient pouvoir en découler.

Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d'Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l'Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d'Ardenne Métropole.

Sur la photo : de gauche à droite.
Jean-Marc ROSCIGNI (DGS d’Ardenne Métropole), Stéphane TISON (Le Mans Université), Carole MARQUET-MORELLE (directrice du musée de l’Ardenne), Vincent CHAUMONT (Ardenne Métropole),  Boris RAVIGNON, maire de Charleville-Mézières et président d’Ardenne Métropole.

Le Mardi 27 novembre 2018, le prix TERRITORIA de Bronze, dans la catégorie Culture, a été remis à Ardenne Métropole pour récompenser le cycle mémoriel organisé pour les commémorations de l’armistice 1918.

 Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Mans, chercheur au TEMOS, président du conseil scientifique du cycle mémoriel, faisait partie de la délégation d’Ardenne Métropole à l’Assemblée nationale.

 L’Observatoire National de l’Innovation Publique, sousla présidence de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités territoriales, organise depuis 1986 le Prix TERRITORIA. Celui-ci reconnaît et valorise les innovations de terrain des collectivités territoriales. 

Le caractère innovant du dossier a été mis en valeur par le besoin de transmission de la mémoire de manière inédite, locale, intergénérationnelle et symbolique.

Les objectifs fixés par Ardenne Métropole sur ce dossier de candidature, ont été présentés de la sorte :

– donner une ampleur nationale à la commémoration du 11 novembre 2018 à VRIGNE-MEUSE ;

– assurer la transmission et la pérennisation de la mémoire grâce au jeune public ;

– ancrer le cycle mémoriel dans la durée par le tourisme de mémoire.

Continuer la lecture de « Stéphane Tison (Le Mans Université) récompensé pour sa participation aux commémorations de la première Guerre Mondiale »

L’Académie protestante de Saumur dévoile ses secrets à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans

Le jeudi 25 octobre, Thomas Guillemin, docteur en histoire moderne de l’université d’Angers et chercheurs associé de TEMOS, était à la médiathèque Louis-Aragon du Mans pour un cours un peu spécial. Il y faisait découvrir à deux groupes d’étudiants en histoire de l’université du Mans, en Licence 3 et Master, l’exposition qu’il a conçue en partenariat avec le service patrimoine de la Médiathèque du Mans. Intitulée Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, et visible jusqu’au 19 janvier, elle offre une plongée dans la vie de l’Académie de Saumur, l’un des hauts lieux du calvinisme européen au XVIIe siècle au plan du dynamisme intellectuel et de la réflexion théologique.

Entouré d’une partie de ses sources – de nombreux imprimés des XVIe et XVIIe siècles, T. Guillemin a présenté aux étudiants sa démarche de chercheur, ses hésitations, ses impasses, ses bonheurs également. Tout commence en 2008, avec la découverte fortuite dans le fonds patrimonial de la Médiathèque Louis-Aragon, d’un ouvrage portant l’ex libris manuscrit de Louis Cappel, hébraïsant de renom et professeur à l’Académie de Saumur. Il n’en faut pas plus pour lui donner l’idée d’en chercher d’autres, d’abord en procédant par sondages, puis de façon plus systématique. Avec le concours exceptionnel de Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, Thomas Guillemin peut accéder aux magasins et multiplier les identifications. C’est le point de départ d’une enquête qui amène l’historien à Poitiers, Tours, Orléans, Saumur, Angers ou encore Nantes, à la recherche de ces bibliothèques dispersées, et au cours de laquelle ce sont plusieurs dizaines de milliers de volumes qui sont examinés… Thomas Guillemin y cherche des ex libris, ex dono, envois autographes, annotations marginales qui lui permettent de reconstituer l’itinéraire de ces ouvrages et leurs usages. Mais ces découvertes en amènent d’autres : une longue note manuscrite à la fin d’une bible renseigne ainsi sur la manière – jusque-là mal connue – de célébrer le culte domestique chez les familles calvinistes qui ne pouvaient pas, pour des raisons diverses, aller au temple ; des reliures aux décors similaires pointent vers des « livres de prix » offerts par l’Académie aux étudiants méritants ; deux envois autographes du théologien hollandais Drusius à Philippe Duplessis-Mornay, fondateur de l’Académie, témoigne autant du rayonnement international de l’Académie que des ambitions de carrière qu’il pouvait susciter. Thomas Guillemin reconstitue également le processus par lequel cette bibliothèque, probablement l’un des joyaux de la culture réformée dans la France du XVIIe siècle, finit sur les rayonnages de couvents catholiques (les ouvrages saumurois identifiés à la Médiathèque du Mans proviennent en effet de l’abbaye Saint-Vincent). À l’approche de l’Édit de Fontainebleau, la situation des réformés se dégrade. L’Académie de Saumur est fermée en janvier 1685 ; la bibliothèque est prisée par un libraire saumurois, François de Gouy, avant qu’elle ne soit cédée à l’Hôtel-Dieu de la ville. Mais en juin, ce même libraire rachète, à vil prix – celui qu’il avait décidé ! – le stock de livres et s’installe pour le débiter dans les locaux mêmes de l’institution. Les catholiques qui rachètent ces livres les considéraient-ils comme des prises de guerre ? Certains de ces ouvrages ont appartenu à Philippe Duplessis-Mornay ou portent des annotations des pasteurs et controversistes calvinistes les plus en vue… Plusieurs acheteurs effacent sans ménagement les traces des anciens possesseurs, raturant les ex libris ou les recouvrant. Des découvertes réalisées par T. Guillemin, celles concernant le travail et les livres de Louis Cappel sont sans doute les plus fascinantes. Deux volumes présentés dans l’exposition, étudiés en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC), permettent de voir le théologien à l’œuvre : d’une part, un volume comportant deux midrashs (commentaires de la Torah) conservé à Saumur ; d’autre part un dictionnaire d’hébreu issu du fonds manceau, recensant les mots empruntés à l’araméen, au grec, au latin ou à l’arabe et massivement annoté de la main de Cappel : il relève plusieurs mots d’origine grecque ou latine dans les midrashs et les reporte aux entrées correspondantes de son dictionnaire. Le théologien, en disciple des méthodes philologiques des humanistes, a considéré la langue du texte biblique comme porteuse d’une histoire et partant, le texte biblique lui-même… Ce sont donc les méthodes de la critique textuelle protestante qu’éclairent ces deux découvertes. La visite menée par Thomas Guillemin s’est achevée sur le constat d’une recherche jamais close, puisque des ouvrages des bibliothèques saumuroises se trouvent encore certainement entre des mains privées. La veille de la visite, T. Guillemin apprenait qu’un ouvrage de la bibliothèque de Louis Cappel avait été acheté, il y a quelques années, lors d’une vente aux enchères outre-Manche…

En prolongement de cette visite, Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, a présenté aux étudiants quelques fleurons des fonds manuscrits et imprimés, prétextes à une évocation des buts et des méthodes de la bibliographie matérielle, une approche au cœur de la démarche scientifique de T. Guillemin.

Des visites guidées sont proposées pendant toute la durée de l’exposition:

Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30

Les « petits débrouillards » à TEMOS

Le mardi 16 octobre dernier, dans le cadre du réseau « Les petits débrouillards », 45 élèves du collège Alexandre Mauboussin de Mamers sont venus visiter Le Mans Université, et notamment découvrir le laboratoire TEMOS. Dans la matinée, ils ont été accueillis dans un atelier de découverte de la recherche en Histoire. Matthieu Legrand-Robardey, un ancien de leur collège qui a obtenu le Capes au Mans l’année dernière a relaté son parcours académique. Trois petits groupes de collégiens se sont succédé pour écouter la présentation de leurs activités par Emmanuel Johans, Aurélien Ruellet et Jéromine Brillouet pour les trois périodes médiévale, moderne et contemporaine représentées au sein de TEMOS au Mans. Les techniques de mémorisation au XVIe siècle, les photos des danseuses de l’opéra de Paris au XIXe siècle et la transcription d’un texte du XVe siècle sur Mamers ont suscité l’attention et les questions de nos petits débrouillards et de leurs enseignants accompagnateurs qui sont repartis manifestement satisfaits, avant de poursuivre leur découverte de notre université.

La réception de La vie de Jésus d’Ernest Renan: un scandale européen ? (Nathalie Richard)

L’idée de ce colloque international qui s’est tenu au Mans en octobre 2018 est venue d’une réflexion sur le succès de la Vie de Jésus de Renan (1863) et d’une interrogation sur la possibilité de trouver, au début du 21esiècle, des phénomènes homologues. Dans les travaux que nous avons consacrés au livre d’Ernest Renan, Robert Priest, qui a participé à ce colloque et moi-même, nous sommes interrogés sur les raisons de son succès (R. Priest, The Gospel According to Renan: Reading,Writing, and Religion in Nineteenth-Century France, Oxford UP, 2015 ; N. Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, PUR, 2015). Nous avons, chacun à notre manière, rapporté ce succès au contenu même du livre, qui combinait une approche savante, rationaliste, du fait religieux, et un message proprement spirituel. La Vie de Jésus avait donc l’avantage d’être à la fois un livre de science, s’inscrivant dans les courants de la philologie et de la mythologie comparée, et d’être un livre de foi, promouvant une nouvelle forme de religion, fondée sur la relation directe du fidèle à son dieu, sans la médiation des églises et des clercs, et basée sur l’amour plus que sur la crainte du châtiment.

Mais le succès de la Vie de Jésus était aussi lié au contexte social, économique et culturel de sa parution et à l’histoire du livre et de la lecture. L’ouvrage paraît en France lorsque les maisons d’éditions se transforment en entreprises capitalistiques modernes et cherchent à gagner de nouveaux marchés, par exemple en baissant le prix des volumes – ce dont atteste la publication d’une version populaire de la Vie de Jésus, intitulée Jésus,en 1864 –,  mais aussi en luttant contre les contrefaçons ou en signant des accords internationaux. L’ouvrage de Renan bénéficie aussi du développement contemporain de la presse et de la publicité pour le livre qui s’y développe, sous diverses formes, dont celle de la critique littéraire. Ce contexte permet de décrire la parution de la Vie de Jésus comme un « événement littéraire », en un siècle qui inventa l’expression [voir les contributions réunies par Corinne Saminadayar-Perrin dans Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008].

Dans le contexte français, la Vie de Jésus fit scandale autant qu’événement. La troisième raison de son succès tient ainsi au contexte religieux de sa parution et au poids de l’Église catholique dans la France des années 1860. Remettant en question un point central du dogme (celui du péché originel en lien avec la rédemption), le livre est perçu comme une attaque anti-chrétienne par une Église catholique affaiblie politiquement depuis que ses relations avec le pouvoir impérial de Napoléon III se sont distendues, et fragilisée culturellement par les « erreurs modernes » dont le Syllabus pontifical dresse le catalogue en 1864. Or l’Église possède, dans la France des années 1860, une puissance d’action culturelle très forte. Elle a développé, comme cela a été mieux étudié pour les églises anglicanes et méthodistes en Angleterre, une capacité de production d’imprimés très importante et est entrée en lutte, par le truchement de la presse, du livre et de la parole publique des clercs, contre les « mauvais livres ». En 1863, la Vie de Jésus devient la cible principale de cette lutte. Or les condamnations multipliées, imprimées et orales, et les interdictions de lecture ont eu l’effet paradoxal de faire connaître et de faire lire l’ouvrage comme en attestent, parmi d’autres, les lettres que ses lecteurs ont adressées à Renan.

Ainsi ce qui a transformé la Vie de Jésus en événement et en scandale est-il lié à un contexte proprement français. Il existe pourtant de nombreux indices de sa circulation et de son succès hors des frontières et l’on pourrait, en recensant les traductions autorisées ou non, les éditions légales ou de contrefaçon, dresser des cartes sur le modèle de celles qu’a proposées Franco Moretti dans son Atlas du roman européen (Paris, Seuil, 2000). Mais que nous diraient ces cartes sur un espace commun de réception et/ou de discussion ? Cette question a été au cœur des sessions consacrées à Renan dans ce colloque.

Soutenance de thèse – Coline Loison

« Tuez le cancer! Avant qu’il ne vous tue… »
La politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, (1920-1960).

Le mardi 9 octobre à 14h à Le Mans Université, MSH, salle Bleue.

Le jury sera composé de:

Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeure, Université Lyon 2 (rapporteure)
Olivier Faure, Professeur émérite, Université Jean Moulin Lyon III  (rapporteur)
Kaat Wils, Professeure, Katholieke Universiteit, Leuven, Belgique
Nathalie Richard, Professeure, Le Mans Université (directrice de thèse)
Hervé Guillemain, Professeur, Le Mans Université (co-encadrant de thèse)

Résumé : Cette thèse analyse la mise en place de la politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, entre 1920 et 1960, à travers ses enjeux scientifiques, politiques, sociaux et économiques. Il s’agit d’interroger, dans un premier temps, les conséquences de la mise en œuvre de cette politique au niveau national, notamment au travers des actions de la Ligue et de la politique de prévention menée par le gouvernement. Dans un second temps, un travail plus localisé sur les Centres de Lutte Contre le Cancer de l’Ouest (Nantes, Angers et Rennes), permet l’étude, cette fois-ci à l’échelle régionale, de l’application de la politique de lutte contre le cancer. La grande proximité géographique de ces trois centres fait de ce territoire un exemple particulièrement significatif, permettant de comparer leurs fonctionnements et d’étudier leurs interactions. La création et le fonctionnement de ces trois centres sont analysés en parallèle puis par analogie afin de comprendre dans quelle mesure la politique de lutte contre le cancer a été appliquée localement. Dans un dernier temps, il convient de s’intéresser aux individus touchés par cette politique via l’étude des dossiers de patients. Parmi les différentes archives utilisées, les dossiers de patients du centre de Nantes ont permis de faire conjointement une analyse quantitative et qualitative des patients. Le parcours de ces personnes et leurs témoignages apportent une dimension encore largement méconnue de la prise en charge des malades du cancer à cette époque.

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »

Hervé Guillemain « L’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien »

Hervé Guillemain participe à la chaîne YouTube d’Elisabeth Marion, qui se donne pour objectif d’interviewer  « des personnes de professions différentes [qui] ont accepté de parler de l’effet de leur psychanalyse sur leur vie professionnelle, d’expliquer ce qui a changé pour elles… ».

Dans cet entretien, Hervé Guillemain revient sur l’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien. Extraits:

« La parole délirante est une parole qui sort du chemin de l’histoire ».

« Ces dossiers de patients sont un reste de l’histoire… et ce reste, moi j’estime qu’il peut permettre de faire une histoire sociale de la folie, de la psychiatrie, des psychothérapies… »

Parution: Schizophrènes au XXème siècle (Hervé Guillemain)

La semaine dernière est paru le dernier ouvrage d’Hervé Guillemain, enseignant à Le Mans Université et membre de TEMOS, Schizophrènes au XXe siècle (Alma éditeur)

Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques, une figure dominante de la culture cinématographique, un objet désormais récurrent d’intérêt médiatique. L’historien, Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Écrire l’histoire du point de vue des cliniciens n’aurait apporté rien de neuf. La schizophrénie, cette maladie du siècle, a déjà une histoire. C‘est bien celle des schizophrènes et de leur prise en charge médicale, politique et sociale qu’il convenait d’inventer avant que cette appellation, considérée par de nombreux médecins comme fragile, inopérante et stigmatisante, disparaisse des classifications mondiales. Il en ressort que l’un des premiers buts de cette « nouvelle maladie », née sur les beaux restes de la mélancolie, fut de prévenir l’essor des psychoses juvéniles. Plus généralement, ce sont aussi bien des domestiques en difficulté, des migrants confrontés à la crise que des jeunes adultes aspirant à l’émancipation qui formèrent, sous l’égide de la science et de la pratique médicale, un nouveau sous-ensemble de population reconnaissable à ses postures, ses gestes, la résistance aux thérapies et son inadaptation au nouveau modèle sélectionniste scolaire, militaire ou professionnel. Il en ressort aussi que des années 1900 aux années 1970 ces sujets considérés comme incurables ont été soumis à une double peine : la représentation socialement négative accolée à leur souffrance s’est doublée d’une intensification de leur traitement et d’une dégradation alarmante de leurs conditions de vie. Pourquoi et comment une nouvelle maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle, meurt-elle ? C’est à ces questions qu’Hervé Guillemain répond en écoutant la voix de ceux qui furent à la fois les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal.

La présentation sur le site de l’éditeur

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » (Nicolas Breton)

Journée d’étude « Controverse, engagement, identité. Nouvelles recherches sur le protestantisme au XVIe siècle » organisée par Hugues Daussy (professeur d’histoire moderne à l’Université de Franche-Comté) à l’Institut Protestant de Théologie de Paris le samedi 17 mars 2018.

Intitulée « Pour Dieu, pour le roi, mais aussi pour soi. Intérêts et ambitions dans les engagements des Coligny-Châtillon, du milieu du xve au milieu du xviie siècle », ma contribution cherche à évaluer la part d’ambition personnelle dans les trajectoires et les parcours de vie des membres de la Maison de Coligny-Châtillon entre 1465 et 1649. Cette question permet entre autres de resituer l’histoire de la famille de Coligny dans le temps long et d’appréhender différemment la question des motivations des engagements religieux des frères Châtillon – Odet de Coligny, cardinal de Châtillon ; Gaspard de Coligny, amiral de France et François d’Andelot, colonel général de l’infanterie française – au milieu de la décennie 1560. En l’espace de deux siècles, les membres de cette Maison à l’origine modeste, s’engagent, notamment, dans l’idée de connaître une certaine élévation sociale, dans l’espoir de sauver leur âme et enfin dans le but de reconquérir l’honneur, les biens et l’estime de la monarchie française dont la nuit de la Saint-Barthélemy les avait si spectaculairement privé en 1572.

Le programme de la journée d’étude est ici

Nicolas Breton

 

Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina)

Depuis octobre 2017, dans le cadre d’un post-doctorat co-financé par l’Université Bretagne-Loire et Le Mans Université, je poursuis des recherches sur l’histoire encore méconnue des clubs de psychologie analytique, réunissant analystes et analysants dans le but d’étudier en commun les théories de l’ancien collaborateur de Sigmund Freud, le psychiatre et psychologue suisse Carl Gustav Jung (1875-1961). Le premier d’entre eux, fondé en 1916 à Zurich sous l’impulsion de la mécène américaine Edith Rockefeller-McCormick (1872-1932), ambitionnait de contribuer à la promotion de la doctrine jungienne, de mettre à la disposition de la communauté analytique un espace de socialibilité propice aux échanges et au soutien mutuel, et d’inciter ses  membres à mener une « analyse collective ». Continuer la lecture de « Une enquête sur les archives des clubs jungiens (Florent Serina) »